A une semaine du Salon de Francfort, nous revenons sur les annonces concernant la nouvelle Nissan Leaf. Si nous ne connaissons pas encore son design, certains éléments ont été savamment dévoilés par Nissan pour nous donner envie d’en savoir plus ! Retour sur la e-Pedal et la technologie ProPilot, mais aussi sur les promesses liées à son autonomie accrue par rapport à la version actuelle.

Nouvelle Nissan Leaf, aérodynamique améliorée (crédits : Nissan)

Nouvelle Nissan Leaf : la nouvelle e-Pedal

Le concept d’e-Pedal dévoilé pour la nouvelle Nissan Leaf a de quoi séduire les automobilistes : une seule pédale permettra de gérer l’allure de la voiture dans son intégralité. Une fois activée grâce au bouton situé sur la console centrale, la e-Pedal vous permettra d’accélérer, ce qui est normal, mais aussi de freiner ! Ce pédalier intelligent, comme le définit Nissan, permetta donc d’accélérer, de décélérer et de freiner, mais n’enlèvera pas sa fonctionnalité à la pédale de frein qui vous permettra toujours d’arrêter l’auto en cas de nécessité. L’idée est donc d’accroître le confort du conducteur en lui évitant d’avoir à passer son pied de l’accélérateur au frein de façon répétée, notamment dans les embouteillages en ville. La nouvelle Nissan Leaf sera donc automatiquement immobilisée à l’arrêt du véhicule, même en côte ou en descente, et ne repartira qu’à l’appui de l’accélérateur. La décélération activera un frein régénératif plus puissant que celui de la génération actuelle de Nissan Leaf, permettant de recharger plus efficacement la batterie. Si ce concept n’est pas nouveau, puisque Hyundai, Volkswagen ou Opel proposent des systèmes similaires sur leurs voitures électriques, le choix de l’activer via un bouton et l’arrêt total du véhicule par ce système constituent une réelle nouveauté. Le conducteur, en levant le pied de l’accélérateur de façon brusque, entraînera l’arrêt complet de la Leaf qui restera immobile jusqu’à une nouvelle impulsion sur l’accélérateur.

Le teaser proposé par Nissan cet été permet d’en savoir plus, même si nous sommes impatients de tester ce système dans la réalité… D’après Nissan, la e-Pedal pourrait être utilisée dans 90% des trajets à bord de la nouvelle Leaf !

La nouvelle Nissan Leaf équipée du système ProPilot

Nouvelle Nissan Leaf, avec ProPilot en option (crédits : Nissan)

Pour faire un pas de plus vers la conduite autonome, Nissan a choisi d’équiper sa Leaf de deuxième génération du système ProPilot, lancé au Japon en juillet 2016. Conçu pour permettre au véhicule de circuler de façon autonome sur autoroute, il maintient la voiture dans sa file de circulation et s’adapte au flux, conservant ses distances de sécurité. Accessible par un simple bouton au volant, l’objectif de cette technologie est d’alléger la tâche du conducteur, notamment pour les trajets quotidiens et dans les embouteillages. Concrètement, le conducteur est chargé de définir la vitesse de circulation entre 30 et 100 km/h, et la caméra du système ProPilot se charge d’analyser le trafic en temps réel et en 3D pour gérer l’accélérateur, le frein et la direction.

Après une première présentation au Japon en 2016, Nissan a entrepris d’adapter sa technologie aux conditions de circulation dans différentes régions du monde. La nouvelle Nissan Leaf sera la première voiture électrique à en être équipée en Europe, après une première installation sur le modèle Serena au Japon. L’objectif affiché du constructeur nippon est d’atteindre le “zéro accident mortel” sur les routes. Après le nouveau Nissan Qashqaï lancé au printemps dernier, l’auto électrique sera donc le second véhicule de la marque à proposer une conduite semi-autonome. En toute logique, et selon ce qui a été annoncé par Nissan, la nouvelle Nissan Leaf sera dotée d’une version 2.0 du ProPilot (en option) qui lui permettra non seulement de se maintenir dans sa voie en s’adaptant aux flux de circulation l’entourant entre 30 et 100 km/h, mais aussi de changer de voie sans intervention du conducteur. Afin d’analyser en temps réel la situation, la nouvelle Nissan Leaf équipée du système ProPilot comptera cinq radars et quatre scanners laser (pour aider la voiture à rester dans sa voie, même étroite), un sonar et des capteurs ultrasons (pour la détection à très faible distance), ainsi que douze caméras à haute résolution qui filment la réalité des obstacles en 3D et réaliser la physionomie de l’environnement immédiat du véhicule avec une fidélité d’environ 20 cm. A titre de comparaison, le GPS (positionnement par satellite) connaît une marge d’erreur de l’ordre de 5 mètres !

Nouvelle Nissan Leaf : nouveau design pour plus d’autonomie

Les ingénieurs revendiquent un design inspiré d’une aile d’avion pour la nouvelle Nissan Leaf. Ainsi, d’après eux, la résistance à l’air est amoindrie, ce qui permet à réduire considérablement sa consommation. Et chez Nissan, on est fier d’annoncer que la première génération de Nissan a été non seulement pionnière du véhicule électrique dans le monde, mais aussi la voiture 100% électrique la plus vendue dans le monde en sept ans, avec 277000 Nissan Leaf vendues entre décembre 2010 et juin 2017.

A l’intérieur, seul le tableau de bord de la nouvelle Nissan Leaf a été révélé. Plus épuré que celui de la Leaf actuelle, il reste entièrement numérique mais semble se concentrer sur les informations essentielles à sa conduite, comme ses concurrentes de chez Tesla. Ainsi, autonomie restante, vitesse et consommation d’énergie sont les informations principales disponibles. Côté autonomie, elle devrait pouvoir atteindre les 500 km sur une seule charge, contre 250 km pour la génération actuelle. Elle se rapproche donc des nouveaux standards des voitures électriques, puisque sa “cousine” la Renault Zoé Z.E. 40 que nous avons déjà eu le loisir d’essayer affiche en moyenne 250 km d’autonomie réelle sur les 400 km annoncés d’après la norme NEDC.

Nouvelle Nissan Leaf, feu arrière et logo Zéro Emission (crédits : Nissan)

La nouvelle Nissan Leaf s’annonce technologique, et proposera certainement une autonomie allongée qui lui permettra de séduire un plus grand nombre de conducteur. En France, elle sera disponible courant 2018, ce qui nous laisse dans l’incertitude quant aux conditions d’attribution du bonus écologique, mais aussi concernant une éventuelle prime à la casse pour votre ancienne auto.