Spécialiste de l’hybride, Toyota n’en a pas oublié pour autant son ADN sportif comme en témoigne cette Yaris GRMN gonflée aux hormones ! Les reines de la catégorie des petites sportives peuvent trembler.

Cet Article vous est proposé par le réseau social Atome :

la plateforme Auto&Moto des initiés

Inscrivez-vous gratuitement ici et amusez-vous !   

www.atome.auto

Toyota frappé un grand coup dans le secteur des citadines sportives avec la Yaris GRMN

Si ces dernières années, le nom de Toyota évoque surtout un monde automobile fait de véhicules propres et empreints d’hybridation, il ne faut pas oublier que le constructeur a dans son ADN quelques modèles sportifs mythiques. Supra, Celica, MR-2 et plus récemment GT86 sont autant de noms qui font vibrer la corde sensible des passionnés de sportivité.

Alors que le constructeur japonais semblait tout miser sur sa gamme de véhicules hybrides en annonçant récemment la mise au banc du diesel, il n’en reste pas mois marqué par le sport auto, en témoigne son retour dans le Championnat du monde rallyes WRC avec la Yaris Gazoo Racing.

Toyota ne s’est pas arrêté là car ingénieurs du « laboratoire » dédié à la sportivité, qui est rappelons-le situé à quelques encablures du mythique circuit du Nürburgring, ont eu carte blanche pour développer une version musclée de la petite citadine dédiée au grand public baptisée Yaris GRMN pour Gazoo Racing Meister of Nurburgring. Un nom évocateur sur le papier certes, mais est-il assumé dans les faits ? Nous serions tentés de dire oui !

La Yaris GRMN a été développée juste à côté du Nordschleife

La Yaris GRMN : sportivité assumée

Au premier contact visuel avec cette GRMN, difficile de ne pas occulter la parenté de la Yaris de 3e génération. Mais la vocation sportive de cette petite bombinette est immédiatement trahie par les différents stickers apposés sur sa carrosserie mais surtout, par l’imposant aileron arrière qui vient orner le pavillon de toit tout de noir vêtu. Une sportivité appuyée par le diffuseur arrière dans lequel une large sortie d’échappement a été dessinée.

L’avant n’est pas en reste avec la large calandre en nid d’abeille. Les jantes Jantes 17’’ BBS noires et la suspension rabaissée de 27 mm par rapport au modèle d’origine permette de bien camper cette Yaris GRMN au sol.

À l’intérieur, l’habitacle entièrement paré de noir pourrait s’avérer plutôt monotone sans les petites touches de sportivité apportée par le logo GRMN qui vient se placer au bas du volant gainé de cuir et le petit repère qui permet d’être certain que les roues sont bien droites. Utile lorsque le conducteur sera en mode « attaque » ce qui est très tentant avec cette GRMN qui ne lésine pas question puissance !

Un cœur gros comme ça pour la Toyota Yaris GRMN

Sous le capot en effet, les savants fous de chez Gazoo Racing n’ont pas fait les choses à moitié ! Le bloc essence 1.8, épaulé par un compresseur Lotus, développe en effet une puissance de 212 chevaux pour un couple de 250 nm. La Yaris GRMN propose ainsi un rapport poids/puissance de 5,35 kg/ch, soit le meilleur de la catégorie. Le 0 à 100 km/h est avalé en 6,4 secondes, ce qui là encore, place la petite Toyota dans le haut du panier de son secteur.

Un moteur qu’il ne faudra pas hésiter à aller chercher dans les tours pour lui permettre de donner sa pleine mesure, car s’il est un peu creux sous les 3000 tours, le quatre cylindres commence à se libérer passé cette barre pour commencer à s’essouffler vers les 5000 tr/mn. Une montée en tour linéaire, qui fera plaisir aux conducteurs lassés par l’effet « On/off » des blocs à turbo. Pour appuyer ce petit côté GTI à l’ancienne, la Yaris GRMN une bonne vielle boîte manuelle à 6 rapports qui ravira encore une fois les amateurs de sensations brutes.

Bien entendu, comme le veut un adage célèbre, « sans maîtrise, la puissance n’est rien ». Grâce à son différentiel autobloquant et son poids contenu, la Yaris GRMN parvient à faire passer la puissance au sol de fort belle manière et communique parfaitement les sensations de pilotage à son conducteur. Petit détail sympa, le niveau d’intervention de l’ESP peut être réglé grâce au bouton poussoir prévu à cet effet. Il est alors possible de le rendre moins chatouilleux ou tout simplement de le couper. À noter que le confort n’est pas sacrifié sur l’autel de la sportivité et qu’en condition normale, la petite Yaris sait rester parfaitement civilisée, notamment grâce à un bon niveau d’équipements et des sièges baquets en alcantara qui offrent un bon maintien tout en préservant les fesses fragiles. Seule la position de conduite est un peu compliquée à appréhender au début.

Il fallait un châssis aux petits oignons pour contenir la fougue de la Yaris GRMN.

Comme des petits pains…

Proposée à partir de 30 700 euros (plus un malus de 4673 euros), cette Yaris GRMN a donc tout pour faire de l’ombre aux 208 GTI, DS3 Racing et autre Clio RS. Mais ces dernières peuvent cependant dormir sur leurs deux oreilles. Toyota a en effet décidé de lancer sa petite sportive en édition très limitée. Ainsi, seuls 600 exemplaires (dont 400 réservés au marché européen) vont sortir des chaînes de production. Des modèles qui ont d’ores et déjà tous trouvé preneur comme l’indique le site du constructeur.

Il va donc falloir se tourner vers le marché de l’occasion pour espérer mettre la main sur cette petite GTI que l’on ne devrait pas croiser sur nos routes tous les jours. Pour justifier son choix, Toyota aurait indiqué qu’il ne voulait pas perturber le rythme de l’usine de production des Yaris « classiques » de Valenciennes. Ainsi, 7 GRMN viendront s’intercaler sur les chaînes de montage chaque jour. Quoi qu’il en soit, le constructeur japonais a réussi à prouver qu’il savait encore y faire lorsqu’il s’agissait de plaisir de conduite. Espérons que cette GRMN ne soit qu’un avant-goût des futurs projets du laboratoire Gazoo Racing qui nous avait déjà proposé une GT 86 revisitée qui malheureusement, était une fois encore proposée en série limitée.

Récemment, lors du salon de Tokyo Auto Salon 2018, c’est un concept baptisé GR Super Sport Concept (une fois encore imaginé par Gazoo Racing) basé sur technologie hybride qui nous a fait de l’oeil. Toyota s’est en effet appuyé sur la TS050 Hybrid du Championnat du Monde d’Endurance pour proposer une supercar à motorisation Toyota Hybrid System-Racing (THS-R) associée à un V6 à double turbo. Espérons que ce projet ne reste pas qu’à l’état de concept…

Retrouvez plus d’infos à ce sujet sur la plateforme Atome

Le nouveau réseau social des passionnés Auto&Moto