Dans les années 70 et pour chasser sur les terres des Ferrari 308 et Porsche 911, Lotus développa une berlinette à moteur central arrière. Dessinée par Giugiaro, elle eut l’honneur d’être la voiture de James Bond. Retour sur la Lotus Esprit et sa longue carrière.

Lotus Esprit

Profitant de la notoriété de la marque à la suite des nombreux titres en championnat du monde de Formule 1, Colin Chapman, le créateur de Lotus, va décider de produire une GT sportive pour concurrencer les Porsche 911 et Ferrari 308. Développant dans le même temps l’Elite et l’Eclat, les ressources pour le projet seront limitées ce qui incita Chapman à confier le design et la fabrication du prototype à Giorgietto Giugiaro.

A travers sa société Italdesign, Giugiaro va proposer de prendre pour base le concept car Maserati Boomerang, présenté au salon de Genève en mars 1972 par le maître carrossier italien.

Peu emballé par l’idée, Chapman va toutefois être convaincu par Giugiaro qui décida de prendre en charge le financement du prototype.

Travaillant en un temps record, le concept de la Lotus Esprit fut dévoilé à l’occasion du salon de Turin en novembre 1972. Malgré la ressemblance avec la Boomerang, l’Esprit reçu un très bon accueil de la part du public, la marque anglaise jouissant alors d’une excellente image.

Il fallu pourtant attendre 1975 pour voir apparaître la version finale et les premières livraisons démarreront en 1976.

Son succès fut immédiat et les commandes affluèrent ! Il faut dire que la Lotus Esprit était vendue deux fois moins chère qu’une Porsche 911 à sa sortie et qu’elle fut la voiture de James Bond dans « L’espion qui m’aimait » en 1977 puis dans « Rien que pour vos yeux » en 1981.

Un look détonant signé Giugiaro

Indiscutablement, le design de la Lotus Esprit joua pour beaucoup dans son succès. Giugiaro eut le nez fin en reprenant la ligne tendue et les arrêtes saillantes du concept Maserati Boomerang. Ce qui étonne peut-être le plus est l’ensemble capot/pare-brise ne semblant faire qu’un, l’angle étant très faible.

Petite (4,19 m), basse (1,09 m) et dotée des regrettés phares escamotables, la Lotus Esprit va évoluer durant sa carrière. Outre un gabarit plus imposant, c’est surtout l’apparition de spoilers enveloppants et d’un aileron qui vont dénaturer quelque peu sa ligne. Ce qu’elle gagna en agressivité, elle le perdit en pureté.

Beaucoup d’évolutions moteurs pour la Lotus Esprit

Durant ses 29 années de carrière, la Lotus Esprit va parfois faire le grand écart en termes de motorisation ! Il est parfois difficile de s’y retrouver tant il existe de nombreuses versions mais on pourrait catégoriser en 3 types de moteurs : les 4 cylindres atmosphériques, les 4 cylindres turbocompressés et enfin le V8 Biturbo.

  • 4 cylindres atmosphérique

Dès la sortie de la Lotus Esprit en 1976, elle est proposée avec un unique moteur 4 cylindres de 2 litres, 16 soupapes et 2 carburateurs double-corps. Il développe alors la puissance respectable pour l’époque de 158 ch ce qui permet à l’Esprit, grâce à son faible poids, d’effectuer le 0 à 100 km/h en un peu plus de 7 secondes et d’atteindre 220 km/h.

Ce moteur évoluera par la suite en 162 ch puis en version 2,2 litres de même puissance jusqu’à son arrêt en 1987, où un petit moteur atmo ne peut plus soutenir la comparaison face à la concurrence.

  • 4 cylindres turbo

En 1981, pour suivre l’escalade de la puissance, Lotus va adjoindre un turbo pour permettre à l’Esprit d’atteindre 218 ch, 240 km/h et d’abattre le 0 à 100 km/h en 6,5 secondes dans sa version 2 litres. Il évoluera même à 240 ch avec l’injection (260 km/h et 0 à 100 km/h en 5,2 secondes) dans sa déclinaison GT3 en 1996.

Le 2,2 litres aura également droit à sa version turbo avec 218 ch également puis en 1992 avec la S4 Turbo et ses 268 ch. Il atteindra même 304 ch en 1993 avec la version Sport 300. Les performances sont alors explosives avec une vitesse de pointe supérieure à 260 km/h et à peine 5 secondes pour atteindre 100 km/h.

  • V8 Biturbo

Mais le coup de grâce est sans conteste la version V8 ! Prévue dès sa sortie en 1976 pour accueillir un V8, il fallu attendre finalement près de 20 ans pour qu’il fasse son apparition en 1995 ! Cette pièce d’orfèvrerie de 3,5 litres est dotée de 32 soupapes, de l’injection et est dopée par 2 turbos Garrett soufflant à 0,75 bars. Ce V8 équipe la Sport 350 et en fait la plus puissante des Lotus Esprit produite avec 354 ch. Malgré l’augmentation de poids lié au moteur, les performances sont belles et bien au rendez-vous avec seulement 4,7 secondes pour passer de 0 à 100 km/h et une vitesse maximale de 285 km/h.

Une philosophie de la légèreté pas reniée pour autant sur la Lotus Esprit

Le châssis de la Lotus Esprit est composé d’une structure en acier ainsi que d’une carrosserie en polyester légère et dont la fabrication est maîtrisée par les ouvriers de la marque anglaise.

L’architecture retenue est celle permettant une meilleure répartition des masses, c’est-à-dire avec le moteur en position centrale arrière. Que ce soit sur les 4 cylindres ou sur le V8, celui-ci sera en longitudinal.

Même si s’agit d’une GT disposant d’un minimum de confort, la Lotus Esprit n’a pas pour autant oublié la devise « light is right » chère à Colin Chapman. Ainsi, les première versions en 4 cylindres se situent sous la tonne, les versions turbo aux alentours de 1 200 kg alors que la V8 est plus lourde avec 1 380 kg. A noter que, pour diminuer les masses non-suspendus, les freins seront montés « in-board », soit directement en sortie de différentiel.

Ainsi, le comportement de la Lotus Esprit sera des plus exemplaires, avec une grande agilité sur les premiers modèles et davantage de stabilité sur les dernières versions.

Le prix pour acquérir une Lotus Esprit

Malgré sa cote d’amour, la cote de l’Esprit est encore relativement accessible et pourrait potentiellement monter à l’avenir. Il faut dire que la fiabilité n’est pas son point fort et que l’entretien est digne d’une Ferrari, surtout en V8 !

Les 4 cylindres atmosphériques sont les plus accessibles et se trouvent aujourd’hui pour environ 15 à 20 000 €. Les versions turbo de 218 ch cotent environ 20 à 25 000 € alors qu’il faut compter sur 35 000 € pour une GT3 (240 ch), 45 000 € pour une S4 Turbo (264 ch) et même 50 000 € pour une Sport 300.

La désirable version V8 n’est pas la plus chère puisqu’elle se déniche pour environ 40 000 €… Comme quoi, rouler dans la voiture de James Bond n’est pas si chère !

Vous aimeriez lire aussi : BMW Z3 : Œil d’Or

Retrouvez-nous sur notre page Facebook