7 années durant, la BMW Z3 fera le bonheur des amateurs de conduite sportive. Avec son look ravageur et ses moteurs performants, elle connaîtra un beau succès commercial. Atome automobile revient sur cette réussite signée BMW !

 

Cet Article vous est proposé par le réseau social Atome :

la plateforme Auto&Moto des initiés

Inscrivez-vous gratuitement ici et amusez-vous !   

www.atome.auto

BMW Z3

Le roadster a le vent en poupe dans les années 90 avec les Mazda MX-5, Fiat Barchetta et autres MGF. Mais si ces petits cabriolets sont plutôt bon marché, BMW s’est engouffré dans le segment en proposant un modèle plus haut de gamme.

Le coup de maître de BMW sera de faire apparaître sa Z3 en 1995 en tant que véhicule de James Bond dans Goldeneye. Si les puristes n’ont pas forcément apprécié qu’une BMW soit la star du film, cela permis de lancer la carrière de la BMW Z3 dans les meilleures conditions, malgré l’unique présence d’un 4 cylindres 1.8 litres au départ.

Elle sera fabriquée aux Etats-Unis en Caroline du Sud pour réduire les coûts, BMW visant principalement le marché américain, grand consommateur de cabriolets.

Une ligne sportive

Une BMW Z3, c’est avant tout une belle gueule et l’on doit reconnaître que le coup de crayon de Joji Nagashima est sacrément réussi. Oscillant entre tradition et modernité, la Z3 semble avoir peu vieillie et est bien plus intemporelle que la Z4 qui lui a succédé.

Son gabarit est compact avec seulement 4 mètres de longueur et sa ligne est assez râblée avec son long capot et son arrière assez court. Le look a été privilégié par rapport à l’aérodynamisme avec un piètre Cx de 0,42 et on ne s’en plaindra pas !

Si elle sera principalement déclinée en cabriolet, BMW la proposera également dans une version coupé aux allures de break de chasse à partir de 1997. La BMW Z3 aura différents restyling au cours de sa carrière mais ceux-ci ne dénatureront ni la ligne, ni l’esthétique globale de la voiture. Les versions M ajouteront de l’agressivité avec des jantes 17 pouces spécifiques et 4 sorties d’échappements très suggestives.

A l’intérieur en revanche, on pourra regretter le manque de gaieté et la présence de certains plastiques rigides. Toutefois, les assemblages sont de bonnes qualités et évitent les rossignols.

Comme d’habitude chez BMW, la position de conduite assez basse est excellente et le volant et la boite de vitesses tombent parfaitement sous la main.

La BMW Z3 côté motorisation

La liste des moteurs est longue, comme souvent chez BMW ! Que des essences ici, notamment des petits 4 cylindres à la sortie de la Z3 :

  • En 1 796 cm3 jusque 1999. Avec 115 ch à 5 500 tr/min et 168 Nm de couple, c’est le bloc le moins puissant et la BMW Z3 doit se contenter d’un 0 à 100 km/h en 10,5 secondes et d’une vitesse maximale de 194 km/h.
  • En 1 895 cm3 entre 1996 et 1999. Développant 140 ch à 6 000 tr/min et un couple de 180 Nm, les performances sont plus intéressantes avec 9,5 secondes pour abattre le 0 à 100 km/h et 205 km/h de vitesse de pointe. Entre 1999 et 2000, il existera en version 1.9i dégonflée à 118 ch.

Mais ce qui fera la renommée de la Z3, ce sont avant tout les plus nobles 6 cylindres en ligne, emblématiques pour la marque :

  • En 1 991 cm3 entre 1999 et 2000. Avec sa faible cylindrée unitaire, il produit 150 ch à 5 900 tr/min et 190 Nm de couple pour une accélération de 0 à 100 km/h en 8,9 secondes et une vitesse maximale de 210 km/h.
  • En 2 171 cm3 de 2000 à 2002. Remplaçant le précédent 2 litres, la puissance est à la hausse avec 170 ch à 6 250 tr/min et un couple de 210 Nm. Il permet d’effectuer le 0 à 100 km/h en 7,9 secondes et d’atteindre 220 km/h.
  • En 2 793 cm3 en 1997 et 1998. Il est davantage basé sur le couple et la souplesse de conduite avec 192 ch à 5 300 tr/min et 275 Nm et autorise un 0 à 100 km/h en 7,1 secondes et 221 km/h en pointe. Il évoluera à 193 ch et 280 Nm de couple de 1999 à 2000.
  • En 2 979 cm3 entre 2000 et 2002. Il développe 231 ch à 5 900 tr/min et 300 Nm de couple. Les performances sont de haut niveau avec seulement 6 secondes de 0 à 100 km/h et 240 km/h en vitesse maxi.
  • En 3 201 cm3 dans sa version sportive M de 1997 à 2001. Le rendement est très élevé avec 321 ch à 7 400 tr/min et 350 Nm de couple et les performances sont explosives avec 5,3 secondes pour abattre le 0 à 100 km/h et la vitesse maximale est autolimitée à 250 km/h. A partir de 2001, ce fantastique bloc évoluera à 3 246 cm3 et 325 ch pour un 0 à 100 km/h en 5,2 secondes.

Un plaisir à conduire

Réalisée intégralement en acier, la version roadster est perfectible sur le plan de la rigidité, notamment avec les moteurs les plus puissants. Ce problème n’existe pas sur le coupé qui est deux fois et demi plus rigide que le cabriolet. La monte pneumatique est très variable suivant les versions puisque les 4 cylindres se contentent de 205/60R15 alors que les versions M sont plus généreusement dimensionnées avec 225/45R17 à l’avant et 245/40R17 à l’arrière.

Globalement bonne, la motricité est mise à mal sur les versions M. Malgré la présence d’un différentiel à glissement limité, le moteur est en feu et prend vite l’adhérence des roues arrière en défaut.

Néanmoins, le comportement global s’avère sportif et agile, notamment grâce à la petite taille et la légèreté de la Z3 (entre 1 150 kg pour les 4 cylindres à 1 420 kg en version M).

Le prix pour acquérir une BMW Z3

La BMW Z3 connaîtra une belle carrière couronnée de succès entre 1996 et 2002 puisqu’elle s’écoulera au total à 279 273 exemplaires. Il n’est donc pas rare d’en trouver une et sa cote est raisonnable, si l’on excepte les versions M les plus sportives. Pour un 4 cylindres, il faut compter entre 8 et 14 000 € suivant l’état et le kilométrage. Un 6 cylindres sera mieux coté et se déniche entre 15 et 20 000 € alors qu’une M se trouve à partir de 30 000 € et peut atteindre 40 000 € pour un bel exemplaire.

Vous aimeriez lire aussi : BMW Série 8 : Rare mais accessible

Retrouvez plus d’infos à ce sujet sur la plateforme Atome

Le nouveau réseau social des passionnés Auto&Moto