Grand spécialiste de la production de modèles de courses et collaborant avec de nombreuses marques automobiles, Dallara se lance dans la grande aventure de la création d’un modèle routier. Légère, puissante et disponible dans plusieurs variantes de carrosserie, la Dallara Stradale promet de venir chatouiller les constructeurs de supercars sur les sorties circuits !

 

Cet Article vous est proposé par le réseau social Atome :

la plateforme Auto&Moto des initiés

Inscrivez-vous gratuitement ici et amusez-vous !   

www.atome.auto

La Dallara Stradale, nouveauté du constructeur italien (crédits : Dallara)

Si le nom de Dallara ne parle pas forcément au grand public, il s’agit pourtant d’un acteur majeur de du milieu de passionnés automobile. Né en 1936, Gian Paolo Dallara est passé chez les plus grands : Ferrari, Maserati ou encore Lamborghini où il conçoit la Miura. Mais la motivation de l’ingénieur italien, c’est la course ! Après avoir travaillé dans l’écurie de F1 Williams, il créé en 1972 sa propre société dénommé Dallara Automobili pour concevoir des châssis de monoplace.

La Haas F1 produite par Dallara (crédits : FIA)

46 ans plus tard, c’est un véritable empire que s’est constitué le spécialiste du carbone italien !

En course, difficile d’échapper à un châssis Dallara puisque la marque construit ceux de Haas en F1 et BR Engineering en LMP1, ceux de la F2, de la F3, du GP3, de l’Indycar et l’Indy lights mais aussi certains prototypes d’endurance en LMP2 et LMP3, rien que ça !

 

Disposant d’un véritable savoir faire dans la conception du carbone, de nombreux constructeurs font appel aux services de Dallara pour développer leurs véhicules routiers (entre-autres : Ferrari, Lamborghini ou Porsche). La marque italienne a par ailleurs étroitement travaillé avec Bugatti pour la conception de son hypercar Chiron.

Mais s’il y a une chose que Gian Paolo Dallara n’avait jamais faite, c’est de produire sa propre voiture de route. Le projet fut donc lancé en 2015 pour concevoir une voiture homologuée avec pour vocation principale les « tracks days » (ou journées circuit) et porte modestement le nom de Stradale.

Dallara Stradale : efficacité et discrétion dans le dessin

Pour le design de sa Stradale, Dallara a choisi de le confier à la société Granstudio, également auteur de la très rare Glickenhaus 003 S. La bonne nouvelle est que Dallara ne s’est pas limité à un seul type de carrosserie puisque 3 versions seront proposées :

  • La version coupé avec des portes papillon
  • La Targa disposant d’un arceau avec le toit en option
  • Mais aussi une extrême version barquette (sans portes), disponible avec ou sans le pare-brise (mais alors le casque y est vivement conseillé !)

Si la Stradale est une voiture conçue avant tout pour les performances sur circuit, son dessin est finalement assez sensuel et raisonnable d’agressivité. La ligne est plutôt élégante et n’abuse pas d’artifice pour la rendre spectaculaire. Le travail aérodynamique n’a toutefois pas été oublié avec la présence d’une lame à l’avant et d’un énorme diffuseur.

L’aileron arrière est en option et permet ainsi un appui maximum de 820 kg à 280 km/h. Les feux avant et arrière sont très étirés et le moteur expulse ses gaz d’échappement par l’intermédiaire de deux grosses sorties centrales.

L’intérieur est minimaliste au possible, le but recherché étant un poids le plus faible. Les sièges baquet semblent être moulés directement sur la coque et les harnais, bien que moins pratiques, sont plus légers et offrent un meilleur maintien que les ceintures classiques. L’instrumentation se limite à un « dashboard » (tableau de bord) sorti tout droit d’un prototype des 24 heures du Mans.

La Dallara Stradale sous toutes ses coutures

Un rapport poids/puissance décoiffant !

Pas de noble V8 ni même de V6, la Dallara Stradale se « contente » d’un simple 4 cylindres turbo pour des raisons de coût et de poids. La marque italienne est allée piocher chez Ford pour emprunter le 4 cylindres Ecoboost de 2 300 cm3 également présent sous le capot de la dernière Focus RS. Doté d’une gestion électronique Bosch, il est poussé ici à 400 ch à 6 200 tr/min (contre 350 ch sur la Focus) pour un couple de 500 Nm à 3 000 tr/min. Dallara laisse le choix de la boîte de vitesses à 6 rapports qui peut être mécanique ou robotisée en option avec les palettes au volant.

Le châssis et la carrosserie sont bien entendu intégralement en fibre de carbone, il ne pouvait en être autrement pour un spécialiste du matériau ! L’objectif est d’avoir une rigidité maximale pour un poids minimum puisque la Stradale est annoncée à seulement 855 kg en version barquette sans pare-brise (soit 2.14 kg/ch) et 920 kg en version coupé.

Les suspensions sont réglables et ont été mises au point par l’ingénieur maison Loris Bicocchi, véritable maître en la matière. Pas d’informations sur le freinage qui devrait être en carbone avec ou sans céramique alors que la liaison au sol est assurée par les très collants pneumatiques semi-slicks Pirelli Pzero Trofeo R.

Travail aérodynamique sur la Dallara Stradale

Les performances donnent le tournis et devraient permettre à la Dallara Stradale de devenir une véritable reine des circuits avec un 0 à 100 km/h annoncé en seulement 3.2 secondes, un 80 à 120 km/h en 5ème en 3.49 secondes, un 100 à 200 km/h en 5ème en 8.5 secondes et une vitesse maximale de 280 km/h.

Le freinage ne réclame que 31 mètres pour passer de 100 km/h à l’arrêt complet et la décélération en virage serait de 2G, un exploit pour une voiture homologuée pour la route !

Le prix pour acquérir une Dallara Stradale

Si les livraisons commencent seulement, les premiers exemplaires roulent depuis un peu plus d’un an et pour cause, la toute première Stradale a été livrée à Gian Paolo Dallara le 16 Novembre 2016, jour de ses 80 ans !

Le prix commence à partir de 186 000 € hors option et la marque italienne prévoit une production de 600 exemplaires par an sur 5 ans, soit une production de 3 000 modèles au total.

Au regard des performances, le prix apparait presque « correct » en termes de rapport poids/puissance/efficacité aérodynamique en comparaison avec les marques prestigieuses. On peut en revanche douter davantage du manque de réseau pouvant rendre la maintenance difficile de ce jouet de course homologué pour la route !

 

Vous aimerez lire également : Mclaren Senna : hommage supersportif

Retrouvez-nous sur notre page Facebook

Retrouvez plus d’infos à ce sujet sur la plateforme Atome

Le nouveau réseau social des passionnés Auto&Moto