Après avoir lancé une première version roadster RT/10 de la Viper qui a conquis le cœur des fans, Dodge récidiva en produisant une version coupé plus puissante et performante. Véritable star des circuits en course automobile, la Dodge Viper GTS est désormais un classique.

 

Dodge Viper GTS

Le concept car Viper RT/10 de 1989 et sa version définitive de 1992 ont créé un véritable émoi dans le monde des muscle cars. Plus qu’un hommage à l’AC Cobra de Carroll Shelby, c’est une icône qui fut produite sous la houlette de Bob Lutz. Monstrueuse aussi bien par son look que par son moteur, Dodge souhaitait toutefois conquérir une clientèle plus large par l’intermédiaire d’une version coupé qui serait à fois plus puissante, plus agile mais aussi un peu plus polyvalente : la réponse viendra en 1996 avec l’apparition de la Dodge Viper GTS.

Et cette version GTS ne se contenta pas de faire rêver petits et grands. En effet, elle engrangea les succès en compétition automobile comme aux 24 heures du Mans et aux 24 heures de Daytona. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si la grande écurie française Oreca engagea des Viper et que René Arnoux en prit le volant à de nombreuses reprises !

 

Dodge Viper GTS

La Dodge Viper GTS a également soigné son look

Dodge Viper GTS

La transition esthétique entre une carrosserie cabriolet et coupé n’est pas toujours aisée, qui plus est quand la ligne de la version découvrable intègre un arceau de sécurité. Et pourtant Dodge a réussi à conserver la magie du dessin du roadster. Mieux, cette version GTS lui offre une identité et une personnalité à part entière. Peu de changements sur la partie avant où l’on retrouve le capot interminable et les petits yeux de serpent, la différence se situe sur l’arrière avec l’apparition d’un toit à double bossage retombant sur un petit becquet en forme de queue de canard.

Impossible de dire si l’on préfère le look de la RT/10 ou de la GTS… Disons que les deux versions se complètent !

La Dodge Viper GTS est aussi reconnaissable à ses jantes chromées de 18 pouces à 5 branches et à ses peintures dotées des bandes blanches façon voiture de course.

Une évolution du V10 pour la Dodge Viper GTS

Sous le capot de la Dodge Viper GTS, on retrouve l’énorme V10 culbuté de 7 990 cm3 de la RT/10. Toujours aussi rustique dans sa conception avec seulement 20 soupapes et un unique arbre à came central, il est toutefois plus puissant avec 450 ch à 5 200 tr/min (maximum à 6 000 tr/min) et un couple toujours monumental de 665 Nm à 3 700 tr/min.

Déjà remarquable sur la RT/10, les performances sont encore supérieures avec seulement 4,5 secondes pour passer de 0 à 100 km/h et une vitesse de pointe de 298 km/h, autorisée notamment grâce à l’aérodynamisme bien supérieur du coupé.

Dodge Viper GTS

S’il y a peu de changement du côté des trains roulants, le toit permet à la Dodge Viper GTS de gagner en rigidité et de perdre en poids pour gagner en dynamisme. Avec 1 520 kg, ce sont 40 kg qui ont été grappillé par rapport à la RT/10. Et même si la version routière n’est pas la reine du comportement face aux rivales européenne, cela n’a pas empêché la version course de faire la nique aux Porsche 911 et aux berlinettes Ferrari !

La cote d’une Dodge Viper GTS

Diffusée de 1996 à 2002, la Dodge Viper GTS est malheureusement très rare dans nos contrées (et sûrement dénommée Chrysler !). Il est malgré tout surprenant de voir que sa cote reste accessible pour un engin aussi extravagant et exclusif. La difficulté de maintenance et les coûts d’entretien dissuadent sûrement nombre d’acheteurs de franchir le pas.

Mais si vous souhaitez vous offrir un véritable mythe, sachez qu’il faudra compter en moyenne 60 000 € pour cette splendide rareté !