Peu de constructeurs se sont osés au pari d’introduire un moteur de F1 dans une voiture de route, qui plus est lorsque l’on parle des unités de puissance hybrides très complexes. Mercedes relève pourtant le pari ! Atome automobile vous propose de découvrir la future hypercar de la marque à l’étoile.


La Mercedes AMG Project One revendique fièrement ses gènes de F1 !

Pour fêter les 50 ans d’AMG, la branche sportive de Mercedes, la marque de Stuttgart a vu les choses en grand avec la création d’une nouvelle hypercar, 15 ans après la Mercedes SLR Mclaren. La présentation de la bête s’est donc naturellement faite au salon de Francfort 2017. Présentation en grande pompe puisque le quadruple champion du monde de Formule 1 Lewis Hamilton s’est chargé lui-même de conduire la voiture.

Pour se démarquer, Mercedes n’a pas souhaité faire l’usage d’un V8 bi-turbo maison, mais est allé chercher du côté de la compétition avec ni plus ni moins qu’un moteur de F1 ! Et pas n’importe lequel puisqu’il s’agit d’un très complexe V6 turbo hybride. Peu se sont lancé dans une telle entreprise, la plus connue étant l’adaptation du V12 atmosphérique de 3.5 L de la F1 Ferrari 641 de 1990 dans le modèle de route F50. Le résultat fut quelque peu mitigé car, réalésé au maximum à 4.7 L, le moteur n’avait plus grand-chose à voir avec son homologue de compétition.

Et Mercedes semble l’avoir compris, puisqu’il se « contenteront » de fiabiliser le V6 sans changer sa structure.

Si la triplette Mclaren P1, Ferrari LaFerrari ou encore Porsche 918 avait impressionné le monde des autos d’exception en 2013, une nouvelle génération d’hypercar prendra prochainement le contrôle puisque la rivale affichée de la Project One sera la sensationnelle Aston Martin Valkyrie.

La Mercedes AMG Project One sous toutes ses coutures

Un style pour le moins mitigé

La première chose qui frappe avec la Mercedes AMG Project One est son esthétique discutable. Si la multiplication des ouïes d’air donne une certaine agressivité, on est nettement moins enthousiaste quant à ses optiques avant qui paraissent assez fades.

Pour le reste, si la philosophie aérodynamique apparait moins poussée que la Valkyrie, il n’en reste pas moins que la Project One utilise des solutions directement issues de la compétition. La plus visible étant l’aileron de requin façon F1 de 2017 ou prototype LMP1 dont le rôle est de guider au mieux l’air sur l’aileron arrière, notamment lorsque la voiture est en virage.

Aileron arrière qui sera mobile afin de d’optimiser l’appui en virage ou lors des phases de freinage tout en se rétractant lors des phases d’accélération pour limiter la traînée, néfaste à la vitesse en ligne droite.

La partie arrière est doté d’un unique échappement central, comme en F1, ainsi que d’un diffuseur. Si ce dernier est moins spectaculaire que la Valkyrie, sa dimension généreuse devrait permettre à la Project One des passages en courbe très rapides.

L’intérieur sera épuré un maximum avec des sièges faisant partie intégrante de la structure, un volant de course ainsi qu’une instrumentation digitale pour limiter le poids au maximum.

Un bijou de technologie sous le capot de la Mercedes AMG Project One

Le V6 Mercedes de F1

Les critiques formulées à l’égard des motorisations hybrides de F1 ou encore les difficultés à le rendre utilisable et fiable pour la route n’ont visiblement pas fait peur aux ingénieurs de chez Mercedes. Il faut dire que leur « power unit » est sans conteste le plus fiable depuis 2014 et l’arrivée des moteurs hybrides en F1.

C’est donc le même V6 1.6 L simple turbo que la F1 Mercedes W06 Hybrid de 2015 qui sera installé dans les entrailles de la Project One. Ouvert à 90°, il est doté de l’injection directe et de 4 soupapes par cylindres et va tourner à un maximum de 11 000tr/min, soit seulement 1 000tr/min de moins qu’en F1. Il sera couplé à deux types de récupérateur d’énergie :

  • le MGU-H, qui récupère l’énergie des gaz d’échappement pour apporter de la puissance (un peu à la manière d’un turbo) mais également pour faire tourner le turbo à bas régimes et ainsi éviter au maximum le lag, naturellement important sur un moteur avec un seul turbo à haute pression.
  • Le MGU-K (ou encore KERS) qui va se charger de récupérer l’énergie au freinage (à l’instar d’une dynamo) et se substituer en partie aux freins pour ensuite restituer cette énergie pendant les phases d’accélération. Seule entorse à ce qui se pratique en F1, la Project One va également récupérer l’énergie sur le train avant avec un moteur électrique sur chaque roue.

(Pour plus de précisions, voir également notre article sur les moteurs de F1)

La puissance exacte n’est pas encore connue mais devrait être comprise entre 1 000 et 1 050ch. Si l’on sait que les moteurs électriques à l’avant produiront 326ch, le moteur thermique, son MGU-H et son MGU-K à l’arrière devraient développer entre 680 et 740ch.

Associé à une boîte semi-automatique à 8 rapports, l’unité de puissance permettra des performances incroyables. Ainsi le 0 à 100km/h est annoncé en 2,5 secondes le 0 à 200km/h en 6 secondes et le 0 à 300km/h en 11 secondes ! La vitesse de pointe n’étant plus la priorité des hypercars (hors Bugatti Chiron ou Koenigsegg), celle-ci se limitera à 350km/h, ce qui reste une valeur exceptionnelle.

DU CARBONE POUR CETTE PROJECT ONE

Les entrailles de la Mercedes AMG Project One

Si l’on a pu avoir un certain nombre d’informations quant au moteur utilisé pour cette Mercedes AMG Project One, c’est en revanche plus compliqué pour connaître les solutions techniques du châssis. Comme toute hypercar qui se respecte, ce dernier sera intégralement réalisé en fibre de carbone, tout comme la carrosserie. La transmission se fera aux 4 roues, les moteurs électriques dans les roues avant transmettront leur puissance sur leur roue respective comme sur un prototype hybride LMP1 des 24h du Mans.

Le poids est très contenu puisque Mercedes annonce 1 280kgs à vide, avec les fluides (huile, liquide de freins ou de refroidissement, etc…) mais sans l’essence, ça change des valeurs à sec non représentatives de la réalité des italiennes !

Un prix à la hauteur

Bien évidemment, le prix de ce bijou sera très élevé puisque la Project One sera vendue à 2 250 000€ HT soit environ 2 700 000€ TTC. De plus, en raison de ses gènes de compétition, il faudra changer le moteur tous les 50 000km ! Et même si vous avez les moyens, il est sûrement déjà trop tard pour se l’offrir puisque seuls 275 exemplaires seront produits dont 8 pour la France et Monaco.

En tout cas chez Atome automobile, nous avons hâte de voir se mesurer la Mercedes AMG Project One face à l’Aston Martin Valkyrie !