Lorsque l’on parle de véhicule clivant, la Renault Clio V6 tient sûrement le haut du pavé. Décrié par certains pour son manque d’aboutissement et adulée par d’autres pour son caractère unique, elle ne laisse personne indifférent. Rare, elle s’est fait une place de choix dans la catégorie des engins délirants !

 

Cet Article vous est proposé par le réseau social Atome :

la plateforme Auto&Moto des initiés

Inscrivez-vous gratuitement ici et amusez-vous !   

www.atome.auto

Renault Clio V6

Habitué aux concepts car décoiffants, tels que l’Espace F1, Renault présente cette fois une version délurée de sa petite Clio de 2ème génération au salon de Paris 1998 et à l’occasion des 100 ans de la marque au losange.

Renault Clio V6 Concept

Puisant son inspiration dans la R5 Turbo, le prototype se voit greffer un V6 en lieu et place de la banquette arrière ! Plébiscitée par le public, la Renault Clio V6 sera lancée en production en 2000. La mise au point et la fabrication seront confiées à TWR (Tom Walkinshaw Racing), constructeur des F1 Arrows, à l’usine d’Udevalla en Suède.

Une Renault Clio V6 très agressive

Visuellement, c’est le choc ! Elle ressemble à une Clio ayant fait une cure de stéroïdes ! Elle partage pourtant très peu d’éléments commun avec le modèle de grande série avec ses ailes bodybuildées, ses bas de caisse spécifiques et ses larges entrées d’air au niveau des passages de roues arrière servant à alimenter le moteur en air frais. Les boucliers ne sont pas en reste puisqu’ils sont nettement plus agressifs et volumineux et ceux à l’arrière englobent les deux larges sorties d’échappement.

Légèrement différentes de celles du concept, les jantes à bâtons de 17 pouces complètent l’allure de « bad boy » de la Clio V6.

Ce qui impressionne le plus est certainement la largeur inhabituelle de 1.81 mètres ! C’est presque la moitié la longueur de la petite Clio (3.80 mètres de long).

L’intérieur, en revanche, est moins enthousiasmant. La Clio V6 est une stricte 2 places et est affublé d’éléments en aluminium comme le pommeau de vitesses, le pédalier et les inserts sur la planche de bord. La sellerie cuir et alcantara est logoté Renault Sport et les compteurs sont spécifiques avec leur fond blanc.

La Renault Clio V6 à l’intérieur

Pour le reste, on voit clairement que l’on est dans une Clio ! Les plastiques rigides sont présents partout et sont très peu esthétiques. La position de conduite n’a pas changé avec une assise haute et un volant relevé à la façon d’un utilitaire. Cette Clio V6 est toutefois assez bien équipée avec la climatisation, les lève-vitres électriques ou encore le chargeur 6 cd. Pas question en revanche d’emmener beaucoup de sacs de voyage puisque les rangements se limitent à un espace de 45 litres avec filet à l’arrière et 67 litres dans le petit coffre à l’avant.

Un bloc connu sur la plage arrière

Le V6 équipant cette Clio est directement dérivé de celui présent dans la Laguna V6 ou la Peugeot 406 coupé. Il a été retravaillé au niveau des pistons, de l’admission et de la culasse pour obtenir plus de puissance. Avec sa cylindrée de 2 946 cm3, ce V6 à 60° et doté de 24 soupapes développe la puissance de 230 ch à 6 000 tr/min (régime maximum de 7 100 tr/min) et un couple intéressant pour un moteur atmosphérique de 300 Nm à 3 750 tr/min. Les gaz sont expulsés par un superbe échappement en inox distillant un bruit très sympathique et la boîte de vitesses est mécanique à 6 rapports.

C’est malheureusement l’un des problèmes de cette Renault Clio V6. Finalement moins puissante qu’annoncée avec le concept (à 250 ch), l’étagement de la boîte de vitesses est trop long et sa tringlerie par câble est insuffisamment précise pour une voiture à vocation sportive.

Les performances sont néanmoins inédites pour une Clio avec un 0 à 100 km/h effectué en 6.4 secondes, le kilomètre départ-arrêté en 26.5 secondes et une vitesse de pointe de 235 km/h. Elles auraient toutefois pu être meilleures avec une boîte courte.

La Renault Clio V6 côté châssis

Dans les entrailles de la Renault Clio V6

Un travail énorme a été abattu pour régler et mettre au point la Clio avec un moteur à l’arrière. Le V6 est rentré au chausse-pied et l’empattement a dû être augmenté de 38 mm. Les voies ont été généreusement élargies de 110 mm à l’avant et 138 mm à l’arrière. La liaison avec le sol est confiée à des pneus de 205 mm et 235 mm alors que le freinage se fait par l’intermédiaire de 4 gros disques ventilés (330 mm avant et 300 mm arrière) pincés par des étriers de freins AP Racing à 4 pistons à l’avant et 2 pistons à l’arrière.

Malgré son petit gabarit, la Clio V6 n’est pas légère et pèse 1 335 kg, en raison de son moteur qui donne beaucoup de poids sur l’arrière. Si la tenue de route est plutôt bonne, c’est la précision du train avant qui est en cause en étant assez floue. Le diamètre de braquage de camion n’arrange pas la chose et pénalise aussi bien les manœuvres que les contre braquages sur circuit.

C’est clairement une voiture à aborder avec humilité de par son faible empattement qui la rend assez instable et provoque des décrochages indésirables du train arrière. Mais ce sont aussi ses défauts qui la rende attachante : une Renault Clio V6, ça se respecte et ça se mérite !

La cote pour une Renault Clio V6

Commercialisé de 2000 jusqu’à 2002, la Clio V6 n’a pas connu le succès. Ce sont principalement les délais de livraison bien plus long qu’annoncé (8 mois) qui ont dissuadé de nombreux acheteurs. Les critiques de la presse et son prix d’achat de 240 000 francs (environ 45 000 € actuels) n’ont pas non plus incité à franchir le pas.

La Renault Clio V6 est donc une automobile rare avec seulement 1 630 exemplaires écoulés, ce qui devient une qualité avec les années ! Pour s’en offrir une, il faut compter environ 40 000 € aujourd’hui mais cela peut être très variable en raison de l’offre très faible.

Vous aimerez aussi notre essai de la Renault Clio 4 RS

 

Retrouvez plus d’infos à ce sujet sur la plateforme Atome

Le nouveau réseau social des passionnés Auto&Moto