C’est qu’elle en jette cette DeLorean, « Nom de Zeus » ! Et ce n’est pas nous qui le disons, c’est Doc : “Faut voir grand dans la vie ! Quitte à voyager à travers le temps au volant d’une voiture, autant en choisir une qui ait de la gueule !” Et de la gueule elle en a, la DeLorean DMC-12, avec ses portes papillons et sa carrosserie en acier inoxydable… Nous nous sommes demandés comment cette voiture de sport était passée d’échec commercial cuisant à star mondiale de cinéma, et s’il est encore possible de se prendre pour Marty McFly en achetant une DeLorean d’occasion en mode retour vers le futur.

Cet Article vous est proposé par le réseau social Atome :

la plateforme Auto&Moto des initiés

Inscrivez-vous gratuitement ici et amusez-vous !   

www.atome.auto

Delorean DMC-12 dans la trilogie Retour vers le Futur (Wikimedia Commons)

Pour la DeLorean civile, la vraie, point de plutonium ou de voyage temporel. Mais la DeLorean reflète bien l’esprit de la trilogie Retour vers le Futur, avec ses lignes futuristes et son échec commercial…

DeLorean, c’est d’abord l’histoire d’une renaissance

DeLorean DMC-12 portes papillons ouvertes (Wikimedia Commons)

Tout avait pourtant bien commencé pour John Z. DeLorean : une belle réussite au sein de General Motors, où il gravit les échelons jusqu’au poste de vice-président, puis le lancement de sa propre marque de voiture en 1981. Mais voilà, en 1983, l’aventure prend fin avec un échec cuisant. Sur les 30.000 DeLorean DMC-12 prévues à l’origine, seules 8.583 ont été réellement produites. Cette voiture était censée représenter le futur de l’automobile, avec de nombreux équipements qui restent d’actualité plus de 30 ans après ! Climatisation, vitres et rétroviseurs électriques, condamnation centralisée… autant d’éléments qui équipent les voitures d’aujourd’hui, et qui se trouvaient déjà dans la DeLorean. 

Sa mécanique aussi n’avait rien à envier aux sportives de l’époque : un V6 2.8l PRV (Peugeot-Renault-Volvo) de 130 chevaux, rien de moins que la version atmosphérique du bloc de l’Alpine A310 V6 ! Brillante par sa conception, elle l’était aussi avec sa carrosserie en acier inoxydable 304.

Pourtant, ce bolide futuriste n’a pas rencontré son public… Le bloc moteur est jugé trop sage et le tarif de 25.000 $ trop élevé au vu des performances. Et deux ans après, patatra ! La société DeLorean fait faillite en 1983, engluée dans les problèmes financiers. La voiture futuriste appartient déjà au passé quand les deux scénaristes, Bob Gale et Robert Zemeckis, choisissent la DeLorean DMC-12. 

La DeLorean à remonter le temps !

Equipée d’un convecteur temporel nourri au plutonium, elle permet de voyager dans le temps dès que la vitesse atteint 88 mph (un peu plus de 141 km/h). Un succès phénoménal est au rendez-vous à la sortie du premier volet de la saga en 1985, avec 3,5 millions de spectateurs dans les salles. Le succès se confirme en 1989 et 1990 pour les volets 2 et 3 de la trilogie. Et voilà, la légende est née : la DeLorean est la machine qui permet de voyager dans le temps. Dès la sortie du premier film en 1985, elle devient un collector : elle n’est plus produite, mais les modèles en bon état se revendent au prix du neuf !

 

Se prendre pour Marty McFly au volant d’une DeLorean

Voilà, c’est décidé, vous avez chaussé vos baskets auto-laçantes, et vous vous rendez tous les jours au travail en hoverboard. Fort de vos économies accumulées euros après euros, vous vous lancez à la recherche de votre DeLorean ! En France, vous trouverez quelques annonces, pour une cote qui va de 25.000 à 55.000 €. Comment trouver la perle rare, VOTRE DeLorean ?

Delorean DMC-12 (Wikimedia Commons)

Si vous voulez vous prendre pour Marty McFry au volant d’un DMC-12 rutilante, voici les points sur lesquels vous devez vous attarder. Outre un historique et une traçabilité limpides, méfiez-vous des imitations ! C’est une perle rare, même rarissime (moins de 6.000 DeLorean sont encore en état de circuler aujourd’hui) alors attention aux contrefaçons… si si, un passionné en a même construit une sur base de Citroën BX.

Vous pouvez choisir un modèle en parfait état ou un modèle à restaurer sans trop vous poser de questions. En effet, de nombreuses pièces sont produites aux Etats-Unis à partir des plans d’origine. Vous pouvez accéder au catalogue complet de pièces certifiées et d’annonces d’occasion du site DeLorean Europe.

Les points de contrôle à ne pas rater sur une DeLorean

Circuit électrique et relais : surveillez le circuit électrique qui craint l’oxydation, et n’hésitez pas à changer les relais si cela n’a pas été fait.

Boîte à air : vérifiez la propreté du filtre à air car l’aération est un point faible de la DeLorean.

Assemblage : contrôlez l’état général intérieur et extérieur sur les premiers modèles, assemblés par des ouvriers peu qualifiés à l’époque.

Portes papillons : surveillez les mécanismes de fermeture dont la faiblesse entraînent des infiltrations désagréables

Carrosserie en inox : les traces et agressions du temps sont difficiles à enlever.

De nombreux modèles sont en vente aux Etats-Unis, bien moins chers qu’en France… Mais attention, ce qui peut sembler être une bonne affaire au premier coup d’oeil peut se révéler  plus coûteux ! Comptez un budget d’environ 15.000 € pour importer votre DeLorean et la faire livrer chez vous, avec le risque qu’elle ne passe pas l’homologation en voiture de collection… Donc le choix d’un modèle aux Etats-Unis est à réserver aux amateurs avertis qui savent dans quoi ils s’engagent.

 

Enfin, si pour vous le budget et l’attente ne sont pas un problème, sachez que tel un phénix, DeLorean Motor Company va faire renaître la marque de ses cendres et rendra disponible une nouvelle DeLorean fin 2017. Tout ce que l’on sait pour le moment, c’est qu’il est possible de la pré-commander, et qu’elle sera produite en série limitée d’environ 300 unités par an… Restez connectés pour un retour en enfance garanti !

Retrouvez plus d’infos à ce sujet sur la plateforme Atome

Le nouveau réseau social des passionnés Auto&Moto