Certains objets roulants ont parfois de quoi étonner. Imaginez, greffer un V8 Ferrari dans une berline à traction avant ! C’est pourtant le pari fou qu’on relevé les ingénieurs de chez Lancia pour en faire un modèle atypique, étonnant et bourré de caractère : la Lancia Thema 8.32.

 

Cet Article vous est proposé par le réseau social Atome :

la plateforme Auto&Moto des initiés

Inscrivez-vous gratuitement ici et amusez-vous !   

www.atome.auto

Lancia Thema 8.32

Après la Gamma qui fut un échec commercial dans le segment des berlines haut de gamme, Lancia ne pouvait pas rater son coup au moment de la remplacer. Présentée en 1984 au salon de Turin, la Thema est le fruit de l’alliance avec Fiat, Alfa Romeo et Saab qui ont produit respectivement la Croma, la 164 et la 9000 en utilisant la même base.

Proposant jusque-là des moteurs à la puissance plus modeste comme le 2.0 120 ch, le 2.0 turbo 165 ch, le V6 2.8 150 ch (un PRV !) et le 2.5 diesel de 100 ch, la Thema avait besoin d’un bon coup de boost. Quoi de mieux pour cela que de greffer le V8 de la Ferrari 308 ? Après le V6 Dino de la Stratos, ce fut la seconde occasion à Ferrari de fournir un moteur à Lancia. A cette occasion, la Thema voit adjoindre à son nom un « 8.32 » correspondant respectivement au nombre de cylindres et de soupapes. Apparue en 1986, cette version atypique est peu répandue mais certainement l’une des plus appréciée avec la Turbo 16 produite à partir de 1989.

Lancia Thema 8.32

Un look typé 80’s pour cette Lancia Thema 8.32

Alors que Lancia nous a habitué à un design atypique, celle-ci est presque banale. La ligne est néanmoins discrète et élégante avec une belle calandre chromée. Le style est clairement baroque ce qui était très en vogue dans les années 80.

Innovation à l’époque, elle est munie d’un petit aileron rétractable sur la malle de coffre qui permet d’obtenir 30 kg d’appui à 220 km/h. D’ailleurs, et malgré son allure cubique, elle offre un beau coefficient de pénétration dans l’air de 0,32. Les jantes de 15 pouces à 5 branches sont d’inspiration Ferrari (328, Testarossa).

La Lancia Thema 8.32 a été uniquement commercialisée avec des couleurs sombres et métallisées, considérées comme seyant le mieux à une voiture assez élitiste, à l’exception de la teinte rouge sang.

L’intérieur est très chaleureux, surtout en couleur crème. Le cuir (optionnel) et le bois en ronce de noyer se mélangent pour donner un certain raffinement. Bien que l’on ait affaire à une voiture des années 80, le plastique est quasiment absent sur cette version V8.

Très confortable avec ses sièges moelleux, la liste des options était malheureusement assez longue pour en faire un véhicule richement équipé. Le cuir intégral, les sièges électriques et chauffant, le toit ouvrant ou encore la climatisation n’étaient pas proposés de série.

Chef d’œuvre sous le capot de la Lancia Thema 8.32

Un V8 Ferrari pour la Lancia Thema 8.32 !

C’est la pièce maîtresse de la Lancia Thema 8.32 qui justifie à lui seul l’achat de la voiture ! Il s’agit du moteur de la 308 en version Quadro Valvole (quatre soupapes par cylindre). Ce V8 de 2 927 cm3 est ouvert à 90° (comme tout bon V8 qui se respecte), est doté d’une injection électronique Bosch et totalise 32 soupapes.

Développant 240 ch sur la Ferrari 308, il a été retravaillé par Lancia afin de privilégier le couple à bas régime et ainsi privilégier la souplesse de fonctionnement à la puissance pure, pour correspondre au mieux aux besoins d’une berline.

Ce sont donc un total de 215 ch à 6 750 tr/min et un couple de 285 Nm à 4 500 tr/min que cette pièce d’orfèvrerie produit sur la Lancia Thema 8.32. Si la puissance est évidemment moins impressionnante que sur la 308, il ne faut pas oublier que la Ferrari n’a « que » 260 Nm de couple et qu’il est haut perché à 5 000 tr/min, ce qui ne correspond pas à la philosophie de la Thema.

Les performances annoncées par Lancia sont d’ailleurs de premier plan puisque la Thema ne réclame que 6,8 secondes de 0 à 100 km/h (quand il fait sec !), 26,8 secondes pour atteindre les 1 000 mètres et est capable de monter jusqu’à 240 km/h.

En 1989, la pose d’un catalyseur fit perdre à l’italienne 10 ch, 4 dixièmes sur le 0 à 100 km/h et 5 km/h en vitesse maximale.

Une seule boîte de vitesse est utilisée avec une classique manuelle à 5 rapports. Il est étonnant que Lancia n’ait pas estimé utile de proposer une boîte automatique qui n’aurait pas juré sur une confortable berline.

Difficile de maîtriser toute la puissance

Sacré challenge que de placer un V8 sur l’essieu avant et de lui faire transmettre la puissance sur ces mêmes roues ! Ce pari, Lancia l’a relevé et la Thema était d’ailleurs la traction avant la plus puissante du monde à l’époque. Avec le poids du moteur, un travail a été effectué en conséquence pour tenir compte d’une répartition des masses de 62 % sur l’avant et 38 % sur l’arrière. Ce sont notamment les suspensions qui ont été durcies, la barre anti-roulis avant est plus grosse et les triangles multibras de types Mcpherson sont plus généreusement dimensionnés. A partir de 1988, une suspension pilotée hydrauliquement sera proposée en option et intègre des modes « Sport » et « Confort » à l’instar de nos voitures modernes.

Dénué d’antipatinage et doté de pneus de seulement 205 mm de large, le train avant a fort à faire pour canaliser la fougue du V8 et se retrouve bien souvent dépassé, surtout sur route humide ! Globalement saine et peu piégeuse, la Lancia Thema 8.32 n’est clairement pas une sportive avec ses 1 400 kg, d’autant que le manque de maintien des sièges sera préjudiciable en conduite trop poussée. Sa qualité première est avant tout d’offrir un excellent confort à son conducteur et ses passagers. Et pour ça, on peut dire qu’elle remplit sa mission !

Acquérir une Lancia Thema 8.32

La version V8 sera produite entre 1986 et 1992 à seulement 3 971 exemplaires. La raison principale à son faible succès commercial est avant tout son prix salé puisqu’elle était proposé hors options à 305 000 francs, soit environ 75 000 € actuels !

Il est aujourd’hui possible d’en dénicher une en occasion mais il faut faire très attention à son état et à son entretien. Si la cote moyenne est d’environ 20 000 €, elle peut être très variable en fonction de l’exemplaire, le coût des réparations étant à la hauteur du mythe Ferrari !

Vous aimeriez lire aussi : Lancia Stratos : Stratosphérique !

Retrouvez plus d’infos à ce sujet sur la plateforme Atome

Le nouveau réseau social des passionnés Auto&Moto