Renault et les citadines sportives, c’est tout une histoire d’amour ! Alors que la marque française motorisait les Williams championnes du monde en F1 de Nigel Mansell et Alain Prost, l’association entre l’écurie anglaise et Renault donna naissance à une petite bombinette désormais mythique : la Renault Clio Williams.

 

Cet Article vous est proposé par le réseau social Atome :

la plateforme Auto&Moto des initiés

Inscrivez-vous gratuitement ici et amusez-vous !   

www.atome.auto

Renault Clio Williams

Elle est intemporelle cette Renault Clio Williams !

Pour célébrer son engagement en F1 avec l’écurie Williams auréolé des titres en 1992 et 1993, Renault décida de produire une version spécifique de sa Clio.

Renault ne s’arrêta d’ailleurs pas en si bon chemin pour créer en 1994 le concept car le plus déluré de l’histoire : l’Espace F1 doté du V10 3,5 litres de 800 ch à la place des sièges arrière !

 

Mais pour cette Renault Clio Williams, il ne s’agissait pas uniquement de fêter la présence en F1, mais également de permettre une homologation en Rallye en catégorie 2 litres avec un minimum de production de 2 500 exemplaires. La Clio 16S n’étant équipée que d’un moteur de 1,8 litres, il fallait développer une nouvelle version, ce que fit avec brio cette Renault Clio Williams en 1993.

Un look reconnaissable pour la Renault Clio Williams

Extérieurement, la Renault Clio Williams est uniquement disponible dans sa teinte bleu spécifique, appelé « Bleu Sport 449 » puis « Bleu Galassia 432 ». Elle marquera surtout par ses jantes Speedline en 15 pouces couleur or et ses nombreux logos « Williams » et « 2.0 » dorés qui ornent la carrosserie. Malgré des ailes élargies et un capot bombé qui la rende plus musclée, les modifications ne sont pas très importantes mais elles font leur effet et la rende reconnaissable entre toutes.

Le topo est identique à l’intérieur où l’on retrouve la planche de bord classique d’une Clio avec ses plastiques rigides peu flatteurs et qui vieillissent mal. Toutefois, la sellerie en velours des sièges baquets de Renault R19 16S est spécifique et logotée « W ».

La moquette et le fond de compteurs sont du même bleu que la carrosserie et ajoutent une touche de sportivité. Sur les premiers exemplaires, une plaque numérotée est présente sur la planche de bord. La dotation est assez complète de série avec la présence des vitres électriques, de la fermeture centralisée et de la direction assistée.

Des origines étonnantes pour le moteur de la Renault Clio Williams

Une base étonnante pour la Renault Clio Williams

Ce bloc est d’origine roturière et pas forcément très noble puisqu’il a démarré sa carrière en tant que… Diesel ! Il a toutefois rapidement été transformé en essence et c’est ce même bloc qui équipe la Clio 16S en version 1,8 litres (nom de code F7P).

Pour être homologué en catégorie 2 litres en rallye, Renault va augmenter l’alésage de 0,7 mm et la course de 9,5 mm. Pour ce faire, la marque française va utiliser un vilebrequin de Clio diesel (!), ce qui permettra à ce moteur nommé F7R d’atteindre 1 997 cm3.

Beaucoup d’éléments évoluent par rapport à la 16s avec des bielles renforcées, des pistons forgés, des soupapes d’admission plus grosses refroidies au sodium, des conduits d’admissions polis, des arbres à cames spécifiques ainsi qu’une culasse trempée et résinée comme en F1.

Au final, ce moteur développe 150 ch à 6 100 tr/min ainsi qu’un couple de 179 Nm à 4 500 tr/min. Le régime maximal est raisonnable avec 6 500 tr/min et la fiabilité a d’ailleurs été préférée au rendement pur. D’autant que l’usage d’un catalyseur (obligatoire depuis 1993) n’a pas aidé pour la respiration du moteur.

Les performances sont d’un très bon niveau pour une citadine de ce gabarit avec un 0 à 100 km/h effectué en 7,8 secondes, un 1 000 m départ-arrêté en 28,6 secondes et une vitesse de pointe de 215 km/h.

Seule une boîte mécanique à 5 rapports est proposée. Avec son étagement assez court, elle convient parfaitement à une conduite sportive sur petites routes.

Un châssis affuté

La Renault Clio Williams va récupérer nombre d’éléments de la Renault 19 16S comme ses bras de suspensions triangulés qui permettront d’élargir les voies avant de 34 mm afin d’améliorer la stabilité. La coque et la carrosserie sont entièrement en acier ce qui n’empêche pas un poids assez réduit avec seulement 990 kg sur la balance. Cela est permis notamment grâce la petite taille de la Clio Williams qui mesure seulement 3,71 mètres de long et 1,64 mètres de large.

Les jantes sont de la même taille que sur la 16s avec 15 pouces de diamètre mais plus large d’un demi-pouce. La largeur des pneus est pourtant identique avec 185 mm. Le freinage est confié à 4 freins à disques qui n’ont aucun mal à arrêter la faible masse de cette Clio Williams.

Le résultat est un comportement très vif comme on n’en fait malheureusement plus, les citadines modernes étant désormais trop grosses et trop lourdes pour procurer les mêmes sensations. Le train avant est mordant et précis alors que les suspensions sont fermes juste comme il faut : suffisamment pour juguler les prises de roulis mais pas excessivement pour permettre le filtrage des aspérités.

Le prix pour acquérir une Renault Clio Williams

A l’origine, Renault comptait ne produire que 3 800 exemplaires pour l’homologation. Mais devant l’engouement pour ce modèle, la marque française décida finalement d’en vendre davantage. Ce sont donc un total de 12 100 exemplaires qui sortiront des chaînes de la marque au losange entre 1993 et 1996.

Hormis ses qualités dynamiques et sa filiation à Williams, cette Clio eut la bonne idée de proposer ses prestations à un prix de vente raisonnable de 129 500 francs en 1993, soit environ 25 000 € actuels.

Très recherchée, la cote de la Clio Williams est assez soutenue et se situe entre 10 et 12 000 € pour un exemplaire en état correct. Il est possible d’en dénicher un pour 8 000 € mais avec un kilométrage élevé et/ou un état médiocre. A noter que certains modèles en état concours se vendent près de 20 000 € !

Vous aimeriez lire aussi : Renault Clio 4 RS : Plus de polyvalence

Retrouvez plus d’infos à ce sujet sur la plateforme Atome

Le nouveau réseau social des passionnés Auto&Moto