Après une attente interminable de près de 40 ans avant de trouver une héritière digne de la mythique Type E, Jaguar a répondu de la plus belle des manières avec un petit cabriolet élégant, racé et bourré de caractère. Chez Atome automobile, Hugo et Sébastien ont eu le plaisir d’essayer la Jaguar F-Type V8S prêtée par le garage Belloy Automobiles.

Cet Article vous est proposé par le réseau social Atome :

la plateforme Auto&Moto des initiés

Inscrivez-vous gratuitement ici et amusez-vous !   

www.atome.auto

Jaguar F-Type, cabriolet V8 de 2013 adapté à la vie de château

Jaguar F-Type, l’héritière de la regrettée Type E

Trois concepts avant la Jaguar F-Type de série

Depuis 1975, les aficionados de la marque attendaient une suite à la superbe Type E. Il y a bien eu la jolie XK, mais elle s’est révélée plus bourgeoise et moins sportive. Et bien sûr, nous avons rêvé devant les concept-cars comme la XK 180 en 1998, ou le concept F-Type en 2000, qui furent malheureusement classés sans suite. Ce n’est donc qu’en 2011, au Salon de Francfort, que Jaguar sort les griffes avec le prototype C-X 16, qui nous laissait entrevoir, enfin, la descendance de la Type E. Et c’est finalement en 2012, au Mondial de l’Auto à Paris, qu’est dévoilée la version définitive de la F-Type, pour une commercialisation dès 2013 en version coupé et roadster.

Née de la plume de Ian Callum, la F-Type ne fait pas dans le néo-rétro même si les codes de la Type E sont respectés avec son long capot avant, son habitacle reculé et son arrière court. Mais si la Type E mettait en avant ses rondeurs, cette F-Type affiche des traits taillés à la serpe et une ligne tendue. Courte, avec seulement 4,47 m de long, large avec 1,92 m, et assez basse, Jaguar a frappé fort avec une voiture aussi belle qu’élégante, et sportive. Sur la version cabriolet, une capote en toile a été préférée à un toit en dur, bien plus lourd. Il est d’ailleurs intéressant de constater la différence de ligne entre le coupé et le roadster. Le roadster ayant un côté « barquette » quand le coupé dispose d’une ligne plus plongeante.

Jaguar F-Type, une multitude de motorisations proposées

Disponible aussi bien en version cabriolet que coupé, la Jaguar F-Type se décline en plusieurs motorisations :

  • Un récent 4 cylindres 2.0 turbo de 300 ch, proposé en propulsion et boîte automatique à 8 rapports uniquement.
  • Un V6 3.0 à compresseur proposant 340ch (380 ch en version S ou 400 ch en version 400 Sport). Elle est disponible avec la boîte manuelle à 6 rapports ou la boîte automatique à 8 rapports et en propulsion. Une version S AWD de 380 ch en transmission intégrale était proposée jusqu’à l’arrivée du 4 cylindres.
  • Un V8 5.0 à compresseur proposant 495ch dans la version S (550ch en version R et 575ch en version SVR). Uniquement proposé en boîte automatique à 8 rapports, la version S est obligatoirement une propulsion, la SVR en transmission intégrale tandis que la R laisse le choix à l’acheteur.

Jaguar F-Type, V8S, 2013, un V8 supercharged de près de 500 chevaux

Nous avons le plaisir d’essayer aujourd’hui l’une des plus puissantes, la Jaguar F-Type cabriolet propulsée par le V8 en version S. Gentiment prêtée par le garage Belloy Automobiles, celle-ci est vraiment splendide avec sa couleur Storm Grey et promet de belles virées en plein air, cheveux au vent !

Jaguar F-Type, raffinement So British à bord

Les sièges baquets de la Jaguar F-Type

Si le design extérieur de la F-Type est un énorme atout, l’intérieur n’est pas non plus en reste avec une finition de belle facture et une sportivité affichée par de beaux sièges baquets. Sur notre modèle, ceux-ci sont d’une magnifique couleur crème, tout comme une partie des garnitures de portières. Par rapport à une XK, l’intérieur est plus sportif, notamment avec son petit volant à méplat optionnel, mais l’élégance reste de mise avec un tableau de bord recouvert de cuir. L’instrumentation est parfaitement lisible, tournée vers le conducteur, ce qui montre que ce dernier est la priorité de cette F-Type ! La position de conduite est excellente et l’espace à bord est assez important malgré la taille réduite de l’auto.

En revanche, avec seulement 196 litres, le coffre se révèle un peu limité pour embarquer les bagages pour les vacances. Enfin, la capote en toile n’est pas un inconvénient car son isolation est remarquable. De plus, son système électrique est très rapide puisqu’il ne faut que 12 secondes pour décapoter.

La Jaguar F-Type, un intérieur sobre et luxueux

Jaguar F-Type, la muscle car à l’Anglaise

Jaguar F-Type, un V8 supercharged de près de 500 chevaux

« C’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes », Jaguar a sûrement dû se répéter cette devise au moment de motoriser la F-Type, et pour cause ! La base de ce V8, répondant au doux nom AJ-V8, date de 1996 et a équipé de très nombreux modèles en de nombreuses déclinaisons. Ainsi, les Jaguar XK, XF ou encore XJ, l’Aston Martin V8 Vantage ou encore de nombreux Ranger Rover ont reçu cette motorisation, déclinée en de nombreuses cylindrées, et soit en version atmosphérique, soit en supercharged, comme le dise les Britanniques, c’est-à-dire avec une suralimentation par un compresseur directement relié au vilebrequin.

C’est d’ailleurs à partir de ce V8 que fut créée la version V6 de la F-Type. Mais qui dit base ancienne ne dit pas forcément dépassé, loin de là ! Sur cette version appelée AJ133, il cube 5 litres tout pile avec ses 32 soupapes, est assisté par un compresseur volumétrique Eaton Twin Vortex et reçoit une injection directe. Il développe la bagatelle de 495 chevaux à 6500 tr/min (régime maxi à 6750 tr/min) et offre un couple éléphantesque de 625 Nm de 2500 à 5500 tr/min. La transmission se fait par l’intermédiaire d’une transmission automatique ZF à 8 rapports. Avec ce niveau de puissance, les performances sont évidemment remarquables avec un 0 à 100 km/h abattu en 4,3 secondes et une vitesse maximale de 300 km/h. Le kilomètre départ-arrêté quant à lui ne réclame que 22,3 secondes.

Le cabriolet le plus rigide jamais construit par Jaguar ? La Jaguar F-Type, bien sûr !

Afin d’obtenir une bonne rigidité sans pénaliser le poids du cabriolet, Jaguar a eu la bonne idée de recourir massivement à l’aluminium pour la structure et la carrosserie. Ainsi, malgré le gros V8, la Jaguar F-Type est annoncée à 1665kgs avec une répartition des masses à 53% sur l’avant et 47% sur l’arrière, ce qui est très correct pour une voiture dont le bloc moteur est situé à l’avant. Le système de suspensions fait appel à des amortisseurs actifs qui, grâce à l’Adaptive Dynamic System, permet de contrôler les mouvements de caisse jusqu’à 100 fois par seconde. Et pour faire passer la cavalerie, la monte pneumatique est imposante avec du 255 mm de large à l’avant et 295 mm à l’arrière. Et parce qu’il faut bien s’arrêter parfois, le freinage est confié à des disques de 380 mm de diamètre à l’avant et 376 mm à l’arrière, le tout maîtrisé par des étriers à 4 pistons. La direction assistée est hydraulique, un système parfaitement adapté à la sportivité du cabriolet. Nous remercions donc Jaguar de ne pas avoir cédé à la tentation de l’électrique, qui offre trop souvent un feeling peu naturel.

Jaguar F-Type sur la route : réveillez votre instinct de pilote !

Un V8 de 500 chevaux sur la route, qu’est-ce que ça donne ?

Tout d’abord, au démarrage, le 5 litres s’éveille de manière bruyante, avec un coup de gaz automatique qui ne vous fera pas que des amis dans votre voisinage. Rauque et puissante, la sonorité ne donne qu’une envie, celle de laisser se défouler les bielles !

Et autant le dire tout de suite, ce V8 contribue en grande partie à l’achat de cette voiture. Son caractère est assez unique, on connaissait les moteurs atmosphériques linéaires, les moteurs turbo « On/Off », et bien celui-là est du genre « On » tout le temps ! Dès les plus bas régimes, il vous catapulte avec vigueur sans discontinuer jusqu’à la zone rouge. Et si les constructeurs arrivent aujourd’hui à réduire au maximum le temps de réponse des moteurs turbocompressés, ceux-ci ne peuvent atteindre l’instantanéité d’un compresseur, qui ne subit pas l’inertie liée aux gaz d’échappements. Le tout dans une sonorité des cavernes, s’éclaircissant à l’approche de la zone rouge et poussant au crime dès que l’on passe sous le moindre pont. Et c’est encore pire lorsque l’on ouvre les clapets d’échappements qui pétaradent à la moindre décélération !

Bien qu’un peu lourde, la Jaguar F-Type est assez agile et son comportement est sain grâce à sa direction précise et consistante, son freinage efficace et son châssis suffisamment rigide. Mais si ce dernier est de qualité, il a toutefois fort à faire pour transmettre la puissance aux roues arrière. Celle-ci arrive de manière sauvage,  instantanée et incite donc son conducteur à l’humilité sous peine de dérobade du train arrière. Dans ces conditions, il est assez difficile d’aller chercher la limite sur route ouverte. Toutefois, les amateurs de drift s’en donneront à cœur joie tant les coups de gaz suffisent à la faire pivoter.

Mais finalement, cette Jaguar F-Type n’est pas forcément faite pour attaquer la route, mais plutôt pour l’apprécier. Quel plaisir de se balader cheveux au vent en profitant des borborygmes de son moteur. D’autant que la boîte de vitesses, douce et rapide, s’adapte à tout style de conduite. Il est étonnant de constater à quel point les boîtes automatiques à convertisseur ont pu progresser pour concurrencer celles à double-embrayage. Au cours de notre essai, la plus belle chose fut peut-être la réaction émerveillée des enfants croisés près d’un parc. On ne compte pas le nombre de pouces levés à l’approche de ces derniers, après avoir pu apprécier la sonorité de la bête. En ayant vu ça, on peut se dire que la passion automobile a encore de beaux jours devant elle !

La Jaguar F-Type allie élégance et sportivité

Quel budget pour cette Jaguar F-Type V8S de 2013 affichant 13.000 km

Vendue neuve à près de 130.000 €, cette Jaguar F-Type V8S de 2013 affiche 13.000 km au compteur et est à vendre pour 79.995 €. Si la consommation est assez élevée (quoi de plus logique vu le niveau de puissance) avec près de 20 litres aux 100 km en conduite soutenue, la fiabilité de ce moteur est impériale. Grâce à ses 3 chaînes de distribution, le coût d’entretien de ce bloc est réduit puisque hormis les révisions classiques comme les filtres et l’huile, il ne réclame qu’un changement des 8 bougies (comptez 240 € environ) et de la courroie d’entraînement du compresseur (environ 180 €) tous les 7 ans ou… 160 000km ! En comparaison avec la concurrence, la maintenance est très réduite.

L’avis d’Atome automobile sur cette Jaguar F-Type V8S cabriolet

Sébastien

Le bouton d’ouverture des valves échappement

Ça change des Allemandes

Raffinement intérieur

 Consommation des pneus arrière

 Manque les 4 roues motrices pour cette version

C’est la première fois que je me retrouve au volant d’une Jaguar et je dois dire que l’expérience fut grisante. L’intérieur de la belle est somptueux avec ses cuirs dégageant une douce odeur de luxe. Les matériaux sont d’une grande qualité et très bien assemblés. Après avoir pris ses marques, réglé son siège et pris connaissance des boutons du cockpit, vient le moment d’appuyer sur le bouton « Start » ! Je me souviens m’être dit en tête : « Vas-y mollo », c’est qu’il y a quand même près de 500 chevaux sous le capot. La seconde suivante, le son du moteur rugit et confirme qu’il y a du monde là-dessous. Ce son est une particularité et contribue grandement à la personnalité de la voiture. C’est certainement très primaire, mais rien de plus amusant que de se balader et rétrograder au bon moment pour faire pétarader l’échappement en s’arrêtant au feu rouge. Ensuite, la question vous traverse immanquablement l’esprit : au vert, j’y vais tranquille ou j’accélère juste ce qu’il faut pour faire rugir la bête ?

Hugo

Sonorité !

Design élégant et racé

Moteur puissant et coupleux

 Fiabilité

Intérieur

Rigidité du châssis

 Caractère sauvage…

… Qui réclame de l’attention !

Consommation

Après une telle attente, on peut dire que Jaguar a réussi son coup ! Belle, élégante et sauvage à la fois, elle distille un plaisir unique à ses occupants. Impossible de ne pas évoquer à nouveau ce bruit exceptionnel qui participe grandement à l’intérêt de la voiture.

Poussant fort, plein à tous les régimes et parfaitement secondé par une boîte de vitesses efficace et précise, ce V8 est un bijou. Il est tellement sauvage que les pneus arrière avouent rapidement leurs limites en conduite sportive. Et pourtant, ce n’est pas la qualité du châssis qui est en cause, mais surtout la rapidité d’exécution du moteur, très coupleux dès les plus bas régimes. Comme tout félin, il faut donc être prudent et faire preuve d’humilité au moment de lâcher la bride. Même à des allures réduites, elle offre un réel plaisir de conduite.

Et pour faire un peu cliché, c’est le genre de voiture parfaite pour une balade gastronomique, dans un écrin raffiné.

Le mot du vendeur sur la Jaguar F-Type V8S

Belloy Automobiles

18 boulevard Chemin de Fer – 51420 Witry les Reims

03.26.50.20.92

Gaël, gérant du garage Belloy Automobiles, nous donne son avis sur ce superbe roadster de septembre 2013 affichant 13.000 km. Cette occasion première main possède une carte grise française et dispose d’options luxueuses, et notamment :

  • Les jantes carbones,
  • Le superbe cuir crème de l’habitacle,
  • La boîte auto adaptative 8 rapports qui réjouit les oreilles avec ses valves à l’échappement.

Gaël

Esthétique

Confort

Sonorité

Puissance

C’est avant tout une auto magnifique, mêlant parfaitement l’élégance et la sportivité. Beaucoup de gens font des remarques positives sur l’esthétique de cette voiture qui n’est jamais ostentatoire. Elle dispose de beaucoup d’atouts, le principal étant ce moteur et sa sonorité exceptionnelle. Mais elle est aussi confortable et pratique grâce à sa capote électrique qui s’avère très rapide et séparée du coffre.

Chez Atome automobile, on a pris énormément de plaisir à essayer ce roadster sportif et élégant. Parfois, l’attente a du bon et on peut dire que Jaguar a tapé dans le mille avec cette F-Type. Cette version V8 appelle à tous les superlatifs, que ce soit sur la puissance ou la sonorité. Si vous souhaitez franchir le pas et vous faire plaisir avec ce superbe cabriolet, n’hésitez pas à vous rapprocher de Gaël du garage Belloy Automobiles !

Retrouvez plus d’infos à ce sujet sur la plateforme Atome

Le nouveau réseau social des passionnés Auto&Moto