Il y a encore peu de temps, choisir entre essence ou diesel était plutôt simple : essence pour les petits rouleurs, diesel pour les autres… Aujourd’hui, tout change ! Entre les nouvelles restrictions de circulation, les dispositions fiscales, le durcissement du contrôle technique en 2018, et autres mesures, le choix devient compliqué pour l’automobiliste qui cherche sa nouvelle voiture.

Cet Article vous est proposé par le réseau social Atome :

la plateforme Auto&Moto des initiés

Inscrivez-vous gratuitement ici et amusez-vous !   

www.atome.auto

Essence ou diesel, quelle voiture choisir aujourd’hui ?

Avant tout, quelques chiffres pour comprendre le changement radical qui s’opère actuellement sur le marché automobile français :

  • En 2008, les voitures diesel représentaient 77% des ventes de véhicules neufs
  • De janvier à septembre 2017, les autos diesel représentent 47,8% des ventes de véhicules neufs, quand les essences prennent 47,3% des parts de marché.

Un véritable rééquilibrage est en cours, favorisé par des mesures prises par les pouvoirs publics depuis quelques années. Entre une fiscalité qui revient à l’équilibre progressivement entre essence et diesel, ou des restrictions de circulation qui touchent plus particulièrement les véhicules diesel, un intérêt croissant se dirige vers les autos fonctionnant au sans plomb, ou même les hybrides (3,3%) et les électriques (1,1%).

Essence ou diesel : quand les incertitudes s’additionnent…

L’âge moyen des voitures en France augmente, puisqu’il est passé de 8 ans en 2008 à 8,7 ans au 1er janvier 2015. En parallèle, les Français gardent leur auto plus longtemps. Quand, en 1990, la moyenne se situait entre 3,5 et 4 ans, le conducteur semble aujourd’hui s’attacher un peu plus à sa voiture et la garde plus de 5 ans dans son garage ! Et du fait de cette durée, une incertitude plane sur l’automobiliste : celle de la revente, dans un certain temps… En effet, quel conducteur parisien se doutait, en achetant un diesel neuf en janvier 2015 (par exemple), que sa voiture serait interdite à la circulation dans Paris en 2020 ? D’un coup, son auto perdrait énormément de valeur aux yeux d’acheteurs potentiels, mais aussi en cas de reprise par un professionnel… Le problème, c’est que ces annonces ne sont que des annonces, et font planer l’incertitude sur les conducteurs qui ne savent plus à quel carburant se vouer !

Dernières annonces en date, celles concernant le projet de loi finance 2018, et notamment la convergence progressive de la fiscalité entre essence et diesel, ce dernier rattrapant petit à petit le pris de l’essence à la pompe. Donc dans un avenir très proche, seule une consommation de carburant inférieure permettra de rentabiliser une voiture diesel, ce qui demandera un kilométrage annuel supérieur.

Essence ou diesel : finalement, quels critères pour faire son choix ?

Premier de tous les critères à observer pour choisir entre essence ou diesel, c’est la typologie de vos trajets, avant même votre kilométrage annuel. En effet, si vous faites beaucoup de trajets courts (20 km ou moins) et urbains, ou soumis aux embouteillages des heures de pointe, le moteur essence devrait se montrer le plus adapté puisque ce dernier s’encrasse moins qu’un diesel. En effet, sur ce dernier la production de suies grasses peut encrasser le moteur dès 40.000 km et engendrer des frais de réparation qui ne feront qu’augmenter le budget global. De plus, les blocs diesels doivent être à la bonne température pour fonctionner correctement, et donc respecter un temps de chauffe. Si par contre vos trajets sont longs et roulants (autoroute, route, périphériques urbains), vous pourrez envisager un diesel, plus sobre et adapté à ce type de parcours. Enfin, après avoir analysé vos types de trajets, le kilométrage annuel vous permettra aussi de choisir entre essence ou diesel.

Si on considère encore aujourd’hui qu’au-delà de 25.000 km par an, le diesel reste le carburant à privilégier. Ce seuil monte progressivement, et le haro généralisé des pouvoirs publics oriente nombre d’entre nous vers le sans plomb, par prudence. Voilà donc ce que l’on peut dire, d’après l’expérience que l’on a du marché automobile. Mais plusieurs autres éléments sont à prendre en compte avant d’acheter une voiture essence ou diesel :

  • coût de l’entretien plus élevé sur le diesel, du fait de sa complexité technologique plus important que les moteurs essence
  • assurance plus élevée pour un véhicule diesel que pour son équivalent essence (car le prix du neuf est plus élevé)
  • contrôle technique plus strict à partir du 20 mai 2018, et contrôle anti-pollution renforcé à compter de 2019 visant particulièrement les motorisations diesel
  • consommation plus élevée sur les motorisations essence, même si les blocs turbocompressés actuels se montrent de plus en plus sobres

Aujourd’hui, la fiabilité des blocs essence ou diesel est assez équivalente, pour peu qu’on choisisse le type de moteur adapté à son utilisation. Avec un entretien suivi et régulier, on ne note pas d’écart significatif sur les motorisations les plus courantes.

Essence ou diesel : comment se comporte le marché de l’occasion ?

L’un des critères à prendre aussi en compte, d’après nous, c’est le type d’achat : neuf ou occasion ? En effet, si l’offre en neuf est très large, et vous permettra de fixer vos propres critères d’achat, le choix d’une voiture d’occasion ferme de nombreuses possibilités… La tendance est donc orientée à la hausse pour les occasions essence, tandis que le diesel voit sa cote baisser. Le type de voiture joue aussi sur le choix entre essence ou diesel : une citadine diesel ou une berline essence seront plus difficiles à revendre qu’une citadine essence ou une berline diesel… D’ailleurs, sur plus de 70 modèles citadins neufs (Renault Twingo, Fiat 500, Mazda 2, Volkswagen Polo…), seuls 14 ont un bloc diesel ! Mais plus généralement, on observe aujourd’hui des évolutions significatives, qui font qu’un même modèle en essence décotera moins vite qu’en diesel… La loi de l’offre et de la demande entre en jeu sur le marché de l’occasion. En effet, si vous explorez les petites annonces, vous constaterez que les voitures diesel sont bien plus nombreuses que celles roulant au sans plomb, alors que la demande s’inverse (comme sur le neuf) et privilégie aujourd’hui l’essence…

Dans les chiffres, sur les huit premiers mois de l’année, 3,9 millions de voitures d’occasion ont été vendues en France. Et ce qui se produit actuellement sur le marché du neuf se répercute aussi sur celui du véhicule d’occasion. Entre 2014 et 2017, la tendance à la baisse du diesel est marquée par une perte de 3 points, passant de 68 à 65% de parts de marché.

Essence ou diesel : c’est aussi un choix personnel !

Et oui, l’un des critères à prendre en compte, et non des moindres, c’est vous, le conducteur ! Et même chez nous, au sein de l’équipe Atome automobile, les avis sont partagés entre pro essence et pro diesel, et engagent parfois des débats passionnés !!! Donc si nous avons un dernier conseil à vous donner, avant de signer le chèque, c’est d’essayer la voiture qui vous plaît, dans la motorisation qui vous tente… En effet, c’est la seule solution pour savoir si une auto vous convient pour l’usage que vous prévoyez d’en faire. En outre, certains vous conseilleront de calculer le coût au kilomètre, qui tient compte de la consommation, du budget d’entretien, de l’assurance ou encore des réparations courantes… Mais il s’agit-là de prédictions plutôt compliquées à réaliser, car s’il est possible de connaître la prime d’assurance par un devis établi à l’avance, et si le budget d’entretien peut être globalement anticipé, il n’en va pas de même pour la consommation réelle ou les réparations et changements de pièces à prévoir… La consommation affichée par les constructeurs reste sous-évaluée puisqu’établie en laboratoire, et seul un essai routier dans vos conditions normales de circulation peut vous aider à anticiper ce poste de dépense (en utilisant les informations de l’ordinateur de bord sur un véhicule récent par exemple). Enfin, comment anticiper de futures pannes et réparations, ou savoir si elle seront plus conséquentes sur tel ou tel type de moteur ? L’équation est complexe, et les inconnues bien nombreuses !

Vous l’aurez compris, il n’y a pas de solution miracle pour choisir entre essence ou diesel… Si aujourd’hui, le diesel semble voué au bannissement de nos villes après de longues années à être plébiscité par les pouvoirs publics, l’essence voit sa cote d’amour remonter dans le cœur des Français. Pourtant, il reste une valeur sûre pour les gros rouleurs, qui pourront aligner les milliers de kilomètres avec une fiabilité certaine et pour un budget plus raisonnable qu’une voiture essence. Sur le marché du neuf, le rééquilibrage se fait donc, mais cette tendance met le marché de l’occasion en tension. Si certains y voient aujourd’hui l’opportunité de faire un “bon coup”, en acquérant un diesel récent bien en-dessous de sa cote “normale”, attention à la revente et aux futures décisions de nos dirigeants ! Il peut aussi s’avérer intéressant d’acquérir un véhicule essence neuf, ou en occasion récente, puisque leur cote semble se stabiliser, voire augmenter sur certains modèles…

Retrouvez aussi notre article sur la hausse des carburants depuis le 1er janvier 2018.

Vous aimeriez lire aussi : Transformer sa voiture Flex Fuel : installation et homologation

Retrouvez-nous sur Facebook

Retrouvez plus d’infos à ce sujet sur la plateforme Atome

Le nouveau réseau social des passionnés Auto&Moto