Le stage de récupération de points dure 2 jours et permet aux automobilistes de récupérer 4 points sur leur permis de conduire. Ce stage peut être soit volontaire pour sauver son permis de conduire, soit obligatoire dans le cadre d’un permis probatoire. Le stage de récupération de points est donc une solution intéressante pour augmenter son solde de points.

Cet Article vous est proposé par le réseau social Atome :

la plateforme Auto&Moto des initiés

Inscrivez-vous gratuitement ici et amusez-vous !   

www.atome.auto

Déroulement d’un stage de récupération de points

Présentation du stage de récupération de points

Comme indiqué, le stage de récupération de points s’étend sur 2 jours et a pour objectif de faire une mise à niveau au conducteur en ce qui concerne les dangers sur la route, les règles du Code de la route à respecter et les comportements jugés dangereux.

Le stage est animé par deux professionnels agréés par le ministère des transports : un psychologue et un expert en sécurité routière. Durant le stage, ces professionnels aborderont différentes thématiques sur la sécurité routière tout en laissant un temps de parole aux participants et en organisant des débats. En moyenne, il y a 20 participants par stage.

Au bout des 2 jours de stage, le conducteur est censé repartir avec des points supplémentaires sur son permis de conduire et une attestation lui est également remise (un exemplaire est délivré au préfet du département dans les 15 jours suivants la fin du stage). Cette attestation est très importante puisqu’elle prouve votre participation au stage.

Depuis mars 2011, il est possible de suivre un stage de récupération de points toutes les années. Ainsi, si vous en suivez un en mars 2018, vous ne pourrez pas en passer un avant mars 2019.

Les 2 jours de stage sont obligatoires et les horaires doivent être respectés. En cas d’absence ou de retard, les accompagnateurs peuvent refuser la participation du candidat au stage.

Le déroulement du stage

L’objectif du stage de récupération de points est de sensibiliser les automobilistes quant aux dangers sur la route. A la différence du permis de conduire, à la fin du stage il n’y a ni examen théorique ni examen pratique. Le stage se concentre principalement sur des échanges verbaux et le partage d’expérience. Les dangers rencontrés sur la route sont également mis en avant (alcool au volant, vitesse…) ainsi que les chiffres concernant la sécurité routière en France.

Les programmes du stage

Deux sortes de stages de récupération de points existent : celui de première génération et celui de deuxième génération qui est enseigné depuis 2018. Ce dernier a toujours pour objectif de faire prendre conscience aux automobilistes des dangers sur la route, mais celui-ci est plus centré et adapté aux candidats qui le suivront.

Le stage de première génération

Avec le stage de première génération, il s’agit de sensibiliser les automobilistes sur les dangers de la route : alcool, stupéfiants, vitesse…

Selon l’article R223-6, « le stage doit comprendre : un premier module ayant pour objet de poser le cadre et les enjeux du stage de sensibilisation à la sécurité routière. Un ou plusieurs modules spécialisés dont l’objet est d’impulser un processus de changement d’attitudes et de comportements chez le conducteur. »

Ce programme est identique partout en France.

 

Pour la première journée de stage, les candidats sont accueillis, la formation est présentée et les chiffres relatifs à la sécurité routière sont donnés. Le conducteur est également auto-évalué et un partage sur les situations d’infractions a lieu.

La deuxième journée de stage s’articule quant à elle autour des dangers des stupéfiants, de l’alcool au volant et d’études de cas sur des accidents routiers. Une prise de conscience sur les dangers et les comportements dangereux a également lieu. A la fin du stage, un bilan entre participants est effectué et l’attestation est délivrée.

Le stage de deuxième génération

Le stage de deuxième génération a quant à lui été mis en place le 1er janvier 2018 et son programme varie selon l’animateur et les infractions commises par les participants comme l’explique l’arrêté du 26 juin 2012 : « le programme du stage « deuxième génération » est mis en œuvre par les animateurs ayant suivi la formation initiale ou la formation continue dispensée à l’Institut national de sécurité routière et de recherches (INSERR) de Nevers, respectivement à compter de septembre 2006 et de mai 2007. Il est amené à se substituer progressivement au stage « première génération » au fur et à mesure du développement de la formation continue des animateurs des stages de sensibilisation à la sécurité routière en vue de la reconstitution du nombre de points du permis de conduire. A partir du 1er janvier 2018, seuls les stages de « deuxième génération » pourront être dispensés. »

La première journée de ce stage deuxième génération est identique à celui de première génération sauf en fin de journée où pendant 1h45, le thème abordé est en relation avec les infractions commises par les candidats. La deuxième journée est quant à elle basée sur trois modules : diagnostic de la situation, analyse du danger et les solutions.

Quel que soit le programme, chaque participant doit être actif et il est amené à débattre avec les autres candidats durant les deux jours de stage.

Stage de récupération de points : jusqu’à 4 points en plus

A l’issue des deux jours de stage, le candidat pourra récupérer 4 points en plus sur son permis de conduire.

Pour suivre un stage de récupération de points, certaines conditions sont à respecter. Le participant doit avoir moins de 12 points sur son permis de conduire et doit avoir respecté le délai pour une inscription à un stage : un an et un jour à partir de son dernier stage.

Si le stage de récupération de points est passé durant la période probatoire, le candidat doit être muni de la lettre 48N pour obtenir le remboursement de son amende.

Dans le cadre d’un permis valide, vous pouvez suivre un stage de récupération de points à condition de ne pas avoir reçu la lettre 48SI.

Un stage de récupération de points doit être suivi dans un centrée agréé.

Retrouvez plus d’infos à ce sujet sur la plateforme Atome

Le nouveau réseau social des passionnés Auto&Moto