La Cadillac #5 d’Albuquerque, Fittipaldi et Barbosa a dominé une épreuve où l’ensemble des DPi ont affiché une sacrée vélocité malgré l’abandon du prototype auteur de la pole position. L’équipage de Fernando Alonso aura malheureusement connu quelques soucis. Revivez cette édition des 24 heures de Daytona !


La Cadillac victorieuse

24 heures de Daytona : Un début de course mouvementé

Avant même le départ de la course, certains équipages furent pénalisés pour un changement de pilote tel que les prototypes DPi Mazda #77 et Nissan #2 tout comme la GT la Mercedes #71. La Lamborghini #11 sera également sanctionné pour une infraction lors des vérifications. Si tous ces équipages ont été contraints de partir en fond de grille, la Porsche #58 pilotée par Renauer cassa sa roue avant gauche dans un contact dès les tours de formation !

Le départ des 24 heures de Daytona

Le départ a été donné à 20h40 heure française et se passa sans encombre pour les hommes de tête où Van Der Zande parvint à conserver la tête au volant de sa Cadillac #10. Le suive Castroneves et son Acura #7 et l’ancien pilote de F1 Felipe Nasr, parvenu à remonter de la 7ème à la 3ème place avec la Cadillac #31 !

Egalement au volant au départ, Fernando Alonso a réussi un bon envol en hissant la Ligier #23 de la 13ème à la 11ème position.

En GTLM, les Ford #66 et #67 de Hand et Westbrook prirent le meilleur sur la Chevrolet #3 du poleman Jan Magnussen qui dégringola en 3ème place de la catégorie.

La bataille fait rage dans les premiers tours si bien qu’on se croirait dans une course sprint ! A ce jeu, c’est le brésilien Nasr qui se montre impressionnant avec sa Cadillac #31 et réussi à prendre rapidement le meilleur sur l’Acura #7 de Castroneves pour le gain de la 2ème place. Castroneves sera immédiatement mis sous pression par la Cadillac #5 d’Albuquerque qui le doublera au prix d’un superbe dépassement par l’extérieur au 7ème tour pour s’emparer de la 3ème place.

Après seulement 15 minutes, 3 Cadillac occupent les 3 premières places et affichent un rythme impressionnant ! C’est en revanche plus difficile pour Alonso au volant d’une Ligier moins véloce. L’espagnol perd ainsi régulièrement des places.

24 heures de Daytona : Premiers ravitaillements et stabilisation de la course

Après environ 35 minutes surgissent les premiers ravitaillements pour les prototypes dont la capacité du réservoir est plus faible que celle des GT. Albuquerque en profitera pour attaquer et hisser sa Cadillac #5 en tête à la sortie de son pit stop. Ce sera en revanche bien plus difficile pour le poleman Van Der Zande et sa Cadillac #10 qui chutera en 5ème position.

Au bout d’une heure de course, le top 5 est le suivant :

  1. Cadillac #5 (Albuquerque)
  2. Cadillac #90 (Vautier)
  3. Cadillac #31 (Nasr)
  4. Acura #7 (Castroneves)
  5. Cadillac #10 (Van der Zande)

Fernando Alonso pointe au 14ème rang avec la Ligier #23.

24 heures de Daytona : Acura prend les devants

Après une première heure mouvementée, les positions se stabilisent, la course se calme et ce sont les soucis de fiabilité qui apportent des changements dans la hiérarchie. Ainsi, le prototype Mazda #55 aux mains de Bomarito perdra sa roue avant gauche qui était visiblement mal fixée. Ce ne sera que le début des ennuis pour cette voiture !

Après environ 2 heures de course, les premiers changements de pilotes ont lieu et Alonso laisse la Ligier #23 aux mains de Hanson à la 11ème place alors que Lance Stroll prend le volant de l’Oreca #37 en 8ème position.

Acura DPi #6

En GTLM, la Ford #66 est toujours en tête et c’est la Mercedes #33 qui mène en GTD après 3 heures de course.

Au bout de 4 heures de course, la pluie vient s’inviter à la fête en même temps que le soleil se couche, imposant aux pilotes une vigilance extrême. C’est alors que la Cadillac #10 est victime d’une crevaison qui la fait chuter dans le classement.

Les heures passent et les Acura #6 et #7 doublent les Cadillac qui restent en embuscade. A la mi-course, le top 5 est le suivant :

  1. Acura #7 (Castroneves)
  2. Acura #6 (Cameron)
  3. Cadillac #31 (Nasr)
  4. Cadillac #5 (Albuquerque)
  5. Nissan #22 (Lapierre)

La Ligier #23 a perdu beaucoup de temps à cause d’une crevaison qui arracha le capot arrière puis en raison d’un problème de freins et ne pointait qu’en 22ème position. Pas de changement en GTLM puisque la Ford #66 et en tête devant la #67 alors qu’en GTD, c’est l’Acura NSX #86 qui mène la catégorie.

24 heures de Daytona : L’écrémage par la fiabilité

Et ça commence par l’Acura #7 qui avait pris la tête ! C’est un problème d’alternateur qui posa problème à la voiture pilotée par Cameron et qui lui fit perdre 14 tours. C’est la Cadillac #5 qui en profitera pour prendre la tête de la course après avoir dépassé l’autre Acura, la numéro 6.

De nombreux prototypes DPi vont être contraints à l’abandon comme la Mazda #55 victime d’un impressionnant incendie mais surtout la Cadillac #10 qui avait réalisé la pole position. Même punition pour la Cadillac #90, les Nissan #2 et #22 et la Mazda #77 ! Cela profite aux prototypes LMP2, un peu moins rapides mais qui pointent le bout de leur nez.

La Cadillac #5 dans la nuit de Daytona

La fin de course est assez calme pour les leaders et les Cadillac gèrent leur avance, la #5 menant devant la #31.

La Ligier #32 apparaîtra à une étonnante 3ème place peu avant l’arrivée mais dû subir la plus grande vélocité de l’Oreca #54 qui lui ravit la dernière marche sur le podium.

Au terme des 24 heures de course, c’est donc un superbe doublé pour les Cadillac qui finiront devant 6 LMP2, à commencer par l’Oreca #54 !

Ford aura dominé de bout en bout la catégorie GTLM avec là également un doublé des #67 et #66 devant la Chevrolet #3. En GTD, c’est la Lamborghini #11 qui s’impose dans la catégorie.

Doublé pour Ford en GTLM

Classements de la course :

Prototype :

  1. Cadillac DPi #5 (Albuquerque/Barbosa/Fittipaldi) – Mustang Sampling Racing
  2. Cadillac DPi #31 (Nasr/Curran/Conway/Middleton) – Whelen Engineering Racing
  3. Oreca LMP2 #54 (Benett/Brown/Dumas/Duval) – CORE autosport
  4. Ligier LMP2 #32 (Owen/de Sadeleer/Di Resta/Senna) – United Autosports
  5. Oreca LMP2 #78 (Tung/Brundle/Habsburg-Lothringen) – Jackie Chan DCR JOTA
  6. Oreca LMP2 #85 (Trummer/Alon/Defrancesco/Cindric) – JDC-Miller Motorsports
  7. Oreca LMP2 #99 (Miller/Simpson/Goikhberg/Menezes) – JDC-Miller Motorsports
  8. Oreca LMP2 #38 (French/O’Ward/Masson/Miller) – Performance Tech Motorsports
  9. Acura DPi #7 (Castroneves/Taylor/Rahal) – Acura Team Penske
  10. Acura DPi #6 (Cameron/Montoya/Pagenaud) – Acura Team Penske

GTLM :

  1. Ford GT #67 (Briscoe/Westbrook/Dixon) – Ford Chip Ganassi Racing (11ème au scratch)
  2. Ford GT #66 (Hand/Müller/Bourdais) – Ford Chip Ganassi Racing (12ème au scratch)
  3. Chevrolet Corvette #3 (Magnussen/Garcia/Rockenfeller) – Corvette Racing (13ème au scratch)

GTD :

  1. Lamborghini Huracan #11 (Ineichen/Bortolotti/Perera/Breukers) – GRT Grasser Racing Team (21ème au scratch)
  2. Acura NSX #86 (Legge/Parente/Hindman/Allmendinger) – Michael Shank Racing (22ème au scratch)
  3. Lamborghini Huracan #48 (Sellers/Snow/Caldarelli/Miller) – Paul Miller Racing (23ème au scratch)

Notre analyse des 24 heures de Daytona

Comme prévu ce sont les prototypes DPi de chez Cadillac qui se sont imposés. Ils ont été les plus véloces et ont engagé 4 voitures au départ, ce qui laissait peu de chances aux adversaires. Toutefois, la fiabilité des DPi aura été mise à rude épreuve : sur les 10 prototypes alignés, seuls 4 ont vu l’arrivée ! En effet, les Nissan et Mazda n’ont vu aucune de leurs 2 voitures sous le drapeau à damier. Les LMP2 ont été moins rapides mais beaucoup plus fiables. Est-ce l’habitude des 24 heures du Mans qui explique cela ? Comme au Mans, ce sont les Oreca qui ont été plus rapides que les Ligier et sont récompensés par un podium. Toutefois, on peut être satisfaits chez Ligier puisque la #32 a vécu une course sans embûche pour décrocher la 4ème place.

On ne peut malheureusement pas en dire autant pour la Ligier #23 de l’équipage de Fernando Alonso ! Victime de plusieurs soucis, Alonso, Norris et Hanson doivent se contenter d’une lointaine 38ème place. Mais ce sera à coup sûr une expérience très profitable pour l’espagnol afin de jouer, pourquoi pas cette année, la victoire aux 24 heures du Mans !

Retrouvez notre article de présentation de la course de Daytona

Retrouvez-nous sur Facebook