La première course d’endurance de l’année a l’honneur de voir de nombreux pilotes prestigieux au départ, notamment le double champion du Monde de Formule 1 Fernando Alonso. Découvrez ce classique de l’endurance et rendez-vous dès 20h30 pour suivre les « Rolex 24 at Daytona » !


24 heures de Daytona (IMSA)

24 heures de Daytona : présentation de la course

Avec Indianapolis et Laguna Seca, le circuit de Daytona est assurément un des plus connu d’Amérique. Construit en 1959, le circuit est principalement ovale (on parle même de « tri-ovale » en raison de sa forme légèrement triangulaire), mesure 4 023 mètres et est utilisé pour les Daytona 500 (ou 500 miles de Daytona) comptant pour le réputé championnat NASCAR.

L’ovale de Daytona et sa section « Infield »

Mais ce circuit comporte également une section interne dite « infield » faisant de Daytona un circuit routier et non un simple ovale. Avec 5 648 mètres, il sert principalement aux courses d’endurances auto ou moto.

C’est sur cette section que se déroule les fameuses 24 heures de Daytona depuis 52 ans. Si la première édition d’une course d’endurance fut en 1962, il fallu attendre 1966 pour que son format atteigne les 24 heures. La course fait aujourd’hui partie du championnat IMSA (International Motor Sports Association) qui est le pendant du WEC (World Endurance Championship) aux Etats-Unis.

A noter que, comme souvent sur le continent nord-américain, la course fait appel au « naming » et son nom officiel a régulièrement changé au gré des sponsors. De 1978 à 1983, elle s’appelait ainsi le « 24 hour Pepsi Challenge » ou encore le « Sunbank 24 at Daytona » de 1984 à 1991. Mais depuis 1992, c’est Rolex qui sponsorise l’épreuve dénommée « Rolex 24 at Daytona ». Les vainqueurs de chaque catégorie se voyant remettre une montre Rolex Cosmograph Daytona où est gravé le logo et l‘année de la course au dos.

Un tour du circuit de Daytona en caméra embarquée :

Les 24 heures de Daytona dans la catégorie prototype

La catégorie reine est celle des prototypes où sont présents les DPi et les LMP2. Les DPi, pour Daytona Prototype International, sont spécifiques au championnat IMSA et permettent de regrouper les constructeurs (tels que Cadillac ou Mazda) autours de véhicules sophistiqués, mais à un coût raisonnable. Et pour cause, le châssis des DPi est le même que celui des LMP2 puisque produit par Oreca, Dallara, Onroak ou Riley/Multimatic. En revanche, la carrosserie est modifiée afin que chaque constructeur puisse avoir une identité bien définie. Côté moteur, la plupart utilisent un V6 bi-turbo dont la puissance est d’environ 600 ch.

Les autres prototypes sont des LMP2 et sont donc très semblables aux DPi. Outre les 4 fabricants de châssis cités précédemment, il faut rajouter les prototypes Ligier venus en nombre. Peu de différences donc, les carrosseries étant les mêmes que celles utilisés en WEC alors que le moteur est monotype avec le V8 Gibson de 4.2 litres développant 600 ch. Ainsi, les différences de performances entre les DPi et LMP2 sont assez faibles.

Fernando Alonso

L’attrait de cette année est un plateau de grande qualité avec de nombreux pilotes de renoms. En premier lieu, c’est le double champion du monde espagnol de Formule 1 Fernando Alonso qui tient la tête d’affiche. Après une apparition remarquée aux 500 Miles d’Indianapolis en 2017, le pilote Mclaren confirme sa volonté de courir en endurance après la F1 et profite de la trêve hivernale pour prendre de l’expérience. Il est au volant de la LMP2 Ligier de l’écurie United Motorsport, pas forcément la plus véloce avec une 13ème place aux qualifications, mais c’est la régularité qui va primer !

D’autant que Lando Norris, le prodige anglais vainqueur de la F3 en 2017 et pilote d’essais Mclaren, va être aux côtés d’Alonso dans la voiture.

Autre tête d’affiche, autre pilote de Formule 1, le pilote Williams Lance Stroll est présent dans une Oreca LMP2 de chez Jackie Chan DCR Jota. Avec une 6ème place aux qualifications et en compagnie de pilotes rapides comme Rosenqvist, Juncadella et Frijns (vainqueur houleux de la FR 3.5 2012 devant Jules Bianchi), l’équipage devrait être capable de jouer la victoire.

On note également la présence de nombreux anciens pilotes de F1 tels que Bruno Senna, Paul Di Resta (ayant couru au GP de Hongrie 2017), Felipe Nasr et même le volubile Juan Pablo Montoya, ayant marqué les années 2000 par sa fougue et sa rivalité avec Michael Schumacher.

Beaucoup pilotes d’Indy Car sont également au rendez-vous comme le champion 2016 Simon Pagenaud ou encore Helio Castroneves, Graham Rahal et Ryan Hunter-Reay. C’est d’ailleurs la Cadillac DPi de ce dernier qui a réalisé la pole position !

Résultat des qualifications :

  1. Hunter-Reay/Van der Zande/Taylor (Cadillac) en 1 min 36 sec 083
  2. Castoneves/Taylor/Rahal (Acura) à 0 sec 007
  3. Alburquerque/Barbosa/Fittipaldi (Cadillac) à 0 sec 111
  4. French/Oward/Masson/Miller (Oreca) à 0 sec 235
  5. Mcmurry/Vautier/Cheever (Cadillac) à 0 sec 389
  6. Stroll/Rosenqvist/Frijns/Juncadella (Oreca) à 0 sec 409

…  13.   Alonso/Noris/Hanson (Ligier) à 0 sec 925

Les 24 heures de Daytona, c’est aussi en catégorie GT

Les 24 heures de Daytona en GT

Et la filiation avec le WEC est évidente puisque seul le nom change. En effet, la catégorie GT Pro est appelée ici GTLM et le GT Am est appelé GTD. Les grands constructeurs sont présents avec Ford, Porsche, Chevrolet, Ferrari ou BMW. On note la participation de pilotes de renoms comme Sébastien Bourdais, Scott Dixon (Ford), Earl Bamber et Nick Tandy (Porsche). Lors des qualifications, c’est l’équipage de la Corvette #3, pilotée notamment par l’ancien pilote de F1 Jan Magnussen, qui a réalisé le meilleur chrono.

Top 5 des qualifications :

  1. Magnussen/Garcia/Rockenfeller (Chevrolet) en 1 min 42 sec 779
  2. Hand/Müller/Bourdais (Ford) à 0 sec 019
  3. Vanthoor/Bamber/Bruni (Porsche) à 0 sec 148
  4. Pilet/Tandy/Makowiecki (Porsche) à 0 sec 283
  5. Briscoe/Westbrook/Dixon (Ford) à 0 sec 312

Les horaires et la diffusion des 24 heures de Daytona

La course démarre dès ce Samedi 27 Janvier à partir de 20h30 (horaires américains oblige) et se finira le Dimanche 28 Janvier à 20h30 également. A noter que la course sera intégralement retransmise sur le site de l’IMSA.