Si la victoire du LMP1 était avant tout pour l’honneur aux 6 heures de Bahreïn, Porsche manque ses adieux face à Toyota qui finit l’année en trombe. En LMP2, le suspense fut incroyable et la course s’est dénouée dans les tous derniers instants.

6 heures de Bahreïn, 2017, les LMP1, catégorie qui subit de grands changements en 2018 (Porsche AG)

Porsche ne pourra donc pas remiser sa 919 Hybrid au placard sur une dernière victoire aux 6 heures de Bahreïn. Et pourtant tout avait bien commencé sur le circuit de Sakhir de Bahreïn, tracé en plein désert. C’est en effet l’équipage n°1 composé de Lotterer, Jani et Tandy qui réalise la pole position devant la Toyota n°7 de Kobayashi, Conway et Lopez. Un peu plus en retrait, la Porsche n°2 championne du monde de Bernhard, Hartley et Bamber réalisait le 3ème temps alors que la Toyota n°8 de Davidson, Nakajima et Buemi se contentait du dernier chrono de la catégorie LMP1.

En LMP2, après une course tourmentée à Shanghai, l’enjeu était majeur puisque la Jackie Chan DC Racing n°38 de Jarvis, Tung et Laurent, alors leader du championnat ainsi que la Vaillante-Rebellion n°31 de Senna, Canal et Prost étaient assurés d’être champions en cas de victoire. La Signatech-Alpine n°36 de Lapierre, Negrao et Menezes pouvait prétendre également au titre en cas de mauvais résultat de ses adversaires directs. La lutte commença dès les qualifications puisque ces 3 équipages réalisèrent les 3 meilleurs temps de la catégorie ! La Signatech-Alpine n°36 s’empara du meilleur chrono devant la Jackie Chan DC Racing n°38 et la Vaillante-Rebellion n°31.

En GTE Pro, la pole position revenait à la Ferrari n°71 quand la Ferrari n°51, leader du championnat réalisait le 4ème temps, tandis que son plus proche concurrent, la Porsche n°91 se contentait du 6ème rang. Enfin, du côté du GTE Am, l’Aston Martin n°98, presque assurée du titre, signait la meilleure référence chronométrique de la catégorie.

6 heures de Bahreïn : la course par catégorie

6 heures de Bahreïn, 2017, bon départ pour la Porsche n°1 (FIA WEC)

En LMP1, les 6 heures de Bahreïn pour le panache

6 heures de Bahreïn, 2017, la Toyota n°8 victorieuse

La Porsche n°1 réalisait un envol parfait pour conserver la tête. Derrière, la Toyota n°7 et la Porsche n°2 étaient à la lutte aux premiers et deuxièmes virages pour la 2ème place et c’est finalement la Porsche qui prendra les devant. Juste après, la Toyota n°8 prendra le meilleur sur la n°7 qui aura perdu 2 places en 3 virages !

Dès le début de son relais, la Porsche n°2 est contrainte de s’arrêter aux stands et de décaler sa stratégie car une quille est venue se coincer sous le prototype allemand. La Toyota n°8 parviendra à prendre le commandement à la Porsche n°1 qui se fera passer par la suite par la Toyota n°7, installant les prototypes nippons aux deux premières places.

Mais, à la mi-course, la n°7 pilotée par Kobayashi sera victime d’un incident avec la Porsche GT n°92. En doublant la GT, cette dernière n’avait visiblement pas vu la Toyota et viendra la percuter à l’arrière droit, causant une crevaison et quelques dommages sur le prototype LMP1 et causant l’abandon de la Porsche GT. Si la responsabilité de l’accident semblait assez clairement pour la GT, la direction de course choisit de pénaliser la Toyota d’un « stop-and-go » surprenant, cependant sans trop d’impact sur le résultat de la n°7, qui repart à quatre tours des leaders après les réparations.

A deux heures de l’arrivée des 6 heures de Bahreïn, c’est cette fois la Porsche n°1, aux mains de Tandy, de s’accrocher avec une Porsche GT ! En plus d’une crevaison, le prototype LMP1 écopera également d’une pénalité, mais la responsabilité de Tandy paraît ce coup-ci plus évidente.

Au bout des 6 heures de course, c’est donc l’équipage de la Toyota n°8 qui s’offre une 5ème victoire de l’année devant la Porsche n°2 qui, si elle a gagné au Mans ainsi que le championnat du monde, devra se contenter de 4 victoires. La Porsche n°1 vient compléter le podium alors que la Toyota n°7 se contente de la 4ème place. Il est à noter que l’ensemble des victoires s’est joué entre deux voitures, la Toyota n°7 n’ayant jamais été capable d’être au niveau de la n°8 tandis que la Porsche n°1 a joué l’esprit d’équipe en laissant parfois gagner la n°2, comme aux 6h du Nürburgring.

Les 6 heures de Bahreïn en LMP2, catégorie la plus disputée

La Vaillante Rebellion n°31 remporte les 6 heures de Bahreïn et le titre

Pas de changement au départ où la Signatech-Alpine n°36, la Jackie Chan DC Racing n°38 et la Vaillante-Rebellion n°31 conservent leur position. Mais rapidement, la n°38 va prendre la tête devant la n°31 qui doit subir une pénalité de 5 secondes pour un contact avec une LMP2 du CEFC Manor WEC. La Jackie Chan DC Racing n°38 est la plus rapide mais c’est pour une bonne raison car la Vaillante-Rebellion n°31 économise de l’essence afin d’effectuer moins d’arrêts. La stratégie est payante puisqu’elle permet à l’écurie suisse de prendre la tête en fin de course. C’est pourtant l’inquiétude à 45 minutes de l’arrivée des 6 heures de Bahreïn puisque Senna, alors au volant de la n°31, est victime d’un problème de direction assistée et voit son rythme se ralentir d’environ 3 secondes au tour.

Alors que le souci semble se résoudre et que la Vaillante-Rebellion retrouve du rythme, la Jackie Chan DC Racing n°38 s’arrête ravitailler seulement 14 minutes après son précédent arrêt. Cela semble être une erreur stratégique de l’écurie chinoise qui va faire des tours avec plus d’essence, donc plus de poids ! Et en effet, la Vaillante-Rebellion n°31 sera impossible à rattraper et viendra coiffer sur le fil un titre qui semblait promis au Jackie Chan DC Racing !

L’autre Vaillante-Rebellion, la n°13, complètera le podium quand la Signatech-Alpine n°36 finira 4ème de ces 6 heures de Bahreïn et ainsi clore une saison assez décevante pour l’équipe française.

Les GT aux 6 heures de Bahreïn

La Vaillante Rebellion n°31 remporte les 6 heures de Bahreïn et le titre

La catégorie GTE Pro verra une domination Ferrari avec la victoire de la n°71 de Bird et Rigon devant la n°51 de Calado et Pier Guidi et la Ford n°67 de Tincknell et Priaulx. Ce résultat permet à la Ferrari n°51 de s’assurer du titre mondial de la catégorie puisque la Porsche n°91 finit 4ème de la course.

En GTE Am, c’est à nouveau une victoire sans surprise de l’Aston Martin n°91 de Lamy, Dalla-Lana et Lauda qui lui offre un titre largement mérité.

6 heures de Bahreïn, 2017, GTE Pro, la Ferrari n°71 gagne la course et la Ferrari n°51 emporte le titre (FIA WEC)

L’année 2017 du championnat WEC est terminée et l’on a hâte de voir débuter une saison 2018-2019 inédite qui sera disputé sur 2 années. On espère que Fernando Alonso sera confirmé pour disputer les 24h du Mans avec la Toyota et l’on trépigne d’impatience à l’idée de voir les nouvelles LMP1 privées qui s’annoncent plus puissantes et plus rapides afin de pouvoir rivaliser avec les Toyota. Vivement 2018 !