Sur fond de tensions entre les leaders du championnat, Hamilton et Vettel, le pilote australien de chez Red Bull a su tirer profit des nombreux retournements de situation pour venir chercher une superbe victoire au GP d’Azerbaïdjan 2017.

GP d’Azerbaïdjan 2017, Ricciardo triomphe dans une course pleine de rebondissements (FIA)

Dès le début du week-end du GP d’Azerbaïdjan 2017, les Red Bull semblaient en forme, Max Verstappen prenant le meilleur temps des 2 premières séances d’essais libres. Mais la troisième séance montre que Mercedes est là, et Bottas enregistre le meilleur chrono. Durant cette séance, c’est l’inquiétude chez Ferrari car Vettel a un problème moteur. Deux solutions, mettre un vieux moteur pour disputer le reste du week-end et souffrir d’un déficit de puissance ou mettre un moteur neuf, mais empêchant de ce fait une prochaine évolution, sauf à risquer de prendre une pénalité. C’est finalement la première solution qui est choisie.

GP d’Azerbaïdjan 2017 : Hamilton dépasse le maître

Le week-end dernier au Grand Prix F1 du Canada, Hamilton avait égalé le nombre de pole position d’Ayrton Senna.

GP d’Azerbaïdjan 2017, résultat des qualifications (FIA)
Cette fois, il a dépassé son idole avec une 66ème pole acquise de manière indiscutable avec une demi-seconde d’avance sur son équipier et plus d’une seconde d’avance sur les Ferrari de Raikkönen et Vettel. Verstappen est juste derrière, s’en suivent les Force India de Perez et du français Ocon et les Williams de l’étonnant Stroll, très décrié depuis le début de saison F1, et Massa. Ricciardo, parti à la faute en Q3, se contente de la 10ème place. L’autre français, Grosjean, ne réalise que le 17ème temps et vit un week-end cauchemardesque au GP d’Azerbaïdjan 2017, sa Haas étant en proie à des problèmes de freins à chaque séance.

GP d’Azerbaïdjan 2017 : du point de vue pneumatique

La domination des Mercedes pendant les qualifications du GP d’Azerbaïdjan 2017 s’explique en partie par le choix de Pirelli de ne pas apporter le pneumatique Ultra Tendres pour cette course (alors qu’il était présent l’an passé). Les composés Super Tendres, Tendres et Medium sont de sortie. Sur un bitume urbain très glissant, toutes les équipes ont de grandes difficultés à faire chauffer des pneus trop durs et s’en plaignent tout au long du week-end. La Mercedes semble mieux faire fonctionner les pneus dans ces conditions et paraît au-dessus du lot.

GP d’Azerbaïdjan 2017 : la course, tour après tour

Au départ, les deux Mercedes prennent un excellent envol et gardent leur position. Mais lors du virage 2, Raikkönen attaque Bottas par l’extérieur, le pilote Ferrari semble prendre le meilleur mais Bottas résiste de manière excessive, monte sur le vibreur intérieur et, déstabilisé, vient percuter Raikkönen au milieu du virage. Les deux pilotes perdent des positions, surtout Bottas qui est victime d’une crevaison et doit s’arrêter. Derrière, Sainz, surpris par son équipier Kvyat qui retourne en piste après avoir pris trop large au premier virage, part en tête-à-queue suite à un mauvais réflexe. Par chance, personne ne viendra percuter le pilote espagnol.

A la fin du premier tour, le top 10 est le suivant : Hamilton, Vettel, Perez, Verstappen, Raikkönen, Massa, Ocon, Stroll, Ricciardo et Hülkenberg. Bottas est contraint de s’arrêter pour changer de pneus ainsi que son aileron avant, endommagé suite à son incident avec Raikkönen. Ayant mis beaucoup de temps à rentrer aux stands, Bottas ressort avec un tour de retard sur le peloton chaussé de pneus Tendres. Grosjean s’arrête à la fin du 3ème tour pour changer également de pneus. Alors qu’il est avant-dernier, le calvaire ne fait que commencer pour le français…

Au 6ème tour, ce sont Ricciardo et Vandoorne qui s’arrêtent pour un changement de pneus prématuré. Délaissant ses Super Tendres pour des Tendres et se débarrassant de débris faisant surchauffer ses freins, l’Australien de chez Red Bull ressort à une lointaine 17ème place. Kevin Magnussen en profite pour intégrer le top 10.

Au 8ème tour, alors que les positions sont inchangées et qu’Hamilton enchaîne les records du tour, la Renault de Palmer s’immobilise, visiblement suite à un problème de freins. Fait incroyable, Grosjean supplie son ingénieur de lui faire arrêter le grand prix si jamais ses problèmes de freins ne deviennent trop dangereux !

GP d’Azerbaïdjan 2017, Daniil Kvyat au volant de sa Toro Rosso (FIA)
Au 10ème tour, la Toro Rosso de Daniil Kvyat est immobilisée sur le bord de la piste. Dans la foulée, Verstappen est, à l’instar du Canada, victime d’un problème moteur qui le contraint à abandonner. La safety car est enfin déployée dans la douzième boucle pour évacuer la monoplace de Kvyat, avec le top 10 suivant : Hamilton, Vettel, Perez, Raikkönen, Massa, Ocon, Stroll, Hülkenberg, Magnussen et Ricciardo (qui est déjà bien remonté dans le classement). L’ensemble des pilotes en profite pour s’arrêter au stand et effectuer un changement de pneus. La plupart d’entre eux repart en pneus Tendres. Alors qu’Hamilton se plaint d’une vitesse insuffisante de la voiture de sécurité qui empêche la bonne mise en température de pneumatiques trop durs, Bottas est autorisé à doubler la safety car pour rattraper son tour de retard.
La course repart au 17ème tour. Perez est proche de passer Vettel tandis que Massa ainsi qu’Ocon arrivent à dépasser un Raikkönen perdant beaucoup d’éléments aérodynamiques. Après seulement quelques virages, la course est à nouveau placée sous régime de voiture de sécurité pour retirer les nombreux débris ayant fait leur apparition en piste.
GP d’Azerbaïdjan 2017, Sebastian Vettel au volant de sa Ferrari (FIA)
Au 20ème tour, alors que la course va être relancée, un fait exceptionnel va se produire ! Hamilton, ayant beaucoup ralenti pour mettre de la température dans ses freins, s’est fait percuté par Vettel. Dans l’énervement, le pilote allemand vient à la hauteur du Britannique pour venir se plaindre. Dans la manœuvre consistant à venir intimider Hamilton, Vettel ne conduit plus que d’une main, l’autre étant occupé à faire de grands gestes d’agacement. Problème, Vettel ne maîtrise pas sa Ferrari et vient taper la Mercedes d’Hamilton ! On ne le sait pas encore, mais cet incident va faire grand bruit !
Le restart va voir naître la seconde polémique du GP d’Azerbaïdjan 2017. Perez ayant loupé son envol, Massa en profite pour le passer au premier virage. Avant le 2ème virage, Ocon se porte à l’intérieur pour tenter un dépassement mais Perez le tasse et les deux pilotes Force India se touchent sans gravité. C’est dans le virage 2 qu’Ocon passe Perez en lui donnant un petit coup de roue, mais à la fin du virage, Perez n’a pas la place et sa roue avant gauche touche la roue arrière droite d’Ocon. Crevaison pour Ocon et casse de l’aileron avant pour Perez ! Dans le même temps, Raikkönen roule sur un débris et subit une crevaison du pneu arrière droit ! La course est totalement folle et la safety car est de nouveau de sortie !
GP d’Azerbaïdjan 2017, Kimi Raïkkonen au volant de sa Ferrari (FIA)
Perez et Raikkönen rentrent aux stands pour abandonner, la Ferrari ayant son fond plat et son aileron arrière complètement déchirés. Devant la masse de débris juchant la piste et suite aux complaintes d’Alonso à la radio, la direction de course choisit de brandir le drapeau rouge et de suspendre la course au 22ème tour afin de déblayer la piste.
Au drapeau rouge, le top 10 est le suivant : Hamilton, Vettel, Massa, Stroll, Ricciardo, Hülkenberg, Magnussen, Alonso, Sainz et Grosjean. Alors qu’on pensait que Perez et Raikkönen allaient arrêter, les mécaniciens font un incroyable travail afin que les deux voitures puissent reprendre le GP d’Azerbaïdjan avec seulement un tour de retard ! Vettel en profite pour changer son aileron avant et les mécaniciens d’Hamilton réparent tant bien que mal l’extracteur arrière. L’ensemble des pilotes peut changer de pneus et repart avec les composés Super Tendres, moins difficiles à chauffer que les Tendres.

GP d’Azerbaïdjan 2017, Felipe Massa au volant de sa Williams (FIA)

Après environ 20 minutes d’arrêt, le GP d’Azerbaïdjan 2017 repart derrière la voiture de sécurité. Le restart a lieu au 24ème tour, alors que Massa est en difficulté à cause d’un problème sur sa voiture, Ricciardo en profite pour doubler les deux Williams et ainsi s’emparer de la 3ème place ! Il y a pléthore de dépassements, notamment de Magnussen sur Massa et Hülkenber pour la 5ème place, mais cette fois, les manœuvres sont correctes. Malheureusement pour Renault, dans la foulée, Hülkenberg commet une faute et vient détruire sa suspension avant droite dans un mur. C’est l’abandon pour l’Allemand. Massa abandonne également, il était en perdition depuis la reprise, visiblement pour un problème de suspension.

Derrière, Ocon remonte très fort car il est huitième au 26ème tour, soit 6 places de gagnées en 3 tours ! Bottas n’est pas en reste en étant collé aux échappements du Français, lui aussi a gagné 6 places. A la mi-course, le top 10 est le suivant : Hamilton, Vettel, Ricciardo, Stroll, Magnussen, Alonso, Sainz, Ocon, Bottas et Grosjean.

Au 29ème tour, alors qu’Hamilton est en tête, nouveau rebondissement ! La protection de cou du pilote Mercedes est en train de se détacher ! L’Anglais essaye désespérément de le remettre manuellement, en vain. Il est obligé de s’arrêter au 31ème tour pour en changer et laisser la tête à Vettel. Mais dans le même temps, Vettel est pénalisé d’un stop-and-go de 10 secondes pour son coup de roue envers Hamilton ! Retardant au maximum sa pénalité, soit à la fin du 33ème tour, Vettel va réussir à ressortir à la 7ème place juste devant Hamilton ! Devant, c’est le revenant Ricciardo qui se retrouve en tête devant Stroll et Magnussen, la situation est totalement folle ! Les deux pilotes remontent progressivement, dépassant tour à tour Alonso lors de la 36ème boucle pour le gain des 6 et 7ème places. A la radio, Grosjean, pourtant 10ème indique que ses freins ont encore lâché. En grande difficulté, il rentre aux stands et repart malgré tout en piste.

Toujours à la radio, Alonso fait preuve de sarcasme : « Quel dommage, on aurait pu gagner la course ! ».

Au 38ème tour, Ocon s’empare de la 3ème place aux dépends de Magnussen, suivi comme son ombre par la Mercedes de Bottas. Deux tours plus tard, Bottas parvient à trouver l’ouverture sur Ocon pour le gain de la dernière marche du podium. Avec encore 12 tours à couvrir, Bottas est 13 secondes derrière Stoll, alors second du GP d’Azerbaïdjan 2017. Le pilote Mercedes doit alors reprendre plus d’une seconde par tour au jeune Canadien pour espérer accrocher la 2ème place ! A 10 tours du but, Ricciardo mène avec plus de 6 secondes d’avance sur Stroll. Le top 10 est composé ainsi : Ricciardo, Stroll, Bottas, Ocon, Vettel, Hamilton, Magnussen, Alonso, Sainz et Ericsson. Ocon est néanmoins sous pression de Vettel et Hamilton tandis que Bottas reprend environ 1,3 secondes par tour.

Au 42ème tour, le verrou Ocon saute et se fait dépasser par Vettel, puis Hamilton. Le français se retrouve alors 6ème du GP d’Azerbaïdjan. Dans le même temps, Bottas enchaîne les records du tour et remonte comme un avion sur Stroll. Ricciardo est toujours en tête et seul un incident peut le priver d’une victoire totalement inattendue.

Le final tient en haleine l’ensemble des spectateurs ! Il reste 6 tours et Bottas est revenu à 7 secondes de Stroll tandis qu’Hamilton talonne Vettel ! A 3 tours de l’arrivée, Bottas n’est plus qu’à 3 secondes de Stroll… Lequel va réussir à finir 2ème du GP d’Azerbaïdjan 2017 ? Alors qu’on entame le dernier tour, l’écart n’est plus que d’1,3 secondes entre Stroll et Bottas alors qu’Hamilton n’est qu’à 0,8 seconde de Vettel ! La tension est à son comble dans le stand Williams, qui rêve de renouer avec le podium !

GP d’Azerbaïdjan 2017, podium avec Ricciardo, Bottas et Stroll (crédits : Batchelor / XPB Images)

Alors qu’on pense que les positions vont se figer et que Ricciardo savoure une improbable victoire, l’incroyable se produit ! Profitant du DRS, Bottas ravit la 2ème place à Stroll sur la ligne d’arrivée ! Lance Stroll et Williams peuvent néanmoins se satisfaire de cette superbe 3ème place à l’issue d’un Grand Prix de Formule 1 plein de rebondissements. Le jeune Canadien en profite pour devenir le plus jeune rookie à monter sur un podium en F1 à seulement 18 ans.

Juste derrière, Vettel réussit à maintenir son avance sur Hamilton. S’en suivent Ocon, encore dans les gros points, puis Magnussen, Sainz, et Alonso qui marque les premiers points pour McLaren cette saison. Le top 10 est complété par la Sauber de Wehrlein.

GP d’Azerbaïdjan 2017, résultat de la course (FIA)

Notre analyse du GP d’Azerbaïdjan 2017

Si les Mercedes s’annonçaient largement favorites après les qualifications, c’est Ricciardo et Red Bull qui ont su tirer les marrons du feu. Pourtant parti 10ème et commençant à être dominé par Verstappen sur l’exercice chronométré, le pilote australien est très en réussite en course et fait parler son expérience. Mais cette victoire n’est pas seulement dû à la chance, elle confirme également la progression de Red Bull, tant niveau châssis que niveau moteur. Renault avait apporté un petit « upgrade » fortement appréciable sur ce tracé nécessitant de la puissance moteur.

Si Mercedes fait une bonne opération au championnat constructeur, Hamilton perd de précieux points face à Vettel au championnat pilote et surtout, les pilotes Mercedes avaient la vitesse pour aller chercher un doublé largement à leur portée.

A l’inverse, Ferrari aura déçu. Vettel reprend certes 4 points à Hamilton, mais la monoplace a semblé très en retrait face aux flèches d’argent. Les composés pneumatiques trop durs posent problème à l’écurie italienne qui est plus à son aise avec les gommes les plus tendres. Devant faire avec un moteur ayant plus de 3000 km dans les bielles, Vettel a accusé un déficit évident de puissance. Il faut espérer que le choix d’utiliser un vieux moteur portera ses fruits avec une possible évolution attendue sur un moteur neuf.

En plaçant Stroll sur la dernière marche du podium, Williams a confirmé son bon week-end, malgré l’abandon de Massa, où sa monoplace s’est montrée une nouvelle fois à l’aise sur un circuit nécessitant de la vitesse en ligne droite. Le parallèle peut être fait avec les monoplaces Force India, également motorisées par Mercedes, qui se sont mêlées à la lutte pour les gros points. Nul doute que sans l’accrochage entre ses deux pilotes, un meilleur résultat aurait été possible.

Haas, Toro Rosso, McLaren et Sauber ont profité des circonstances de course pour marquer des points. Pourtant, hormis les Toro Rosso, ces écuries ont semblé à la peine sur ce circuit. Les McLaren (dont l’évolution du moteur Honda aurait permis de gagner 3 dixièmes au tour) et Sauber (avec un moteur Ferrari 2016) ont beaucoup souffert dans les lignes droites. Quant à Haas, les problèmes de freins rencontrés par Grosjean en deviennent presque ridicules.

Reste Renault, qui aurait pu marquer de gros points avec Hülkenberg (Palmer ayant enchaîné les soucis). Malheureusement, une erreur de l’Allemand contraint l’équipe française à repartir bredouille de ce GP d’Azerbaïdjan.

Au championnat, les bonnes opérations sont à mettre au crédit de Vettel, qui reprend 4 points à Hamilton, de Ricciardo, qui passe Raikkönen et de Stroll, qui apporte de nombreux points à son écurie ! Statu quo du côté des constructeurs, où Mercedes accroit son avance sur Ferrari et Red Bull. Force India et Williams sont toujours solidement 4ème et 5ème.

Les polémiques du GP d’Azerbaïdjan 2017

Ce week-end azéri fut particulièrement riche en accrochages et en polémiques !

La première fut l’incident entre Hamilton et Vettel. Vettel reprochant à Hamilton son ralentissement dangereux, qui lui-même reproche à l’Allemand sa réaction inappropriée. Une chose est certaine, aucun des deux pilotes n’a assumé sa responsabilité et seul Vettel fut sanctionner. La situation est complexe, Hamilton n’a pas été sanctionné car la FIA a jugé qu’il n’a pas ralenti davantage que le tour précédent (lui-même sous safety car) mais on peut s’étonner de voir un pilote freiner en sortie de virage, zone où le réflexe naturel est d’accélérer. De l’autre côté, Vettel a été puni pour sa faute. S’il paraît incroyable de penser que l’Allemand aurait percuté Hamilton volontairement, on peut imaginer que Vettel a voulu se rapprocher au maximum d’Hamilton pour lui montrer son énervement, mais, n’ayant qu’une seule main sur le volant (l’autre étant brandie contre l’Anglais), celui-ci a perdu le contrôle de sa monoplace.

L’autre polémique concerne les pilotes Force India, en l’occurrence Perez et Ocon. Si de la tension entre les deux pilotes a pu naître après le GP du Canada, on croyait que celle-ci s’était apaisée suite à l’appel d’Ocon envers son homologue mexicain. Que nenni ! Voulant s’affirmer, Ocon s’est targué d’un dépassement assez rude sur Perez qui a ruiné la course de ce dernier. Si Perez a rejeté la faute entièrement sur le Français, celui-ci a répliqué en mentionnant le fait que Perez est venu lui donner un coup de roue juste avant l’accrochage.

L’écurie va avoir fort à faire pour gérer les deux egos en son sein. Entre un bouillant Perez pas très heureux de se voir concurrencé par un très jeune pilote, et un Ocon, sachant parfaitement l’importance de ne pas être considéré comme un numéro 2, on souhaite bien du courage à Force India pour parvenir à une situation plus calme !

Quoiqu’il en soit, on a hâte d’être au 9 juillet pour la suite de ce championnat palpitant. La F1 sera de retour en Autriche, sur les terres de Red Bull…

Atome automobile vous offre une séance de rattrapage, si vous n’avez pas pu voir ce grand prix F1 passionnant !