Victime d’un problème de direction, Vettel a parfaitement su résister au GP de Hongrie pour glaner sa 3ème victoire de la saison. Il accroît son avance sur un Hamilton auteur d’un geste de grande classe envers son équipier Valtteri Bottas. Revivez avec nous les temps forts des qualifications et de la course, ainsi que notre analyse complète.

GP de Hongrie, départ de la course (FIA)

Si les deux premières séances d’essais libres laissaient entrevoir l’aisance de Ricciardo, la troisième et dernière séance, qui a lieu peu avant les qualifications, a remis les pendules à l’heure : ce week-end sera celui de Ferrari !

GP de Hongrie : Vettel pulvérise le record du tour

GP de Hongrie, résultat des qualifications (FIA)

Lors des qualifications, et comme cela était prévisible, Sebastian Vettel n’a laissé à personne le soin de s’octroyer la pole, pas même son équipier Kimi Raïkkonen qui s’avouait déçu de sa 2ème place. En prime, l’Allemand de la Scuderia s’est permis d’exploser le record du tour de plus de 2 secondes détenu par une autre Ferrari : celle de Rubens Barrichello lors de la séance de pré-qualification en 2004, ère des monstrueux V10. Vettel signe par la même occasion la meilleure amélioration du tour chrono entre 2016 et 2017 depuis le début de la saison. L’écurie italienne confirme son sursaut après trois courses sans victoire (Azerbaïdjan, Autriche et Silverstone).

Lors de la Q3 du GP de Hongrie, Hamilton s’est un peu loupé et laisse la 3ème place à son équipier Bottas. La 3ème ligne est occupée par les Red Bull de Verstappen et Ricciardo. Hülkenberg prend une belle 7ème place mais est pénalisé de 5 places sur la grille pour changement de boîte de vitesses. S’en suivent Alonso, Vandoorne et Sainz. Les français Ocon et Grosjean ont réalisés les 12ème et 15ème temps de cette séance qualificative. La surprise des qualifications provient de Paul Di Resta, remplaçant Felipe Massa au pied levé. En effet, le Brésilien, souffrant d’un virus, a laissé sa place au pilote remplaçant pour les qualifications. N’ayant jamais roulé avec les F1 2017 (son dernier gp remonte à 2013), il réussit l’exploit de se qualifier avant-dernier en effectuant que 11 petits tours !

Les temps forts de la course au GP de Hongrie

Comme prévu, le soleil rayonne sur la ligne de départ du GP de Hongrie, avec plus de 30° dans l’air et près de 60° sur la piste. La grande majorité des pilotes, dont le top 10, s’élance avec les pneus les plus tendres, soit les Super Tendres avec une prévision d’un seul arrêt aux stands pour aller au bout des 70 tours de ce grand prix. Dès le départ, les Ferrari prennent un excellent envol, tout comme Verstappen qui se porte à la hauteur de Bottas. Déstabilisé dans l’astro-turf au premier virage, le Néerlandais de Red Bull est dépassé par son équipier par l’extérieur avant le virage 2. Ne maîtrisant pas sa voiture, Verstappen vient percuter Ricciardo ! Avec un radiateur percé dont le liquide s’écoule sur les pneus, l’Australien part ensuite en tête à queue en plein milieu du peloton. Par chance, personne ne vient le toucher mais Ricciardo est contraint à l’abandon. Immédiatement, la safety car est sortie afin d’évacuer la Red Bull et de nettoyer le liquide de refroidissement sur la piste.

Il y a eu d’autres touchettes au premier virage comme Perez venu arracher un bout du fond plat de son équipier Ocon ou encore Hülkenberg dont les roues se sont emmêlées avec celles de la monoplace de Romain Grosjean. A la fin du premier tour du GP de Hongrie, le top 10 est le suivant : Vettel, Raïkkonen, Bottas, Verstappen, Hamilton, Sainz, Alonso, Perez, Vandoorne et Ocon.

Le restart a lieu à l’entame du 6ème tour, celui-ci se déroule sans encombre et les positions demeurent inchangées, malgré un Hamilton tentant de porter l’estocade sur Verstappen. Ce dernier est d’ailleurs sanctionné de 10 secondes de pénalité à purger lors de son arrêt aux stands pour son accrochage avec son équipier. Au 10ème tour, les positions sont inchangées et les Ferrari creusent l’écart sur leurs poursuivants. Raïkkonen est à 2,5 secondes de Vettel, Bottas à 6 secondes, Verstappen à 8 secondes et Hamilton est déjà relégué à 10 secondes de Vettel. On apprend au même moment que Hamilton a un problème de radio, son équipe peut communiquer avec lui mais l’inverse ne fonctionne pas. Ce qui n’aide évidemment pas dans la remontée d’informations.

Au 19ème tour du GP de Hongrie, Palmer, alors 11ème, laisse passer son équipier Hülkenberg qui était plus rapide. A l’entame du 20ème tour, la course est calme et le top 10 est identique. Les Ferrari continuent d’augmenter leur avantage. Si Raïkkonen est 3 secondes derrière Vettel, Bottas, Verstappen et Hamilton sont relégués à 9, 12 et 14 secondes de l’homme de tête. Une boucle plus tard, une crevaison lente est détectée sur la voiture de Grosjean. Le pilote Haas rentre aux stands pour changer ses Super Tendres pour des Tendres mais son écurie a mal resserré un écrou de la roue arrière gauche. Le français est contraint à l’arrêt, puis à l’abandon.

Rebondissement au 25ème tour, lorsque l’on apprend que Sebastian Vettel a un problème avec sa direction ! Sa voiture tire vers la droite et le pilote est obligé d’incliner son volant sur la gauche dans les lignes droites ! La conséquence est immédiate pour l’Allemand dont le rythme reste correct mais commence à baisser. Derrière, la course continue… Au 30ème tour, c’est Stroll puis surtout Bottas qui s’arrêtent. Ils troquent leurs Super Tendres pour des Tendres. Dans le tour suivant, c’est Hamilton qui rentre aux stands pour changer ses pneus. Puis c’est au tour du leader Vettel de s’arrêter le tour d’après, également pour chausser des Tendres. Encore en piste, Raïkkonen augmente le rythme dans l’espoir de passer Vettel mais il est légèrement bloqué par Di Resta. La réaction du Finlandais à la radio est sanglante : « il ferait mieux de continuer de présenter à la télé ! ». Les conséquences sont importantes pour Raïkkonen qui ressort juste derrière Vettel ! Le pilote finlandais se plaint auprès de son équipe car il estimait pouvoir rester encore en piste avec son train de gommes. Alors que Perez s’arrête également, c’est Verstappen qui est en tête au 35ème tour, ne s’étant pas encore arrêté.

Sainz et Alonso s’arrêtent le tour suivant mais le pilote McLaren ne parvient pas à dépasser son homologue espagnol de chez Toro Rosso qui zigzague allégrement pour éviter de se faire doubler. Avec les pneus Tendres, Hamilton est revenu à un rythme impressionnant sur Bottas qui a l’air d’être en difficulté avec ses pneus.

Au 38ème tour, Alonso parvient enfin à se défaire de Sainz grâce à un splendide dépassement par l’extérieur. A la fin du 42ème tour, Verstappen rentre enfin aux stands et purge sa pénalité avant de se faire changer les pneus, il ressort 5ème derrière Hamilton, mais avec des pneus plus frais. Peu après, c’est Vandoorne qui effectue son arrêt, mais il se loupe au moment de freiner sur son emplacement. Il immobilise sa monoplace environ 1 mètre derrière l’endroit initial, ce qui ralentit fortement son changement de pneus. Au tour suivant, le problème de radio d’Hamilton est enfin réglé et ce dernier peut échanger avec son ingénieur. Bottas laisse alors passer Hamilton pour que ce dernier puisse tenter sa chance face aux Ferrari. En échange, il devra rendre sa position à Bottas s’il n’y parvient pas. Vettel est assez lent et Hamilton est revenu derrière les Ferrari, à seulement 2,3 secondes de Raïkkonen, lui-même un peu plus d’une seconde derrière Vettel. Alors que les Renault ont enfin changé leurs pneus, le top 10 au 50ème tour est le suivant : Vettel, Raïkkonen, Hamilton, Bottas, Verstappen, Alonso, Sainz, Perez, Ocon et Vandoorne.

Lewis Hamilton est revenu à un peu plus d’une seconde de Kimi Raïkkonen, et est autorisé à utiliser la pleine puissance de son moteur mais éprouve des difficultés dans le sillage de la Ferrari. La problématique est identique pour Raïkkonen qui use ses pneus dans les échappements de Vettel. Au 60ème tour du GP de Hongrie, soit à 10 boucles de la fin, les positions sont inchangées et Hamilton a du mal à se rapprocher davantage des Ferrari. Derrière, Bottas voit revenir Verstappen dans ses échappements. Peu après, c’est Magnussen, 11ème, qui oblige Hülkenberg à rouler dans l’herbe. Le pilote Haas sera sanctionné de 5 secondes de pénalité. Deux tours plus tard, Williams fait abandonner Di Resta, sûrement pour permettre de changer de boîte de vitesses sans pénalités au prochain grand prix. A 3 tours du but, Verstappen est revenu à moins d’une seconde de Bottas et peut profiter du DRS. Mais, encore une fois, la difficulté de rester dans le sillage d’une autre voiture va condamner le pilote Red Bull. A l’instar de Di Resta, Renault fait abandonner Hülkenberg, qui ne peut plus espérer rentrer dans les points.

GP de Hongrie, victoire de Sebastian Vettel (FIA)

Alors que les Ferrari s’imposent, non sans difficulté après le problème de direction de Vettel, Hamilton va nous gratifier d’un geste de très grande classe : il va ralentir pour laisser passer Bottas pour honorer la promesse faite plus tôt dans la course. Et bien entendu, il fera bien attention que Verstappen ne profite pas lui aussi de cette opportunité ! Derrière, Alonso fini 6ème devant son compatriote Sainz puis les deux Force India de Perez et Ocon. Enfin, Vandoorne complète le top 10 et marque son premier point de la saison.

Notre analyse du GP de Hongrie, avant la trêve estivale

Pour la première fois depuis le GP du Canada, Ferrari a repris les devants sur son adversaire principal, avec plusieurs confirmations : la monoplace italienne est à l’aise quand il fait chaud et fonctionne mieux sur des circuits avec beaucoup de virages lents, grâce à son empattement plus court. Si les écarts à l’arrivée sont plutôt faibles, il ne faut pas oublier que Vettel a fait plus de la moitié de la course avec un problème de direction qui a affecté ses chronos. Kimi Raïkkonen peut une nouvelle fois enrager car il avait la possibilité de gagner, mais il a intelligemment fait le jeu de son équipier, en tête du championnat.

Les Mercedes limitent bien la casse, malgré des difficultés à faire fonctionner les pneus. Il faut dire qu’ils ont bien été aidés par Verstappen, éliminant son équipier Ricciardo dès le 2ème virage et s’excluant lui-même de la lutte avec les Mercedes à cause de sa pénalité. Nul doute qu’Hamilton aurait éprouvé davantage de difficultés avec les deux Red Bull devant lui durant la course. Des Reb Bull assez véloces, mais malgré tout un ton en retrait par rapport aux Mercedes et surtout aux Ferrari, prouvant bien sur ce tourniquet que le problème principal de la monoplace n’est pas forcément le moteur. Le châssis, s’il a bien progressé depuis le début de l’année, est toujours en-dessous.

GP de Hongrie, Fernando Alonso souhaite de bonnes vacances (F1)

McLaren a su saisir l’opportunité du circuit pour marquer de gros points grâce à Alonso, 6ème et Vandoorne, 10ème. On ne peut que regretter le déficit de performance du bloc Honda, empêchant l’écurie de se mêler à lutte avec les trois meilleures équipes malgré un châssis réussi. Alonso réussit d’ailleurs à prendre le meilleur temps en course dans les derniers tours et s’est offert le droit de poser dans une chaise longue sous le podium en souhaitant de bonnes vacances aux fans de F1 !

Force India, comme à son habitude, a réussi à marquer des points malgré un manque de rythme évident. En effet, la voiture est plus à l’aise en ligne droite grâce à sa faible traînée mais, a contrario, la charge aérodynamique est insuffisante sur ce type de circuit. Réussissant à devancer son équipier Perez en qualifications, Ocon a eu le malheur de se faire percuté par ce dernier dès le premier virage. Avec un bout de fond plat en moins, finir 9ème a presque teneur d’exploit vu l’importance de cet élément aérodynamique dans le fonctionnement d’une Formule 1.

Toro Rosso et Renault ont également affiché un bon rythme ce week-end, confirmant ainsi les progrès de l’écurie française. Mais c’est l’équipe de Faenza qui a fait la bonne opération avec un Sainz finissant 7ème. Pour Renault, le manque de réussite à été évident, avec un Hülkenberg pénalisé sur la grille de départ suite à un changement de boîte de vitesses, ce, malgré une très belle 7ème place aux qualifications.

Pour Williams, Haas et Sauber, le week-end a été très compliqué. Chez Williams, la voiture est plus adapté aux circuits rapides et le forfait à la dernière minute de Massa n’a pas aidé. Di Resta a été impressionnant pour son retour mais son manque de roulage l’a empêché de viser plus haut. Haas fut empêtré dans des problèmes de compréhension de pneus et d’aéro tandis que Sauber, malgré des évolutions sur la voiture, a continué de truster le fond de grille.

Au championnat, c’est évidemment la bonne opération pour Vettel qui part en vacances avec 14 points d’avance sur Hamilton. Chez les constructeurs, Ferrari réduit l’écart avec Mercedes tandis que McLaren s’extirpe enfin de sa dernière position ! Après des essais privés cette semaine sur ce circuit du Hungaroring, le monde de la F1 pourra prendre quelques vacances méritées avant le grand retour en Belgique à Spa-Francorchamps le 27 août !