Après les dernières courses où Mercedes a repris l’ascendant, Red Bull et surtout Ferrari espèrent profiter de la faiblesse – relative – de Mercedes sur les circuits sinueux pour renverser la tendance. Atome automobile vous présente le GP de Monaco 2018, course la plus glamour du calendrier !

GP de Monaco 2018

Cet Article vous est proposé par le réseau social Atome :

la plateforme Auto&Moto des initiés

Inscrivez-vous gratuitement ici et amusez-vous !   

www.atome.auto

Il y a des circuits dont l’image est plus grande que celle de tous les autres et Monaco en fait clairement parti. Lent, étroit, sinueux, il est presque impossible de dépasser et les courses ressemblent trop souvent à des processions. Pourquoi alors son intérêt est-il aussi élevé ? Par son ambiance ? En partie oui, car le GP de Monaco réuni toute la jet set et le show business sur de fantastiques bateaux où il est possible de voir la course, mais pas seulement. En effet, le circuit de Monaco, c’est également un fantastique tracé qui consacre les meilleurs.

Court avec ses 3,337 km de long, vallonné, il représente un véritable défi pour les pilotes qui frôlent les rails à près de 300 km/h. Concentration et calme sont des qualités indispensables pour ne pas partir à la faute. On dit souvent qu’à Monaco « il faut piloter à 90% de ses capacités » pour tenir la distance.

GP de Monaco 2018

GP de Monaco 2018 : Le tracé

Ce tracé est certainement celui où les virages sont les plus connus des passionnées avec entre-autres : Sainte-dévote, la montée vers le Casino, Mirabeau, la traversée du tunnel, la Piscine ou encore la Rascasse.

A Monaco, un bon résultat en qualifications est indispensable pour signer un bon résultat car il est très difficile de dépasser. Ce n’est pas David Coulthard au volant de sa Mclaren, coincé derrière l’Arrows de Bernoldi (pourtant bien plus lente) lors d’une grande partie de l’édition 2001 qui nous dira le contraire.

Les surprises sont toutefois possibles en cas de pluie, en témoigne la dernière victoire française, celle d’Olivier Panis sur sa Ligier malgré une 14ème place sur la grille de départ.

GP de Monaco 2018

GP de Monaco 2018 : Olivier Panis, vainqueur en 1996

GP de Monaco 2018 : des nouveaux pneus pour un nouveau record ?

Pour la première fois de l’année, Pirelli amène son composé Hyper Tendre prévu spécifiquement pour ce type de tracé où le bitume est peu abrasif et l’usure faible. Les pilotes devraient avoir moins de difficultés pour faire chauffer leurs pneumatiques, contrairement à l’an passé. Avec ce nouveau pneu plus tendre, le record du tour établi l’an passé par Raikkonen en 1 min 12 sec 178 devrait probablement être battu si les qualifications se déroulent sur le sec.

Alors que les Ultra Tendres et les Super Tendres seront également de sortie, les Hyper Tendres ne devraient toutefois pas permettre d’éviter une course à un seul arrêt, sauf en cas de pluie.

A noter également que la safety car, régulièrement de sortie en principauté, pourrait également jouer un rôle important dans la stratégie pneumatique.

 

GP de Monaco 2018 : Revue des forces en présence

Depuis le dernier GP d’Espagne, Mercedes est devenue l’écurie à battre après des débuts poussifs et Hamilton en a profité pour prendre le large au classement général. Néanmoins, les flèches d’argent se sont révélées difficiles à exploiter sur les circuits les plus sinueux l’an passé, notamment sur ce même circuit de Monaco qui avait vu Hamilton et Bottas éprouver les plus grandes difficultés à faire fonctionner leur voiture.

C’est pourquoi Ferrari, vainqueur l’an passé grâce à Vettel, aura à cœur de renverser la tendance pour faire oublier ses dernières sorties ratées. Mais la Ferrari 2018 a vu son empattement allongé par rapport à celle de 2017, ce qui pourrait constituer un handicap dans les ruelles de Monaco. Côté pilote, nul doute que Raikkonen voudra remporter une victoire qui lui échappe depuis si longtemps, notamment après celle perdue l’an dernier sur ce même circuit quand Ferrari favorisa la stratégie de Vettel.

GP de Monaco 2018

GP de Monaco 2018 : Vettel pourra-t-il rééditer sa performance de l’an passé ?

Si Red Bull n’a pas impressionné depuis le début de la saison, c’est pourtant la monoplace autrichienne qui s’est révélée être la plus rapide dans le dernier secteur de Barcelone. Secteur très sinueux qui peut être comparable à un tour entier du circuit de Monte-Carlo. De plus, les dernières évolutions apportées ont semblé satisfaire le clan Red Bull quant à leur efficacité. L’interrogation concernera également Verstappen, qui s’est souvent retrouvé dans le mur lors des éditions précédentes.

Plus loin dans le peloton s’est dessiné un petit groupe bataillant pour la 4ème place et incluant Renault, Mclaren et Haas. Il est difficile d’établir un pronostic tant le tracé monégasque est spécifique. On peut toutefois imaginer que Mclaren et Alonso sauront tirer profit des grosses évolutions apportées sur la monoplace lors du GP d’Espagne pour aller chercher un bon résultat. Renault progresse également à grand pas, se rapproche de plus en plus des top teams et bénéficie d’un solide duo de pilotes avec Hülkenberg et Sainz.

La situation est en revanche différente chez Haas qui dispose d’une voiture très bien née mais qui n’aura pas su saisir toutes les opportunités pour marquer des points. Mais ce qui inquiète réellement, c’est l’état de forme de Grosjean. Capable d’être très rapide et bon metteur au point, il vit en ce moment un véritable calvaire entre manque de réussite et fautes grossières indignes d’un pilote d’expérience. D’ores et déjà pénalisé de 3 places sur la grille de départ à la suite de sa manœuvre dangereuse lors du GP d’Espagne, il doit se rassurer et rassurer son équipe pour la suite de la saison.

Autre écurie à suivre, la Scuderia Toro Rosso dont le châssis fait des miracles malgré un poussif (mais en progrès) moteur Honda. Cela est surtout vrai pour Gasly mais nettement moins pour Hartley qui doit impérativement hausser son niveau de jeu s’il ne veut pas se retrouver sur la sellette.

L’attraction du weekend proviendra du local Charles Leclerc, auteur d’un début de saison admirable pour celui qui a presque tout gagné dans les catégories inférieures. Il faudra toutefois de bonnes circonstances de courses pour signer une performance car le châssis Sauber est loin d’être le meilleur du plateau.

Enfin, la course devrait être compliqué pour les équipes clientes du moteur Mercedes. Si Force India peut espérer décrocher des points avec une monoplace irrégulière, il n’y a aucun miracle à attendre de Williams empêtré dans des problèmes d’aérodynamisme rendant la voiture instable, le duo de pilote peu expérimenté n’arrangeant pas le problème. Mais qui sait, Monaco nous réserve souvent des surprises…

GP de Monaco 2018 : les horaires

Exception du calendrier, les premières séances d’essais libres auront lieu le jeudi afin de permettre la circulation sur le tracé le vendredi. C’est donc ce jeudi 24 mai à 11h que débute les essais avec une deuxième séance programmée à 15h. La dernière session d’essais libres aura lieu le samedi 26 mai à 12h avant les qualifications à 15h.

Enfin, la course débutera dimanche 27 mai à 15h10 et sera diffusé par Canal+ mais également par TF1 en clair.

Retrouvez plus d’infos à ce sujet sur la plateforme Atome

Le nouveau réseau social des passionnés Auto&Moto