Si les enjeux de cette fin de saison 2017 sont pour le moins réduits, une victoire en terres brésilienne est toujours glorifiante pour un pilote, le circuit d’Interlagos étant chargé d’histoire. Cette édition 2017 du GP du Brésil représente également la dernière pour l’enfant de Sao Paulo : Felipe Massa.

GP du Brésil, le départ de la course en 2011

GP du Brésil sur le circuit d’Interlagos, une piste chargée d’histoire

Dans le flop des circuits modernes devenus aseptisés subsiste une certaine race de pistes sur lesquelles le temps ne semble pas avoir de prise. L’Autodromo José Carlos Pacé, du nom de l’ancien pilote de Formule 1, fait partie de ceux-là.

GP du Brésil, vue satellite du circuit à Interlagos

Au calendrier depuis 1972, Interlagos a laissé place à Jacarepagua dans les années 80 pour le GP du Brésil. Il est situé dans la banlieue de Sao Paulo et collé à la ville… les normes de bruits ne doivent pas être les mêmes en Amérique du sud ! Court, étroit, vallonné et dangereux, le circuit d’Interlagos pardonne peu les erreurs, de nombreux pilotes l’ont vécu à leurs dépens, même les meilleurs comme Schumacher et Alonso en 2003 ou Massa l’an dernier. D’autres ont parfois plus de chances comme Verstappen qui s’est rattrapé in extremis l’an passé.

Long de 4,309 km, Interlagos fait partie des circuits ayant la particularité de se courir dans le sens antihoraire. Il est très exigeant pour les monoplaces car il réclame de la puissance moteur pour la longue ligne droite en montée, demande de l’appui aérodynamique pour les courbes à moyenne vitesse. Doté de nombreux virages lents et de peu de grip, il demande beaucoup aux mécaniques et à la motricité. Autrement dit, il faut une monoplace de qualité pour briller sur ce circuit sauf… s’il pleut ! Et rares ont été les éditions épargnés par la pluie, qui vient pimenter des courses souvent passionnantes.

GP du Brésil : le crash d’Alonso en 2003, et le rattrapage in extremis de Verstappen l’an dernier

2008, édition la plus marquante du GP du Brésil

Disputé en fin de saison depuis 2004, le GP du Brésil a souvent sacré un champion depuis. Si certaines éditions nous ont tenu en haleine, comme en 2012 où Vettel dû cravacher pour obtenir son titre face à Alonso après un accrochage en début de course, ou encore l’an passé où la pluie a mis en lumière l’excellence du jeune Verstappen dans ce domaine, c’est l’édition de 2008 qui reste ancrée dans les mémoires, théâtre d’un final incroyable !

GP du Brésil, 2008, départ de la course
Cette année-là, Interlagos est le dernier grand prix de la saison et Hamilton et Massa sont tous deux en lice pour décrocher la couronne mondiale avec respectivement 84 et 77 points. Avec le barème de points de l’époque, Hamilton a alors besoin d’une 5ème place pour être titré, Massa étant champion en cas d’égalité de points car ayant plus de victoires. Aux qualifications Massa réalise le meilleur temps alors que les McLaren ne sont pas très véloces et Hamilton se contente de la 4ème place. Le jour de la course, le temps est menaçant sur Interlagos et une grosse averse inonde le circuit peu avant le départ.
Alors que les pilotes partent en pneus intermédiaires, Massa conserve sa position tandis que Lewis Hamilton navigue entre les 4ème et 6ème positions au gré des arrêts aux stands, la piste ayant séché au bout de seulement quelques tours. Si le Britannique n’est pas serein, car talonné par un Vettel dont la Toro Rosso est impériale dans ces conditions difficiles (5ème au GP de Belgique, victoire au GP d’Italie), il a une petite marge de manœuvre. Toutefois, un risque de pluie est annoncé et celle-ci refait son apparition à seulement 7 tours de l’arrivée. Les pilotes de têtes s’arrêtent tous pour chausser des intermédiaires sauf Glock sur sa Toyota, qui reste en pneus pour piste sèche et s’empare de la 4ème position.
GP du Brésil, 2008, Hamilton double Glock dans le dernier tour
Hamilton a donc reculé en 5ème place et est toujours sous la pression de Vettel. Mais problème pour le clan anglais, la pluie n’est pas suffisante et Glock ne perd pas beaucoup de temps ! A trois tours du but, c’est la catastrophe pour Hamilton ! Quelque peu retardé dans le trafic, Vettel en profite pour placer une attaque et s’emparer de la 5ème place et Hamilton rétrograde 6ème ! Massa est loin devant, franchit la ligne en tête et est champion du monde ! Mais derrière, la course n’est pas finie et la pluie a redoublé. Hamilton arrive alors dans la dernière portion du circuit et c’est un nouveau coup de tonnerre ! Glock est en grande difficulté sur une piste devenue très glissante et se fait passer par Hamilton dans le dernier virage !

C’est la confusion la plus totale dans les stands car les clans Massa et Hamilton fêtent tous les deux le titre ! Peu après, le visage décomposé du papa de Massa apprenant que son fils n’est pas champion restera dans toutes les mémoires comme la fin la plus dramatique d’une saison de F1. Hamilton est sacré avec seulement un petit point d’avance pour une saison 2008 passionnante et d’une intensité rare.

Un nouveau record à Interlagos pour le GP du Brésil ?

GP du Brésil 2017, allocation pneumatique pour le week-end

Même s’il est communément dit que Nico Rosberg, profitant d’un asphalte neuf et de conditions climatiques parfaites en 2014, a signé la meilleure référence chronométrique en 1:10.023 lors de la Q3, il ne faut pas oublier que le record absolu en Formule 1 sur le circuit d’Interlagos date de 2004, pendant les séances de préqualifications, avec un temps canon de 1:09.822 dont l’auteur est Rubens Barrichello. Comme de coutume cette année, on peut s’attendre à voir ce temps amélioré si le temps est sec.

Toutefois, les prévisions météorologiques ne vont pas dans ce sens car des orages sont attendus pour vendredi et les qualifications devraient se dérouler sous la pluie. Le grand prix devrait se dérouler sur piste sèche avec 26°C au thermomètre. Un risque de pluie subsiste et les chances de voir une averse sont de l’ordre de 20%. Pour cette course, Pirelli n’a pas pris trop de risques en faisant appel aux Super Tendres, aux Tendres et aux Mediums. Ce dernier composé devrait être très peu utilisé par les équipes et on peut légitimement penser qu’un arrêt sera suffisant pour boucler le grand prix, si jamais celui-ci se déroule entièrement sur le sec

GP du Brésil : Mercedes en mode essais

GP du Brésil, Lewis Hamilton vainqueur l’an passé

Assurée du titre pilote et constructeur, l’écurie Mercedes va profiter de cette fin de saison pour évaluer de nouvelles pièces en vu d’une validation pour la monoplace de l’an prochain. Cela ne devrait pas empêcher ses pilotes, notamment Hamilton, de se battre à nouveau pour la victoire. L’enjeu est plus grand chez Ferrari qui est en manque de victoire en cette seconde partie de saison et inversement pour Red Bull qui veut continuer à gagner pour faire oublier un début d’année raté. L’écurie ayant le plus à gagner est sans aucun doute Renault qui a un besoin impératif de marquer des points pour le classement constructeur. Actuellement 7ème, l’écurie aimerait bien finir au moins 6ème synonyme d’un « prize money » supérieur d’environ 10 millions d’euros.

La 5ème place de Williams parait elle plus inaccessible. Pourtant la monoplace française est vraiment très performante depuis le GP de Silverstone mais souffre d’un manque de fiabilité important.

Force India va à nouveau libérer la bride de ses pilotes. Quasi-assuré de finir 4ème au championnat constructeur, l’écurie indienne va autoriser Ocon et Perez à se faire la course. Une stratégie qui nous paraît excellente puisque l’écurie a sécurisé son classement et cette course sera un véritable test. Il sera intéressant de voir si Ocon continue de prendre le pas sur le Mexicain, ou si ce dernier va réagir. En effet, s’il est toujours devancé par son équipier, Perez n’aura presque plus aucune chance de pouvoir intégrer un top team à l’avenir.

Enfin, un nouveau moment d’émotion sera à vivre chez Williams puisque Felipe Massa a annoncé son intention de prendre sa retraite en Formule 1, n’étant pas reconduit par l’écurie. Espérons pour le Brésilien que ce soit des adieux définitifs, ce dernier les ayant déjà fait l’année dernière, mais il fut rappelé au dernier moment pour combler le départ de Bottas.

Les essais libres commencent dès ce vendredi 10 novembre à 13h pour la 1ère séance et 17h pour la seconde. La dernière séance d’essais se déroulera samedi 11 novembre à 14h et les qualifications seront à 17h. Enfin, rendez-vous ce dimanche 12 novembre à 17h pour suivre ce passionnant GP du Brésil à Interlagos !