Avec un paddock divisé par l’annonce de l’introduction du fameux Halo en 2017, la F1 a rendez-vous ce weekend sur le tourniquet du Hungaroring avant des vacances bien méritées. Atome automobile vous présente le Grand Prix de Hongrie qui s’annonce chaud, au propre comme au figuré !

Départ du Grand Prix de Hongrie en 2006 (FIA)

Grand Prix de Hongrie, un tourniquet apprécié des pilotes

Button vainqueur en 2006, Ricciardo en 2014 (FIA)

Accueillant la Formule 1 depuis sa création en 1986, le circuit du Hungaroring est situé à Mogyorod à quelques kilomètres de Budapest. Affectueusement appelé « le tourniquet » en raison de ses enchaînement de virages incessant, le circuit de 4,381 km est un des plus petit de l’année et sa ligne droite des stands ne mesure que 788 mètres. Ainsi, les vitesses atteintes sont « faibles » (environ 310 km/h au bout de la ligne droite) et les voitures doivent être réglés avec le maximum d’appui aérodynamique. Souvent injustement critiqué pour sa nature inspirant peu le spectacle, le circuit est pourtant très apprécié des pilotes car il est très technique. Les enchaînements de virages imposant aux pilotes de ne pas considérer chaque virage l’un après l’autre mais à considérer le tout comme un seul et même virage. Ainsi, une petite erreur au début d’un enchaînement et c’est le tour complet qui est gâché. De plus, et assez étrangement vu le peu d’opportunités de dépassements, le spectacle en piste a souvent été de qualité. On peut se remémorer notamment la victoire de Jenson Button en 2006 (sa première en carrière), ainsi que celle de Daniel Ricciardo en 2014, après des courses très mouvementées. On se souvient également du dépassement d’anthologie de Nelson Piquet face à Ayrton Senna en 1986 où le pilote Williams avait trouvé l’ouverture par l’extérieur avec une magnifique dérive des 4 roues en plein virage !

Les pneumatiques aux Grand prix de Hongrie

Pirelli au Grand Prix de Hongrie 2017

Pirelli a malheureusement encore joué de prudence en ce weekend de Grand Prix de Hongrie en n’osant pas sortir ses Ultra Tendres. Ce sont donc les Super Tendres, les Tendres et les Mediums que les pilotes vont devoir faire fonctionner sur cet asphalte chaud mais moyennement abrasif. Les vitesses atteintes n’étant pas très élevées, la dégradation des pneus devrait être relativement faible.
Avec 70 tours à parcourir soit 306,630 km, il ne serait pas étonnant que la stratégie privilégié, comme de coutume cette saison, soit d’un unique arrêt avec l’utilisation des Super Tendres et des Tendres. En raison de leur gomme bien trop dure, les Mediums ne devraient servir qu’à faire des tours d’installations aux essais.

Une météo estivale au programme du Grand Prix de Hongrie

Comme souvent au Hungaroring à cette période de l’année, la météo s’annonce chaude et ensoleillée. Le mercure devrait démarrer aux environs de 26° pour la journée du vendredi, grimper à 28° pour les qualifications de samedi et atteindre son pic à 30° pour la course de dimanche.

Doit-on s’attendre au réveil de Ferrari au Grand Prix de Hongrie ?

Après 4 grand prix dominés par Mercedes et un Hamilton revenu à seulement 1 point de Vettel, Ferrari aura à cœur de retrouver la plus haute marche du podium après ses déboires à Silverstone. Sur un tracé favorisant, a priori, l’écurie italienne avec des enchaînements de virages favorisant son empattement plus court que celui des monoplaces Mercedes, ainsi qu’une chaleur lui permettant de mieux faire fonctionner ses pneus, il sera très intéressant de voir si la grande forme de Mercedes au cours des derniers grand prix se justifiait par la nature des tracés ou par les progrès de la firme à l’étoile.

Red Bull aura également son mot à dire avec un nouvel aileron avant et son empattement le plus court du plateau. Le déficit de puissance du moteur Renault ne devrait pas être un handicap sur ce circuit. En parlant de puissance moteur, McLaren va miser sa saison sur ce weekend pour montrer les qualités de son châssis. Encore faut-il que les monoplaces de Woking arrivent au bout du grand prix…

Renault devrait confirmer sa bonne forme du moment après l’apparition du nouveau fond plat inauguré lors du GP de Silverstone (avec une 6ème place à l’arrivée). De nouvelles pièces devraient être utilisées également et l’écurie voudra marquer des points avec ses pilotes, notamment Palmer, sur la sellette après les tests effectués par Kubica. Force India et Williams devrait être un ton en dessous sur ce circuit trop lent, ne favorisant pas leur vitesse en ligne droite. Mais elles devraient vraisemblablement se battre pour les points. Le reste du plateau devrait jouer groupé avec les Toro Rosso et les Haas dont on a parfois du mal à connaître le véritable niveau. Enfin, Sauber, sous la houlette du nouveau team manager Frédéric Vasseur, qui a annulé son accord avec Honda pour poursuivre avec Ferrari en 2018 (et avec un moteur de la saison, et non plus un vieux bloc), devrait souffrir malgré l’arrivée de nouvelles pièces.

Les horaires du Grand Prix de Hongrie

Les  deux premières séances d’essais libres du Grand Prix de Hongrie sont à suivre dès ce vendredi 28 juillet à 10h et 14h. La dernière séance d’essai ainsi que les qualifications se dérouleront samedi 29 juillet à 11h et 14h. Et n’oubliez pas, rendez-vous dimanche 30 juillet à 14h pour suivre le Grand Prix de Hongrie, 11ème grand prix de Formule 1 de la saison !