Soufflant tout juste ses 20 bougies, Max Verstappen a conclu un week-end parfait pour glaner sa seconde victoire en carrière au Grand Prix de Malaisie. Si Hamilton peut être satisfait, le cauchemar continue pour Ferrari. Revivez avec nous le dernier grand prix de Formule 1 se déroulant à Sepang.

Victoire de Max Verstappen au Grand Prix de Malaisie
Bis repetita pour la Scuderia Ferrari. Alors que la monoplace était une nouvelle fois la plus rapide aux essais du Grand Prix de Malaisie, tout est allé de mal en pis pour l’écurie italienne. Victime d’une défaillance moteur à la fin de la dernière séance d’essais libres, Vettel ne participera pas aux qualifications, le nouveau moteur n’ayant pas eu le temps d’être monté correctement et refusant alors de fonctionner parfaitement.
Qualifcations du Grand Prix de Malaisie

C’est Hamilton qui en profitera pour sortir un superbe chrono en 1:30:076, nouvelle référence du circuit juste devant Raïkkonen qui échouera à seulement 65 millièmes. La 2ème ligne est monopolisée par les Red Bull avec Verstappen devant Ricciardo. S’en suivent Bottas, 7 dixièmes derrière son équipier puis Ocon, Vandoorne, Hülkenberg, Perez et Alonso.

Belle première pour Gasly, 15ème juste derrière son équipier Sainz. En revanche, déception pour la Haas de Grosjean, seulement 16ème.

Si la pluie a perturbé la première séance d’essais libre, le départ se déroule sur piste sèche. Mais attention, en Malaisie, les conditions changent rapidement !

Grand Prix de Malaisie : le fil de la course

Le Grand Prix de Malaisie n’a même pas commencé que c’est déjà la catastrophe pour Ferrari car la voiture de Raïkkonen reste clouée au garage et ne peut prendre le départ !

Grand Prix de Malaisie 2017 : la monoplace de Raïkkonen ne peut pas prendre le départ !
La majorité du plateau s’élance en pneumatiques Super Tendres mais pas Vettel qui, démarrant en dernière position, choisi les Tendres pour bénéficier du composé le plus performant pour la fin de course. Le pilote allemand en a profité pour changer une nouvelle fois de moteur, ne pouvant pas être pénalisé davantage. Hamilton est donc seul sur la première grille ce qui lui permet de prendre un départ assez tranquille tandis que Verstappen conserve sa position et que Bottas déborde Ricciardo. Derrière, pris en sandwich entre Perez et Massa, Ocon touche le pilote Williams ce qui lui fait perdre un bout d’aileron. A la fin du premier tour, le top 10 est le suivant : Hamilton, Verstappen, Bottas, Ricciardo, Vandoorne, Perez, Ocon, Stroll, Massa et Magnussen. Vettel a réalisé un envol canon et signe une remontée de la 19e à la 13e place en seulement un tour. Subissant une crevaison lente suite au contact avec Massa, Ocon est contraint de rentrer aux stands pour troquer ses Super Tendres pour des Tendres qu’il va tenter d’amener jusqu’au bout. Il repart en dernière position.
Les premiers tours du Grand Prix de Malaisie
Grand Prix de Malaisie, Verstappen dépasse Hamilton
Plus rapide au début du 4ème tour du Grand Prix de Malaisie, Verstappen profite du DRS pour dépasser Hamilton au freinage, nous faisant profiter d’une belle manœuvre. Juste derrière, Ricciardo tente de faire la même sur Bottas mais le Finlandais protège parfaitement sa position. Vettel se défait des deux Renault pour s’octroyer la 11ème place. Verstappen est très rapide et creuse l’écart face à Hamilton qui doit fait attention à ses pneus qui ont tendance à surchauffer.
Derrière Bottas semble hors du coup et affiche près de 10 secondes de retard au 8ème tour. Dans ce tour, Perez double Vandoorne tandis que Vettel se défait d’un Alonso sur qui il buttait depuis plusieurs tours. Une boucle plus tard, Ricciardo double Bottas dans un beau combat de chassé-croisé orchestré magnifiquement et très proprement de la part des deux pilotes. Vettel remonte 9ème en doublant Magnussen.
La belle remontée de Vettel au Grand Prix de Malaisie

A la fin du 9ème tour, Hülkenberg anticipe son arrêt pour chausser des Tendres. Magnussen l’imite le tour suivant. Alors qu’Hamilton est à près de 5 secondes de Verstappen, Ricciardo remonte fort sur lui et revient à moins de 2 secondes au 11ème tour. Les Mercedes sont en difficulté alors que les Red Bull semblent voler ! Dans le même temps, Massa s’arrête à son tour pour mettre des Tendres ce qui permet à Vettel de monter à la 8ème place. Puis c’est à Stroll de s’arrêter le tour suivant alors que Gasly effectue son premier arrêt en Fomule 1.

A la fin du 13ème tour, Vandoorne rentre aux stands également pour changer ses Super Tendres pour des Tendres afin de répondre à l’arrêt des Williams.

A la sortie des stands, alors que Massa laisse passer Stroll sur ordre de son écurie, Vandoorne en profite pour ressortir de justesse devant, Stroll partant trop large au premier virage.

Le rythme de Ricciardo baisse un peu et l’écart se stabilise autour des 5 secondes avec Hamilton, qui est lui-même à 7 secondes de Verstappen.

Grâce aux arrêts, Vettel est remonté 6ème et a un bon rythme avec ses pneus Tendres un peu plus durs que les Super Tendres des pilotes de tête. Au 21ème tour, l’Allemand déborde Perez grâce à l’aide du DRS ce qui lui permet d’être 5ème. Vettel n’est alors qu’à 4 secondes de Bottas, alors qu’il est parti dernier !

Au 25ème tour, alors que Vettel se rapproche de Bottas, Ocon est à nouveau victime d’un accrochage. Alors qu’il tente de dépasser Sainz à l’extérieur, ce dernier vient le percuter alors qu’il avait la place suffisante. Vettel tente de passer Bottas mais ce dernier résiste de belle manière alors qu’Hamilton s’arrête aux stands à la fin du 26ème tour. Verstappen réplique le tour suivant et chausse également des Tendres alors que Vettel s’arrête mais pour chausser des Super Tendres, il tente l’undercut sur Bottas et va profiter de ses pneus neufs plus tendres. Dans le même temps, Sainz est contraint à l’abandon. Bottas s’arrête au tour suivant du Grand Prix de Malaisie mais c’est trop tard, Vettel est passé en 4ème position. Seul Ricciardo ne s’est pas arrêté et mène la course. C’est à la fin du 29ème tour qu’il décide de s’arrêter et repart 3ème.

Au 30ème tour et alors que tous les pilotes ont effectué leur arrêt, le top 10 est le suivant : Verstappen, Hamilton, Ricciardo, Vettel, Bottas, Perez, Vandoorne, Stroll, Massa et Ocon.

Verstappen a alors plus de 6 secondes d’avance sur Hamilton, Ricciardo est à 12 secondes du pilote Mercedes à cause de son arrêt tardif alors que Vettel est à 14 secondes de l’australien. Les positions se stabilisent, mais les écarts entre Hamilton, Ricciardo et Vettel se resserrent petit à petit. A quinze tours de l’arrivée, Ricciardo est 7 secondes derrière Hamilton quand Vettel est à 6 secondes de l’Australien. A 10 tours du but, Ricciardo a baissé de rythme et est à 8 secondes d’Hamilton et Vettel à peine plus d’une seconde de Ricciardo. Vettel se rapproche encore et peut bénéficier du DRS mais ne peut dépasser le pilote Red Bull.

Au 48ème tour, Ricciardo prend un tour d’avance à Alonso mais ce dernier tarde à laisser passer Vettel, ce dont l’Allemand se plaindra à la radio. Vettel recolle néanmoins rapidement et tente de passer Ricciardo au début du 50ème tour… Mais l’Australien ferme la porte au dernier moment !

Malheureusement, le pilote Ferrari a tapé dans sa gomme pour remonter et la performance des pneus se met subitement à chuter. Devant, Verstappen poursuit sur son rythme et vit une course relativement tranquille.

Fait absolument incroyable, Vettel se fait arracher l’arrière de sa voiture dans le tour de décélération par un Stroll visiblement peu attentif ! Heureusement, l’accrochage est sans gravité pour l’Allemand, qui se voit contraint de rejoindre les stands en « taxi » alors que sa monoplace reste sur le bord de la piste…

Encore une preuve, s’il en fallait une, que la Scuderia joue de malchance depuis quelques temps…

Grand Prix de Malaisie, 2017, Vettel rentre en taxi Sauber

Le podium du Grand Prix de Malaisie avec Verstappen, Hamilton et Ricciardo

Au championnat, Vettel limite la casse en ne perdant que 6 points sur Hamilton, l’écart se porte tout de même à 35 points à 5 grand prix de la fin de la saison de Formule 1. Au classement des constructeurs, c’est le statut quo, Mercedes se permettant d’accentuer son écart sur Ferrari avec 503 points contre 385 points. Red Bull revient depuis 2 courses et totalise 270 points.

Notre analyse du Grand Prix de Malaisie

Grand Prix de Malaisie, 2017, Vettel sur 3 roues après l’arrivée

A l’instar du précédent week-end à Singapour, Ferrari et Vettel sont les grands perdants de ce Grand Prix de Malaisie, malgré une belle remontada qui a animé la course. Grands perdants avant tout puisqu’ils ont désormais la meilleure voiture et ne prennent pas de points ! Si les évolutions aérodynamiques, moteur ainsi que l’exploitation pneumatique semblent parfaitement fonctionner, il n’en est pas de même pour la fiabilité avec un problème moteur au plus mauvais moment pour Vettel en essais libres, obligeant à monter un nouveau moteur à la hâte pour les qualifications.

Complexité des systèmes oblige, celui-ci ne sera pas prêt ! Raïkkonen, qui pouvait espérer décrocher enfin sa première victoire depuis le Grand Prix d’Australie 2013, sera lui victime d’un problème avant même de pouvoir s’installer sur la grille. Vettel devra compter sur une défaillance de Mercedes s’il veut remporter le titre. D’autant qu’il faut espérer que la boîte de vitesse n’a pas été endommagé dans l’accident avec Stroll après l’arrivée du Grand Prix de Malaisie, ce qui aurait pour conséquence une pénalité de cinq places sur la grille de départ.

Ce titre de champion du monde de Formule 1 2017 tend les bras à Hamilton, qui semble bénéficier de la « chance du champion ». S’il tire à merveille la quintessence de sa machine en qualification, ce dernier peut être satisfait de prendre autant de points malgré un rythme en course peu satisfaisant. Sur le tracé malaisien, la Mercedes ne fonctionnait pas sur les longs relais et faisait surchauffer ses gommes. Il sera intéressant de voir si ce problème va se répéter sur la fin de saison ou s’il s’agissait d’un phénomène spécifique à Sepang. C’est encore plus inquiétant pour Bottas dont la vitesse fut très faible aussi bien en qualifications qu’en course. Si le Finlandais mettait en cause de nouvelles évolutions ne fonctionnant pas (et qu’Hamilton a choisi de ne pas utiliser), le conseiller de Mercedes Niki Lauda s’est offert une belle sortie pour tacler son pilote en déclarant que le problème venait davantage de ce qui était entre le baquet et le volant !

Grand Prix de Malaisie, 2017, Verstappen fête ses 20 ans avec une victoire

Dans toute cette histoire, c’est Red Bull qui tire les marrons du feu et vient signer sa 2ème victoire de la saison. Le châssis va mieux, les évolutions fonctionnent bien, le moteur est plus rapide et surtout plus fiable, ça rigole enfin chez les Autrichiens ! Malchanceux et brouillon jusque-là, Verstappen a connu un week-end parfait où il a su allier vitesse et réussite. Pour l’anecdote, à chaque fois que Kvyat s’est fait débarqué, Verstappen a gagné ! Ce fut déjà le cas l’an dernier à Barcelone où il fut rétrogradé chez Toro Rosso. Ricciardo a quant à lui vécu un week-end correct mais a paru un peu terne face à son équipier, les grands prix se suivent mais ne se ressemblent pas forcément !

Alors qu’on les attendait peut-être plus en retrait, les Force India ont encore été dans le coup. Perez finit à une magnifique 5ème place malgré une intoxication alimentaire l’affaiblissant. Ocon, de son côté fut plutôt malchanceux et a perdu beaucoup dans le contact du départ entraînant une crevaison et un arrêt. Chez McLaren, la 6ème place de Vandoorne est une bonne surprise d’autant que le Belge commence à prendre l’ascendant sur Alonso. Très en retrait depuis le début de la saison, Vandoorne semble adapter son pilotage à la F1, lui qui était critiqué par son équipe pour ses freinages trop tardifs, comme en GP2. Le rythme de la monoplace a clairement fait un bon depuis l’été. Le châssis devenant une référence du plateau et le moteur Honda, s’il reste faiblard par rapport aux concurrents, progresse également en performance et en fiabilité.

Williams n’a pas eu une vélocité exceptionnelle mais un bon départ a permis à ses deux pilotes de rentrer dans les points. L’écurie pourra néanmoins regretter d’avoir demandé à Massa de laisser passer Stroll car Vandoorne a profité de la manœuvre pour doubler les Williams. La déception dans le milieu du peloton est clairement pour Renault. Si Hülkenberg réalisait une qualification correcte avec le 8ème temps, on attendait plus de l’écurie française en course. Visiblement empêtré dans l’exploitation des pneumatiques, les deux monoplaces ont fini hors des points. Renault devra résoudre ce problème s’il souhaite grapiller des positions au classement des constructeurs.

Du côté de chez Haas et Toro Rosso, le week-end fut compliqué. Victime d’un violent accident suite au détachement d’une bouche d’égout, Grosjean a vu sa monoplace équipée des évolutions très endommagée. Obligé de monter des anciens éléments, la performance fut assez pauvre. Chez Toro Rosso, le rythme de course ne fut pas non plus fantastique. Néanmoins, le rookie Pierre Gasly, remplaçant Kvyat a effectué un week-end très solide en qualifications et en course. Enfin, Sauber a comme attendu été en retrait avec son châssis peu performant et son moteur de 2016.

Le prochain rendez-vous est le grand prix du Japon qui a lieu dès ce week-end sur le magnifique circuit de Suzuka, théâtre du 16ème des 20 grands prix de cette saison 2017 !