Hormis 2013, aucune édition du Grand Prix des Etats-Unis n’aura échappé à l’Anglais ! Avec Mercedes titré et son pilote phare à 9 points du Graal, retour sur une édition 2017 pleine de rebondissements et marquée par quelques polémiques…

Grand Prix des Etats-Unis, 2017 : une course, des rebondissements et une polémique

Il n’aura rien laissé à personne ! Pas une seule des séances d’essais libres et encore moins les qualifications où il aura établit une nouvelle référence absolue sur le fameux COTA (Circuit of The Americas) juste devant Vettel. Pourtant, le jour de course la température est assez élevée avec 24°C et on se demande si Mercedes sera capable de garder sa vitesse sur les longs relais.

Grand Prix des Etats-Unis : le fil de la course

Résultat des qualifcations du Grand Prix des Etats-Unis (FIA)

La grille de départ du Grand Prix des Etats-Unis est à nouveau chamboulée avec les nombreuses pénalités puisque Stroll, Verstappen, Magnussen, Hülkenberg, Hartley ou encore Vandoorne s’élancent au-delà de la 15ème place. Après avoir vécu un show à l’américaine assez spectaculaire en grille, marqué par la présence d’Usain Bolt, les monoplaces peuvent démarrer. Le haut de la grille est chaussé des pneus Ultra Tendres. Stratégies différentes pour Massa, Ericsson, Stroll, Verstappen, Magnussen ou Vandoorne qui partent en Super Tendres pour de plus longs relais. Seul Wehrlein choisit de démarrer avec les Tendres, moins rapides pour le début de course mais permettant de durer bien plus longtemps.

Grand Prix des Etats-Unis, 2017, Usain Bolt fait le show sur la grille de départ (Pirelli)

Grand Prix des Etats-Unis, 2017, départ de la course F1

Dès le départ, Vettel prend un parfait envol et vient attaquer Hamilton à l’intérieur. Mieux placé, l’Allemand prend la tête de la course dès le premier virage ! Derrière, le départ se passe sans encombre pour l’ensemble des 20 pilotes. Ocon s’est parfaitement élancé pour aller chiper la 5ème place à Raïkkonen. A la fin du premier tour, Vettel mène donc devant Hamilton et Bottas puis Ricciardo, Ocon et Raïkkonen. Alonso est 7ème devant Sainz, Massa et Perez qui complètent le top 10. Dès le début du 2ème tour, Ricciardo attaque Bottas à l’épingle qui résiste au prix d’un superbe mano a mano dans les « esses » suivants. Magnussen est lui, déjà contraint à rentrer aux stands pour changer de pneus.

Si Vettel est en tête, c’est Hamilton qui est le plus rapide en piste, à environ 1 seconde du pilote Ferrari. Raïkkonen se défait assez rapidement de Perez pour reprendre la 5ème place tandis que Verstappen remonte en 10ème position. Bottas est en grande difficulté en ce début de Grand Prix des Etats-Unis et Ricciardo est collé dans ses échappements. Ce dernier tente à nouveau une attaque au début du 4ème tour au prix d’un freinage extrêmement tardif ! Trop tardif néanmoins car Bottas réaccélère mieux et reprend sa position. A la fin de ce tour, c’est malheureusement déjà l’abandon pour Hülkenberg, décidemment maudit en ce moment. Avec moins d’une seconde d’écart, Hamilton peut profiter du DRS pour se rapprocher de Vettel.

Au 6ème tour, Hamilton déborde ainsi l’Allemand qui ne ferme pas suffisamment la porte et prend la tête du grand prix ! Le pilote Mercedes creuse immédiatement l’écart sur Vettel qui ne peut suivre le rythme. Alors que Wehrlein abandonne, Verstappen continue sa remontée jusqu’à la 7ème position. A la fin du 8ème tour, premier arrêt en Formule 1 pour Hartley qui troque ses Ultra Tendres pour des Super Tendres alors que Ricciardo commence à souffrir avec ses pneus et pointe à près de 2 secondes de Bottas. Au 10ème tour, Verstappen se défait d’Ocon pour le gain de la 6ème place grâce au DRS. Alors que Raïkkonen se montre menaçant sur Ricciardo, ce dernier s’arrête pour chausser des Super Tendres à la fin du 12ème tour. Suivi immédiatement par Perez qui opte pour des pneus Tendres à la place de ses Ultra Tendres. Ricciardo repart 9ème et Perez 15ème.

Bottas rentre dans le rythme et reprend environ 7 dixièmes à chaque tour sur Vettel pour revenir à moins de 3 secondes de l’Allemand, lui-même à près de 4 secondes d’Hamilton. Ricciardo remonte vite en 6ème place en doublant Sainz puis Alonso qui s’arrête aux stands tout comme Ocon. Les deux pilotes délaissent leurs Super Tendres pour des Tendres. Alors qu’il est le plus rapide en piste, Ricciardo est contraint d’immobiliser sa Red Bull sur problème moteur, c’est l’abandon pour l’Australien !

A la fin du 16ème tour, Vettel s’arrête à son tour pour mettre des pneus Tendres alors que, dans le même temps, Hamilton indique à la radio que ses pneus sont en bon état. Deux tours plus tard, c’est Bottas qui en fait de même et ressort 5ème. Hamilton s’arrête enfin au 19ème tour pour également chausser des Tendres et ressort tout juste devant Vettel, plus rapide avec ses pneus neufs ! Le pilote Mercedes se plaint à la radio du trop grand risque pris par son écurie. Raïkkonen mène alors devant Verstappen mais les deux pilotes ne se sont pas encore arrêtés.

C’est à la fin du 20ème tour que le pilote Ferrari s’arrête alors que le Néerlandais de Red Bull continue avec ses Super Tendres, plus résistants. Après, s’être fait passer par Hamilton, Verstappen s’arrête à la fin du 24ème pour chausser des Tendres à son tour alors qu’Alonso est une nouvelle fois contraint à l’abandon pour un problème moteur. Alors qu’on approche de la mi-course, le top 10 est le suivant : Hamilton devant Vettel et Bottas. Suivent Raïkkonen et Verstappen puis Massa en 6ème place qui ne s’est pas arrêté. Le top 10 est complété par Ocon, Perez, Sainz et Kvyat.

Au 29ème tour du Grand Prix des Etats-Unis, Perez revient sur son équipier Ocon, lui-même bloqué par Massa en difficulté avec ses pneus usés. Alors que le Mexicain réclame à son écurie de le laisser passer, cette dernière a bien compris le jeu de Perez qui a attaqué pour revenir sur Ocon quand le Français économise ses pneus et son essence. L’équipe refuse donc que Perez passe devant. Massa s’arrête enfin pour changer ses pneus Tendres pour finir en Ultra Tendres. Perez commence à être en difficulté avec ses pneus et se fait passer par Sainz au prix d’une sublime passe d’armes.

La course se calme quelque peu et, en tête, Hamilton gère parfaitement pour porter son avance à près de 7 secondes. Bottas commence à être en difficulté avec ses pneus Tendres et Raïkkonen revient à moins d’une seconde au 36ème tour. Peu après, Verstappen crée la surprise en s’arrêtant une seconde fois pour mettre des Super Tendres. Imité un tour plus tard par Vettel, soit au 39ème tour, qui ressort tout juste devant le pilote Red Bull. Pour Bottas et Raïkkonen, c’est trop tard pour s’arrêter car Verstappen serait virtuellement devant grâce à sa vitesse en pneus neufs, ils vont tenter d’aller au bout avec leurs gommes.

A 15 tours du but, Hamilton mène devant Bottas et Raïkkonen. Vettel et Verstappen sont 4ème et 5ème mais bien plus rapides grâce à leur 2ème arrêt. Ocon est 6ème juste devant Sainz puis Perez. Kvyat est 9ème devant Massa qui clôt le top 10. Au 42ème tour, Raïkkonen passe devant Bottas au DRS. Le pilote Mercedes ne s’attendait pas à se faire passer et n’a pas fermé la porte. A moins de 10 tours du but, c’est au fond du classement qu’il y a du grabuge, au moment de laisser passer les hommes de tête. Magnussen et Ericsson s’accrochent mais les deux pilotes peuvent continuer leur course.

Grand Prix des Etats-Unis, 2017, Hamilton devant Vettel

Hamilton caracole en tête avec 13 secondes d’avance sur Raïkkonen, lui-même comptant 2 secondes d’avance sur Bottas. Vettel est revenu à 3 secondes de ce dernier avec Verstappen le suivant à 2 secondes. Au 49ème tour, Sainz tente de passer Ocon au DRS mais ce dernier ferme bien la porte et conserve sa 6ème place. A 6 tours de la ligne d’arrivée du Grand Prix des Etats-Unis, Vettel est revenu dans les échappements de Bottas et attaque le Finlandais par l’extérieur alors qu’il y avait Vandoorne qui prenait un tour ! La manœuvre est splendide et Vettel est de nouveau sur le podium ! Bottas est à l’arrêt et Verstappen se fait menaçant sur le pilote Mercedes.

Le Néerlandais passe Bottas au 52ème tour qui s’arrête aux stands alors qu’il ne reste que 4 tours. Il chausse ainsi des Ultra Tendres pour finir. Dans le même temps, Raïkkonen ne bloque pas Vettel qui est plus rapide, le pilote allemand remonte ainsi à la 2ème place.

Alors que l’on est dans le dernier tour, Verstappen est juste derrière Raïkkonen et se fait très menaçant ! Dans le double droit du dernier secteur, Verstappen passe Raïkkonen en coupant le virage ! Le pilote Red Bull est sur le podium mais il a effectué son dépassement avec les 4 roues hors de la piste, les commissaires vont-ils laisser passer cela ? La réponse est non et Verstappen est pénalisé de 5 secondes et doit rétrograder en 4ème position pour laisser la dernière marche du podium à Raïkkonen ! Hamilton est donc vainqueur devant Vettel et Raïkkonen. Verstappen est 4ème devant Bottas. Plus loin, Ocon obtient une superbe 6ème place juste devant Sainz. Perez est 8ème devant Massa et Kvyat qui complète le top 10.

Grand Prix des Etats-Unis, 2017, Lewis Hamilton vainqueur

Grand Prix des Etats-Unis, 2017, classement de la course

Au championnat, Hamilton compte désormais 66 points d’avance sur Vettel. Vu qu’il ne reste que 3 courses, cela veut dire que le pilote Mercedes n’a désormais besoin que de 9 points pour être sacré. Chez les constructeurs, Mercedes est officiellement titré ! Derrière, Renault fait la bonne opération en repassant Haas pour la 7ème place et en se rapprochant de Toro Rosso.

Notre analyse du Grand Prix des Etats-Unis

Grand Prix des Etats-Unis, 2017, Hamilton vainqueur

La première surprise provient avant tout du rythme de la Mercedes en course. Si personne ne fut surpris de voir Hamilton en pole, c’est surtout l’aisance pour conserver ses pneumatique qui a dérouté alors que la monoplace était réputé moins à l’aise en condition chaude et avec les composés les plus tendres. Pourtant, Hamilton n’eu aucun mal à se défaire de Vettel puis de gérer la course en se contentant d’un arrêt. En plus de son avantage moteur, grâce notamment à une consommation d’huile autorisée plus élevée que la concurrence (nous en parlions après le GP de Spa-Francorchamps), Mercedes a également un châssis performant dans toutes les conditions.

En revanche, Bottas pâtit clairement de la comparaison avec son équipier. Le Finlandais semble quelque peu friable mentalement et va devoir se ressaisir  au risque de n’être qu’un simple n°2.

Grand Prix des Etats-Unis, 2017, Hamilton, Vettel et Raïkkonen

Ferrari n’a cette fois pas souffert de la fiabilité mais a dû se résoudre à évoluer un ton en-dessous de la Mercedes d’Hamilton. Si Vettel parvenait à se qualifier 2ème et à prendre la tête dès le départ, son rythme en course fut plus décevant. A la fois plus lent, mais également plus féroce pour les pneus que Mercedes, ce qui était généralement l’inverse auparavant, surtout par beau temps. L’écurie italienne doit désormais se concentrer sur 2018, le titre 2017 tendant les mains à Hamilton.

Grand Prix des Etats-Unis, 2017, Red Bull sur le COTA

Si la course fut animée, c’est en partie grâce à Red Bull. Certes, Ricciardo a été contraint à l’abandon avec un moteur en fin de vie, mais Verstappen a fait une superbe remontée pour finir juste derrière les Ferrari ! Peut-être que si le Néerlandais était parti sur plus haut sur la grille, il aurait pu perturber Hamilton ? Un ton en dessous en qualification, le moteur Renault étant dénué de « bouton magique », le rythme de la Red Bull fut assez impressionnant en course, malgré une usure des pneus assez élevé.

Comme à son habitude, Force India était dans le coup et Ocon s’est clairement monré au-dessus de son équipier Perez. Rapide en qualification et parfait gestionnaire en course, le français ne s’est pas affolé quand il a vu revenir son équipier en milieu de grand prix. De plus, Ocon devient le nouveau recordman de « fiabilité » en grand prix, en franchissant la ligne d’arrivée des 26 premières courses de sa carrière (sur 26 départs en F1), record détenu par Max Chilton jusque-là ! Pendant ce temps, son coéquipier Perez semble marquer le pas et ses tentatives pour déstabiliser Ocon ne fonctionnent pas. A l’attaque pour inciter son équipe à demander à Ocon de le laisser passer, celle-ci a bien compris le jeu psychologique que tente Perez. Sa fin de course difficile, où il avait trop usé ses pneus et consommé trop d’essence, a bien montré que ce n’était pas une bonne stratégie. Nul doute que le Mexicain voudra briller sur ses terres le week-end prochain.

Si Hülkenberg a encore été frappé par la malchance avec un abandon pour problème mécanique, Renault peut désormais compter sur un 2ème pilote performant en la personne de Sainz. Qualifié en Q3, il a confirmé en course avec une belle 7ème place qui permet à l’écurie de gagner une place au classement des constructeurs, important pour le « prize money ». Avec 3 grand prix restants et une vitesse retrouvée, Renault peut désormais s’attaquer à Toro Rosso, voire Williams.

Williams qui aura connu un week-end correct grâce à Massa et à ses points récoltés. En revanche, le niveau affiché par Stroll est quelque peu inquiétant. S’il a connu de belles courses comme à Bakou, ses dernières prestations sont clairement insuffisantes. Pourtant, le pilote canadien s’est beaucoup entraîné à Austin et Suzuka avec une monoplace de 2014. Paradoxalement, c’est le volant de Massa qui est menacé, alors que ce dernier reste solide, l’écurie Williams ayant été séduite par la compétitivité de Kubica.

Pour sa première, Hartley a vécu un week-end très propre. Pas étincelant mais tout à fait honnête pour un rookie. Sa pénalité pour changement de moteur ne l’aura pas aidé, de même qu’un léger manque d’agressivité en restant bloqué derrière Stroll et Ericsson une bonne partie de la course. Toutefois, son rythme fut plus que correct et il sera intéressant de le revoir au Mexique puisque Toro Rosso a confirmé sa présence. De son côté, Kvyat s’est réveillé et a livré sa meilleure prestation de l’année en allant chercher un point. Si l’on a pu voir la vitesse incontestable du Russe, c’est malheureusement trop tard pour lui puisque Gasly reprendra sa place à la prochaine course.

Week-end difficile également pour Haas, pas dans le rythme pour sa course à domicile malgré des évolutions aérodynamiques tout comme McLaren, rapide avec Alonso et son nouvel aileron avant mais peu fiable. A l’inverse, Vandoorne a souffert avec l’ancienne spécification d’aileron, mais a pu rallier l’arrivée. Enfin, Sauber, comme à l’accoutumée, fut dans le dur du vendredi au dimanche.

Grand Prix des Etats-Unis : dépassement de Verstappen, LA polémique

La polémique du Grand Prix des Etats-Unis vient du dépassement de Verstappen sur Raïkkonen… Fallait-il le pénaliser ? Les arguments sont nombreux. D’une part, c’est un beau dépassement et les pilotes qui franchissent les 4 roues en dehors des lignes blanches sont légions que ce soit en qualifications ou pendant la course. A l’inverse, on peut aussi considérer que Verstappen a coupé le virage pour dépasser et qu’il n’aurait jamais pu doubler si la piste était jonchée d’herbes et de graviers. Il est impossible de pénaliser tous les pilotes franchissant la ligne, ceux-ci sont trop nombreux. Malgré tout, la sanction est obligatoire si un dépassement a lieu lorsque l’on excède les limites de la piste, sinon les pilotes en abuseraient !

Finalement, on s’aperçoit que ce problème n’aurait jamais existé si la FIA n’avait pas imposé des normes de sécurité imposant aux pistes des dégagements en bitume. D’autant que ceux-ci se révèlent dangereux dans certaines conditions, notamment en cas d’aquaplaning ou encore lorsqu’un pilote parti trop large revient à pleine vitesse sur la piste (comme Raïkkonen à Silverstone en 2014).

Grand Prix des Etats-Unis, 2017, Lewis Hamilton et Usain Bolt

La F1 n’aura pas le temps de se reposer puisque la prochaine course a lieu dès ce week-end avec le grand prix du Mexique ! Hamilton sera-t-il titré ? Rendez-vous dimanche…