…Tandis que Ferrari continue de manger son pain noir ! Le Grand Prix du Japon, 16e course de l’année, avait lieu sur le superbe circuit de Suzuka et a vu une nouvelle victoire de Lewis Hamilton. Revivez avec nous ce grand prix à nouveau cauchemardesque pour la Scuderia.

Grand Prix du Japon, 2017, Hamilton gagne devant Verstappen (Formula 1)
Encore une fois, le week-end avait bien démarré pour Ferrari, puisque Sebastian Vettel qui s’octroyait le meilleur temps de la première séance d’essais libres du Grand Prix du Japon. La deuxième séance était tronquée par une pluie abondante et Hamilton faisait partie des rares à oser sortir pour signer le meilleur temps. Plus représentative, la troisième et dernière séance voyait Mercedes montrer les crocs avec le meilleur temps pour Bottas juste devant Hamilton et Vettel pas loin derrière. Toutefois, Bottas et Raïkkonen partaient à la faute dans cette séance, ce qui leur valait 5 places de pénalité chacun sur la grille de départ pour changement de boîte de vitesses.

Grand Prix du Japon : la grille de départ ponctuée de pénalités

Résultat des qualifications du Grand Prix du Japon
Alors que Grosjean est victime d’un gros crash lors des qualifications, Hamilton sort le grand jeu et atomise le record de la piste avec un temps de 1 min 27 sec319, soit 1,5 secondes de mieux que le précédent record de Michael Schumacher en 2006 et 3,3 secondes plus rapides que la pole de Rosberg en 2016 ! Hamilton décroche ainsi sa première pole position à Suzuka puisqu’il était en pole au Grand Prix du Japon en 2007 et 2008, quand la course se déroulait sur le circuit du Mont Fuji.

Derrière le Britannique, Bottas signait le 2ème temps devant Vettel qui hérite de cette seconde place au départ grâce à la pénalité du Finlandais. Les Red Bull suivent avec Ricciardo et Verstappen devant Raïkkonen. A noter la belle 7ème place d’Ocon, synonyme de 5ème place sur la grille de départ avec les pénalités.

Outre les pénalités de Bottas et Raïkkonen, trois autres pilotes sont sanctionnés pour changement de moteur : Palmer, Sainz et Alonso qui partent du fond de la grille. Ainsi, les français Grosjean et Gasly s’élancent 13ème et 14ème malgré une élimination lors de la Q1.

Si les essais se sont déroulés par des températures assez fraîches, environ 21°C dans l’air et 27°C sur la piste, le dimanche est tout autre avec l’apparition du soleil et de la chaleur. Ainsi, la température de la piste dépasse les 40°C, ce qui redistribue les cartes sur la stratégie pneumatique où deux arrêts sont envisagés.

Grand Prix du Japon : dès le départ, des soucis pour Vettel

Grand Prix du Japon, 2017, départ de la course
Si la majorité des pilotes du top 10 démarrent en pneumatiques Super Tendres, il est à noter que Bottas et Raïkkonen décaleront leurs arrêts avec un départ en Tendres. Dès le départ, Hamilton s’élance parfaitement et prend immédiatement de l’avance sur Vettel. Verstappen prend le meilleur sur Ricciardo tout comme Ocon. En revanche, Vandoorne perd des places en partant trop large alors que Sainz part seul à la faute dans les « esses » de Senna et doit abandonner. Vettel semble en perdition et se fait passer d’abord par Vettel puis par Ricciardo, Ocon et Bottas alors que Raïkkonen perd beaucoup de temps en essayant de doubler Hülkenberg par l’extérieur.
Grand Prix du Japon, 2017, nouvelle course à oublier pour Vettel
La safety car est déployée à l’entame du second tour pour dégager la monoplace de Sainz, le top 10 est alors le suivant : Hamilton, Verstappen, Ocon, Ricciardo, Bottas, Vettel, Perez, Massa, Hülkenberg et Sainz. Le restart a lieu au 3ème tour et la situation de Vettel ne s’arrange pas, l’Allemand n’a pas de puissance et se fait doubler par tous les pilotes. A la fin du tour, Vettel abandonne et voit ses espoirs de titre s’envoler. Derrière Raïkkonen remonte et passe Stroll victime d’une crevaison, Grosjean et Magnussen pour atteindre la 9ème place.
Grand Prix du Japon, 2017, départ de la course

Grand Prix du Japon : en début, Hamilton construit sa victoire

Alors qu’Hamilton a du mal à creuser l’écart sur Verstappen (1,7 secondes au début du 8ème tour), Ocon a plus de mal à tenir le rythme et fait le bouchon sur Ricciardo et Bottas.

Toujours dans le 8ème tour, Ericsson part à la faute et vient s’écraser dans les pneus tandis que Raïkkonen passe Hülkenberg. Pour dégager la Sauber, la direction de course choisit de déployer la voiture de sécurité virtuelle, qui limite la vitesse des pilotes à 80km/h mais ne regroupe pas le peloton, dommage pour le spectacle.

La course repart à la fin du 10ème tour et Ricciardo passe Ocon grâce au DRS à l’entame du 11ème tour. Le tour suivant, c’est Bottas qui se défait du français qui retombe en 5ème position.

Raïkkonen poursuit sa remontée pour passer Massa au 14ème tour, Hamilton mène alors la course devant Verstappen et Ricciardo. Bottas est 4ème devant Ocon, qui manque un peu de rythme et Perez. Suivent Raïkkonen, Massa et Hülkenberg, puis Magnussen complète le top 10. A la fin du 17ème tour, alors sur la pression d’Hülkenberg, Massa s’arrête aux stands pour troquer ses Super Tendres en souffrances pour des Tendres. 2 boucles plus tard, Raïkkonen remonte sur Perez et le double grâce à l’aide du DRS.

Devant Hamilton creuse l’écart sur Verstappen pour compter 5 secondes d’avance sur Verstappen au 20ème tour. L’ingénieur du pilote Mercedes indique qu’ils restent sur le « plan A », sûrement la stratégie à un seul arrêt. Dans le même temps, Ocon s’arrête pour chausser des Tendres et ressort derrière Alonso. Il faut que le Français passe l’Espagnol rapidement pour ne pas perdre trop de temps, ce qu’il fait avec brio. Verstappen et Perez s’arrêtent un tour plus tard, toujours pour mettre des pneus Tendres. Hamilton réplique au 22ème tour et procède lui aussi à son changement de gommes, tout comme Magnussen. Ricciardo fait durer son train de Super Tendres puisqu’il attend le 25ème tour pour s’immobiliser. Bottas et Raïkkonen prolongent leurs relais, étant chaussés en pneus Tendres moins performants, mais plus durables.

Grand Prix du Japon : première victoire à Suzuka pour Hamilton

A la mi-course, Hamilton revient sur son équipier Bottas qui n’oppose pas de résistance, et voit dans le même temps Verstappen revenir à seulement une seconde. Le Néerlandais est très rapide avec les pneus Tendres et semble pouvoir mettre en danger le leader ! En s’intercalant entre les deux pilotes, Bottas fait perdre un peu de temps à Verstappen. De son côté, Raïkkonen en profite pour effectuer son arrêt pour chausser des Super Tendres, il repart devant Ocon, soit en 6ème position, et virtuellement 5ème en considérant que Hülkenberg ne s’est pas encore arrêté. Verstappen passe plus de deux tours derrière Bottas et ne doit son salut qu’à l’arrêt du pilote Mercedes qui ressort en 4ème position tandis que Verstappen est à plus de 3 secondes d’Hamilton.

Alors que le pilote Red Bull est satisfait de la tenue de ses pneus, l’Anglais se plaint lui de ses pneus arrière sur sa monoplace Mercedes. Au 35ème des 53 tours, Hamilton mène toujours devant Verstappen, Ricciardo et Bottas. Puis Raïkkonen, Hülkenberg, Ocon et Perez. Enfin Palmer et Massa complètent le top 10 mais doivent s’arrêter pour changer de pneus. Hülkenberg se plaint lui de ses pneus et souhaite s’arrêter mais son ingénieur l’en dissuade en indiquant être bloqué derrière le groupe de Massa s’il s’arrêtait immédiatement. Il s’arrête finalement à la fin du 38ème tour et ressort 13ème derrière Gasly et Grosjean mais est victime d’un problème de DRS. Après avoir passé Gasly, et en tentant de dépasser Grosjean, ce dernier s’est cassé et est resté en position ouverte, ce qui condamne l’Allemand à un nouvel abandon ! A l’entame du 42ème tour, Magnussen s’infiltre à l’intérieur du premier virage pour passer Massa de façon virile mais correcte. Grosjean en profite lui aussi pour passer Massa quelque peu déstabilisé par la manœuvre. En tête, la situation s’est assagie puisque Verstappen gère à 3 secondes d’Hamilton mais en garde sous la semelle pour la fin de course, la Red Bull étant plus douce avec ses pneus.

Grand Prix du Japon, 2017, Stroll part à la faute
Au 47ème tour, Stroll est victime d’un problème au pneu avant droit et tire tout droit dans les « esses » de Senna, il manque de peu de venir percuter Ricciardo en revenant sur la piste ! Malheureusement, c’est à nouveau la voiture de sécurité virtuelle qui est utilisée le temps de sortir la Williams meurtrie. La course repart au 50ème tour et Verstappen se rapproche d’Hamilton, tandis que Perez met la pression sur son équipier Ocon pour le gain de la 6ème place. A deux tours du but, Verstappen revient dans les échappements d’Hamilton !
Malheureusement, Massa, prenant un tour et jouant la 10ème place avec Alonso, bloque quelque peu le pilote néerlandais, ce qui profite à Hamilton qui va décrocher une nouvelle victoire au terme des 53 tours ! Verstappen suit de près, il est accompagné sur le podium par son équipier Ricciardo. Bottas fini 4ème devant Raïkkonen puis Ocon qui a su résister à Perez. Les Haas prennent des belles 8èmes et 9èmes positions grâce à Magnussen et Grosjean. Enfin, Massa a glané le dernier point disponible.
Grand Prix du Japon, 2017, podium avec Hamilton, Verstappen et Ricciardo

Grand Prix du Japon : le point au championnat

Grand Prix du Japon, 2017, Hamilton se rapproche du titre

Au championnat, c’est à nouveau la très belle opération pour Hamilton qui compte désormais 59 points d’avance sur Vettel. Il ne reste que 100 points à distribuer et Hamilton peut se contenter de finir toutes les courses à la 4ème place pour être titré ! Seuls des abandons pourront donner une chance à Vettel, mais en F1, rien n’est impossible…

Revenu à seulement 13 points de Vettel, Bottas peut prétendre finir vice-champion malgré une saison en demi-teinte.

Et chez les constructeurs, pas de changement puisque l’écurie Mercedes est quasiment certaine de finir championne du monde. Seul changement à signaler, Haas reprend la septième place à Renault pour un petit point.

Grand Prix du Japon : Mercedes a le sourire, Ferrari touche le fond !

Comptablement parlant, le constat est terrifiant pour Ferrari et Vettel. Cette fois, c’est une casse de bougie qui a eu raison des espoirs de la Scuderia. D’autant que Raïkkonen aura payé son erreur de la 3ème séance d’essais libres par une pénalité. Si les Ferrari confirment qu’elles ont progressé en vitesse, se montrant régulièrement supérieures à Mercedes en rythme de course, c’est au détriment de la fiabilité. Mercedes a poussé Ferrari dans ses retranchements qui n’a eu d’autre choix que de privilégier la performance pure.

Mercedes fait donc à nouveau la très bonne opération avec son pilote leader qui voit le titre se rapprocher à grands pas. Toujours complexe à comprendre et à exploiter, la flèche d’argent est diablement rapide quand les conditions atmosphériques sont assez fraiches, en témoigne l’exceptionnel chrono d’Hamilton en qualifications. La gestion de course fut parfaite malgré une surchauffe des gommes arrière et un Verstappen pressant mais jamais en position de dépasser. En revanche pour Bottas, la vitesse affichée est clairement insuffisante malgré une petite amélioration par rapport au Grand Prix de Malaisie. Le Finlandais doit impérativement faire mieux s’il ne veut pas que 2018 soit sa dernière année dans l’écurie allemande.

Vainqueur en Malaisie, Verstappen et Red Bull n’étaient pas loin de rééditer l’exploit. En cause, un manque de vitesse en qualification, que ce soit au niveau du châssis, très à l’aise dans l’exploitation pneumatique, que du moteur, encore privé du fameux « bouton magique » faisant le bonheur Mercedes le samedi après-midi, et, à une échelle moindre, de Ferrari. Toutefois, le rythme de course fut encore excellent et Verstappen était plus rapide qu’Hamilton en pneus Tendres. La Red Bull ne faisait pas surchauffer ses gommes et pouvait finir en boulet de canon. Contrairement à la majorité de la saison, Ricciardo a cette fois été supérieur à Verstappen en qualifications mais ne fut pas en réussite en course. Après un départ moyen, il s’est retrouvé bloqué derrière Ocon, ce qui lui a fait perdre tout espoir de victoire. L’Australien continue malgré tout d’engranger de gros points.

Grand Prix du Japon, 2017, Force India
Force India a une nouvelle fois été à la fête avec un beau doublé aux 6e et 7e places à l’arrivée. Cette fois, c’est Ocon qui a devancé Perez aussi bien en qualifications qu’en course, et qui a pu faire oublier ces deux dernières prestations plus décevantes. Finissant dans les échappements de son équipier, Perez semblait plus rapide, mais Ocon précisera après la course que l’écurie lui avait demandé de gérer au mieux ses pneumatiques.

L’autre belle surprise fut l’écurie Haas, décidément très irrégulière. Largués aux chronos, Magnussen et Grosjean ont profité du très bon rythme en course de la monoplace américaine et ont su profiter pleinement des circonstances de course pour chercher 6 précieux points dans la lutte pour le championnat des constructeurs.

La déception provient à nouveau du clan Renault. Un peu comme Ferrari, la voiture est assez rapide mais peu fiable. Si Hülkenberg pouvait chercher les points de la 8ème place, l’activation du DRS a eu pour conséquence de casser le volet supérieur de l’aileron arrière. La nouvelle du week-end chez les Français était le remplacement de Palmer par Sainz à compter du prochain Grand Prix, à Austin aux Etats-Unis. Palmer a donc vécu son dernier week-end en Formule 1 de manière assez anonyme, et sort par la petite porte. Anonyme est un terme qui aurait pu convenir également à McLaren, Toro Rosso et Williams. Si l’écurie de Grove de Claire Williams est allée chercher un point, le rythme n’était pas fantastique et Stroll fut décevant malgré un entrainement intensif.

Grand Prix du Japon, 2017, Honda à domicile
Chez McLaren, malgré de bonnes qualifications, un mauvais départ pour Vandoorne et des pénalités moteur pour Alonso ont condamné toute chance pour les deux pilotes. Pour son dernier grand prix chez Toro Rosso, Sainz ne passera pas le premier secteur, victime d’une sortie de piste alors que Gasly continue son apprentissage en effectuant une course assez solide. Le Français devrait finir l’intégralité de la saison avec l’écurie italienne pour préparer 2018, tout comme Kvyat qui reviendra lors du prochain grand prix. Enfin, Sauber souffre encore et toujours en fin de saison et attend avec impatience 2018.

La prochaine course se déroulera à Austin aux Etats-Unis sur le tracé du COTA où s’est déjà déroulé une manche du championnat du monde d’endurance cette année. Lewis Hamilton sera-t-il titré à l’issue de la prochaine course ou Vettel retrouvera-t-il le sourire ? Réponse le 22 octobre !

En attendant, retrouvez le résumé de la course en vidéo…