Christophe Guyot, team manager du GMT94, et ses pilotes Nicolo Canepa, David Checa et Mike Di Meglio ont connu une semaine parfaite pour ce Bol d’Or 2017… Après de bonnes qualifications, leur Yamaha R1 s’est montrée la plus fiable durant les 24 heures d’une course d’endurance qui a vu de nombreuses équipes abandonner. Et notez la performance de l’écurie Honda National Motos qui ont réussi à boucler cette course avec seulement deux pilotes, Stéphane Egéa et Emeric Jonchière !

Bol d’Or 2017, le GMT94 vianqueur avec la Yamaha R1 n°94 (crédits : Yamaha)

Le GMT94 remporte le Bol d’Or 2017

C’est le GMT94 qui, au guidon du Yamaha R1 minutieusement préparée, a remporté la course du Bol d’Or au bout de 24 heures de rebondissements, de dépassements et d’abandons. Après l’abandon du leader, le SRC, au bout de 34 minutes de courses, la bataille pour la victoire s’est jouée entre quatre équipes :

  • le GMT94 et sa Yamaha R1, avec Nicolo Canepa, David Checa et Mike Di Meglio ;
  • le SERT et sa nouvelle Suzuki GSX-R et ses pilotes Vincent Philippe, Etienne Masson et Gregg Black ;
  • le F.C.C. TSR avec Johs Hook, Freddy Foray et Alan Techer se relayant au guidon d’une Honda CBR ;
  • le Honda Endurance Racing (HER), également au guidon d’une Honda CBR avec Sébastien Gimbert, Yonny Hernandez et Grégory Leblanc.

Bol d’or 2017, GMT94 de nuit (crédits : Yamaha)

Pendant quasiment toute la nuit, le GMT et le SERT se sont échangé la tête de la course au rythme des relais et des passages aux stands. Derrière, l’écart n’est jamais trop grand, et au petit matin, c’est le F.C.C. TSR qui est en tête. Le team privé devance le GMT d’une petite minute… Malheureusement, Alan Techer chute pendant son relais et les dégâts lui font perdre cette avance. Le GMT reprend la tête, pendant que la Honda n°111 du HER se retrouve aux stands pour des problèmes d’alternateur plusieurs fois dans la matinée.

Les BMW n°13 (Wepol) et n°48 (Volpker) en profitent pour se mêler à la lutte en tête. Une lutte loin derrière le GMT94 qui compte 9 tours d’avance et passe le drapeau à damier largement en tête. La plus belle bagarre se joue pour la 3e marche du podium entre Sébastien Gimbert sur la Honda n°111 et Lucy Glockner sur la BMW n°48. C’est finalement la 111 qui remporte cette bataille, après de superbes passes d’armes, à seulement une centaine de mètres de la ligne d’arrivée…

La Yamaha R1 du GMT94 se sera montrée la plus fiable sur les 24 heures de course, avec comptant au rayon des ennuis une panne d’essence et un souci sur une couronne. Les pilotes de Christophe Guyot ont su se montrer réguliers et performants sur tous leurs relais, remportant la première victoire de l’équipe dans cette course depuis 2007. Le champion du monde EWC en titre repart donc en tête du championnat 2018 !

Le Bol d’Or 2017 en images avec les principaux concurrents

Bol d’Or 2017 : de très nombreux abandons

Sur 59 équipes au départ, seulement 29 ont vu le drapeau à damier. Au-delà des chiffres, c’est la plus grande déception qui se lisait sur les visages ! Car pire que d’arriver dernier en endurance, ne pas arriver…

De notre point de vue, l’une des situations les moins enviables a été vécue par le Team 18 Sapeurs-Pompiers. Trois petits tours, et le moteur de leur Kawasaki ZX10R a lâché, un cas extrêmement rare sur une moto d’endurance au moteur à peine rodé. Chez Kawasaki, la déception est aussi venue de l’équipe officielle, le SRC Kawasaki, avec un abandon sur casse moteur après une demi-heure de course seulement. Pourtant, Randy de Puniet avait signé un chrono canon aux qualifications, et le SRC s’élançait en pole position et se portait immédiatement en tête, dominant largement le début de course. Sauf qu’après 34 minutes, l’ancien pilote MotoGP rentrait brusquement au stand… pour abandonner !

C’est donc l’un des leaders qui se voyait contraint à l’abandon avec une saveur d’inachevé… Le circuit Paul Ricard du Castellet s’est montré intraitable avec les machines, et d’autres abandons sont à déplorer chez les teams phares du championnat du monde EWC : le YART avec la Yamaha R1 n°7, équipe officielle de la marque aux trois diapasons, doit abandonner après 152 tours alors qu’elle remonte dans le classement après une chute ; le Team April Moto Motors Events doit aussi abandonner avant la 15e heure de course, après avoir bouclé 377 tours, ou encore la BMW Tecmas n°13, moins d’une heure après (418 tours).

Au final, seules 29 motos verront la ligne d’un Bol d’Or 2017 très sélectif, qui nous a montré un GMT94 solide leader, en position de conserver son titre mondial acquis à Suzuka il y a à peine un mois.

Bol d’Or 2017 : 24 heures de course à deux pilotes, ils l’ont fait !

Pour des raisons évidentes d’efficacité, et afin de permettre aux pilotes d’une équipe d’endurance de tenir sur les 24 heures que compte le Bol d’Or, on compte trois pilotes par écurie. Les équipes les mieux dotées ont même un pilote remplaçant, un “joker” en quelques sortes.

Il faut bien se rendre compte qu’à trois pilotes, une course de 24 heures représente 8 heures au total de pilotage, de jour comme de nuit, sous la chaleur ou sous une pluie battante, quoi qu’il se passe. Autant d’heures où le pilote doit être au top sur la moto, capable d’aligner les meilleurs tours avec une régularité de métronome, en évitant au maximum la chute. Piloter en endurance, c’est aussi savoir préserver le moteur quand il le faut, adopter un pilotage qui permette de ménager les pneus et de ne pas consommer trop de carburant… Enfin, la moto est la même pour les trois pilotes, ce qui signifie que les réglages sont les mêmes pour tous, contrairement à une course de vitesse où la moto est adaptée à son pilote

Bol d’Or 2017, Trophée Anthony Delhalle

C’est donc peu dire que la performance des deux pilotes de l’équipe Honda National Moto, Stéphane Egéa et Emeric Jonchière, est exceptionnelle. Malgré le retrait du 3e pilote, Damian Cudlin, après les qualifications, les deux pilotes ont choisi de prendre le départ du Bol d’Or. Après un excellent départ de la 26e position sur la grille, Stéphane Egéa réussit un excellent premier relai et rend la moto 18e. Emeric Jonchière part sur les mêmes bases que Stéphane et remonte lui aussi. Vers 22 heures, la CBR Honda National Team pointe 12e, à 7 heures dimanche matin elle remonte encore à la 10e place.

Face à un Bol d’Or à éliminations, les deux pilotes tiennent bon et semblent en mesure de signer un top 10 en se relayant régulièrement. Malheureusement, à moins de trois heures du drapeau à damier un problème moteur les contraint à patienter dans les stands, pour voir la ligne d’arrivée de cette course de 24 heures. Ni les pilotes, ni les techniciens n’ont lâché quoi que ce soit, respectant les valeurs de l’endurance moto. Ils ont donc logiquement été récompensé par le Trophée Anthony Delhalle pour leur pugnacité et leur persévérance à terminer la course, coûte que coûte !

Après avoir gagné le titre de champion du monde aux 8 heures de Suzuka en août dernier, le GMT94 se lance dans la course au titre 2018 de la plus belle des manières ! Après une course solide qui a démontré la fiabilité de sa Yamaha R1, mais aussi la qualité de ses pilotes et une équipe soudée et performante, le GMT prend la tête du championnat mondial d’endurance 2017-2018… Prochain rendez-vous aux 24h du Mans moto du 21 au 22 avril 2018 !