On pensait avoir vécu une saison exceptionnelle l’an dernier, avec 9 vainqueurs différents sur les 18 courses du championnat… Pourtant, la première partie du championnat MotoGP 2017 nous a prouvé le contraire : cinq vainqueurs différents en neuf courses et les quatre premiers se tiennent en dix points ! Revenons sur un début de saison passionnant et plein d’incertitudes.

Championnat MotoGP 2017, Sachsenring 2017, départ de la course MotoGP (Yamaha)

Championnat MotoGP 2017 : pas de leader incontesté ni incontestable

Maverick Viñales premier leader du championnat MotoGP 2017 (crédits : Yamaha)

Maverick Vinales signait deux victoires consécutives sur les deux premières courses de la saison au Qatar et en Argentine. Confirmant ainsi son talent après avoir gagné une course au guidon d’une Suzuki encore en développement en 2016, le jeune pilote espagnol marquait les esprits. Valentino Rossi semblait confirmer la bonne forme de la Yamaha M1 officielle en montant sur le podium lors des trois premières courses. Ainsi, Vinales était leader du championnat MotoGP 2017 dès l’entame de sa première saison chez Yamaha, et Rossi prenait le relai en tête du championnat après le Texas où il montait sur la seconde marche du podium alors que son jeune coéquipier abandonnait.

Championnat MotoGP 2017, Marquez et Pedrosa remontent (crédits : HRC)

Le retour en Europe s’annonçait bien pour les deux pilotes, car si Marc Marquez remportait la course au Texas, les Honda officielles semblaient souffrir en ce début de saison. Marquez signait en effet son seul podium en trois course, et Pedrosa n’avait pu faire mieux que troisième au COTA (cinquième au Qatar et abandon en Argentine). Pourtant, la course à Jerez a marqué un tournant qui nous a montré que cette saison serait encore plus incertaine que la précédente ! En effet, Dani Pedrosa signe la pole position et remporte la course devant Marquez et Lorenzo qui semble enfin prendre la mesure de sa Ducati GP17… Derrière, les officiels Yamaha sont en perdition, Vinales terminant 6e et Rossi 10e.

Championnat MotoGP 2017, Andrea Dovizioso leader Ducati (crédits : Ducati)

La tendance semble s’inverser entre Yamaha et Honda. Mais au Mans, c’est Yamaha qui tire son épingle du jeu… Puis retour au Mugello, sur les terres de Valentino Rossi mais aussi de Ducati. Et là, celui qui se faisait discret chez les Rouges de Bologne depuis l’arrivée de Lorenzo, engagé pour gagner, vient donner un grand coup de pied dans la fourmilière ! Non seulement il gagne au Mugello, mais aussi à Catalunya, et devient le premier pilote Ducati à remporter deux victoires d’affilée depuis Casey Stoner, et le premier aussi à mener le championnat depuis le pilote australien…

Entre les trois constructeurs, rien ne semble joué. Et les deux dernières courses avant la trêve à Assen et au Sachsenring confirment la tendance, avec la victoire de Valentino Rossi aux Pays-Bas et celle de Marc Marquez au Sachsenring.

Des difficultés à faire fonctionner les pneumatiques chez les constructeurs

Michelin entame sa seconde saison comme manufacturier unique de la catégorie MogoGP. Après une saison 2016 qui a également vu l’introduction de l’électronique unique, cette seconde saison s’annonçait pourtant plus stable avec l’expérience acquise sur chaque tracé l’année dernière. Mais nous avons constaté que la température de la piste joue fortement sur les performances du package moto-pneumatique, et les réglages qui fonctionnent le matin ne fonctionnent pas nécessairement l’après-midi. Donc en résumé, lorsque la piste chauffe et que son adhérence baisse, le prototype Honda semble bien meilleur que celui de Yamaha. Mais dans le cas inverse, les Yamaha tirent leur épingle du jeu. A côté des deux constructeurs japonais, il ne faut surtout pas oublier une Ducati qui, si elle ne semble pas encore convenir à Lorenzo, se montre très performante aux mains de Dovizioso. Ce dernier se confirme comme prétendant au titre au même niveau que Marquez, Vinales et Rossi. Et étrangement, c’est Pedrosa qui se retrouve en position d’outsider, talonné au championnat MotoGP 2017 par Zarco et Folger, les deux pilotes Yamaha Tech3 qui se disputent également la place de meilleur rookie de la saison.

Des rookies performants chez Tech3 qui viennent bousculer les pronostics

Hervé Poncharal a fait un pari en engageant Johann Zarco et Jonas Folger… Si le pilote français montait en MotoGP avec deux titres consécutifs en Moto 2, Jonas Folger faisait partie des meilleurs pilotes de la même catégorie mais n’avait pas montré la même constance que le Français. L’équipe Yamaha Tech3 semble donc être un bon team de détection de talent. Après avoir pris sous son aile Bradley Smith et Pol Espargaro pendant quatre ans, ces derniers sont partis chez KTM pour renforcer le développement du constructeur autrichien dans la catégorie. Il fallait donc trouver deux pilotes à faire grandir chez Tech3 pour ce championnat MotoGP 2017. Les deux rookies se sont montrés à la hauteur dès les tests hivernaux, prenant rapidement la mesure de la M1 Tech3.

Championnat MotoGP 2017, Zarco en tête à Assen (crédits : Yamaha)

Johann Zarco a marqué les esprits dès son entrée en lice au Qatar, en menant la course dans les six premiers tours avant de chuter sur une erreur de trajectoire. Et depuis cet abandon, Zarco a signé 23 tours en tête en course (soit quatre de plus que Valentino Rossi), un meilleur tour en course, une pole position et une seconde place au Mans pour son Grand Prix national ! Jonas Folger semblait en retrait par rapport à son coéquipier en début de saison, mais ses performances s’améliorent au fil des courses, jusqu’à signer lui aussi une seconde place sur le podium au Sachsenring, son Grand Prix national.

Les deux pilotes Tech3 semblent donc être des outsiders sérieux, et prétendants au titre de champion du monde dans le futur ! En fait, la plus grande difficulté des deux jeunes pilotes semblent être de s’adapter au format des qualifications, qui les contraint à une sorte de préqualifications lors des trois premières séances d’essais puisque seuls les 10 plus rapides (temps cumulés sur les FP1, FP2 et FP3) vont automatiquement en Q2 pour se disputer les premières places sur la grille de départ, rejoints par les 2 plus rapides de la Q1.

Championnat MotoGP 2017 : difficultés chez les pilotes qui ont changé de moto

Au jeu des chaises musicales de l’intersaison, on pourrait dire que c’est Yamaha qui a su tirer son épingle du jeu. En effet, Maverick Vinales a su se montrer à la hauteur de sa M1 officielle et des attentes que fonde son nouveau team sur lui. Désigné successeur d’un Lorenzo qui a remporté trois titres de champion du monde MotoGP avec la marque aux diapasons, il sait que son rôle est de remporter le championnat. Attentes auxquelles il répond dès le début de saison en remportant les deux premières courses au Qatar et en Argentine. S’il remporte également la course au Mans, force est de constater qu’il doit encore progresser lorsque la moto ne répond pas complètement à ses attentes. Mais avec trois victoires en neuf courses en ce début de championnat MotoGP 2017, son début de saison chez Yamaha est globalement positif.

Celui qui a cédé sa place à Maverick Vinales a donc signé chez les rouges de Ducati, avec un contrat annoncé comme l’un des meilleurs jamais signé par un pilote ! Et le pari est de taille pour Jorge Lorenzo puisqu’il doit faire gagner la Ducati alors qu’aucun pilote n’a réussi à relever le défi depuis Casey Stoner… Et pour l’instant, on ne peut pas dire que ce pari soit réussi. Le pilote majorquin semble se casser les dents sur une moto ultra puissante mais difficilement exploitable. A la mi-saison, il pointe à la neuvième place alors que son coéquipier Andrea Dovizioso est troisième, a remporté deux courses d’affilée au Mugello et à Catalunya, et a même était leader du championnat avant d’arriver aux Pays-Bas ! Nul doute que Lorenzo devra redresser rapidement la barre au vu des espoirs de Ducati.

Enfin, penchons nous sur le cas d’Andrea Iannone, transfuge de Ducati chez Suzuki. Si on se doutait que Lorenzo aurait du mal à s’adapter à la Ducati en venant de Yamaha, on pensait que le passage de la Ducati à la Suzuki serait plus simple pour Iannone, simplement parce que la Ducati est réputée très difficile à piloter, et la Suzuki plus maniable malgré un manque de puissance flagrant.

Pour connaître la suite de cette série palpitante, une seule solution ! Suivre les nouvelles aventures du championnat MotoGP 2017 dès ce vendredi 4 août avec le retour des pilotes MotoGP en République Tchèque sur le circuit de Brno… L’an dernier, Crutchlow s’était imposé au prix d’une remontée épique, Rossi avait encore démontré ses talents sur une piste à l’adhérence changeante et précaire, et Marc Marquez avait renforcé son avance au championnat. La météo jouera-t-elle à nouveau avec les nerfs des pilotes cette année ?