Lucas Mahias, c’est ce gars des Landes au parler franc, détecté par le Chevalier du Groland, Serge Nuques, lors d’un stage de pilotage, et qui a commencé la moto il y a dix ans… Parti de rien, après quelques années de galère, le voilà qui aligne deux titres mondiaux en deux ans et dans deux catégories totalement différentes, rien que ça ! Retour sur un pilote français exceptionnel…

Burn de Lucas Mahias à l’entrée du parc fermé après la course Supersport à Losail

“C’est génial, j’aurais jamais imaginé il y a dix ans que je finirais par gagner le titre de champion du monde, c’était un de mes rêves et là j’ai réussi ! La course était un peu compliquée quand même parce qu’il s’est passé plein de choses dans ma tête, je ne savais pas s’il fallait que j’attaque ou non, mais je me sentais bien. Je ne voulais pas faire l’épicier comme on dit, je voulais essayer de gagner et voilà, c’était une belle bagarre avec Jules [Cluzel]. Je suis vraiment content, merci à Yamaha, merci à toute mon équipe et encore félicitations à Kenan [Sofuoglu].”

Lucas Mahias, Champion du Monde Supersport 2017

Lucas Mahias champion du monde Supersport 2017

Cette année, Lucas Mahias avait annoncé la couleur avant le début de la saison 2017 du Mondial Supersport : gagner le titre, un point c’est tout ! Face à lui, un ogre : Kenan Sofuoglu, quintuple champion du monde Supersport et champion en titre, au guidon d’une Kawasaki ZX-6R qu’il connaît par coeur. Pour relever le défi, Lucas Mahias est engagé comme pilote officiel Yamaha. Le constructeur aux trois diapasons est de retour dans la catégorie et sa R6 d’usine est en développement. Tout est à faire pour les Bleus d’Hamamatsu, et pour les deux pilotes, notre Frenchie et son coéquipier Federico Caricasulo.

Cette saison n’a pas été simple pour l’équipe d’usine, avec une moto en développement et un Federico Caricasulo jeune et un peu trop fougueux du haut de ses 21 ans… Jules Cluzel le rappelait encore dans le parc fermé à l’issue de la course à Losail, lui qui a fait le maximum à chaque course et n’a commis aucune erreur : “Avec ce qui s’est passé en début de saison avec deux résultats blancs, Caricasulo qui me découpe en deux à la première et le moteur cassé la deuxième, on n’a jamais pu revenir au championnat.” Prétendant sérieux au titre, on pourra compter sur lui l’année prochaine au sein d’une équipe privée, au guidon d’une Yamaha R6. Cette dernière semble bien née puisque plusieurs pilotes, tant dans l’équipe officielle que dans les teams privés, ont signé victoires et podiums cette année. On compte 5 Yamaha R6 dans le Top 10 du championnat du monde Supersport, dont la championne du monde ! Quatre de ses pilotes ont signé des victoires cette saison (Lucas Mahias, Federico Caricasulo, Sheridan Morais et Niki Tuuli).

Kenan Sofuoglu 3e de la course Supersport à Losail

Kenan Sofuoglu a dû quant à lui compter sur les blessures cette année, d’abord en manquant les deux premières manches de la saison à cause d’une blessure à la main et au poignet droits. Après un début de saison tronqué, il s’adjuge cinq victoires et une seconde place, et compte un résultat blanc. Ses performances lui ont permis de se rapprocher au championnat, avant de subir une nouvelle blessure au bassin à Magny-Cours. Son retour à la compétition moins d’un mois après une telle blessure rappelle le retour de Valentino Rossi, à peine trois semaines après sa double fracture tibia-péroné. Si Rossi est l’extraterrestre du MotoGP, Kenan Sofuoglu est à coup sûr celui du Mondial Supersport ! 

Ses quatres courses manquées sur les 13 de la saison ont à coup sûr tronqué ses chances au championnat, même si Lucas Mahias a su se battre sur tous les plans. La prochaine saison s’annonce palpitante, avec une lutte pour le titre qui s’annonce plus que disputée !

Quelques clichés qui illustrent l’ambiance de cette fin de championnat du monde Supersport 2017

Lucas Mahias, pilote exceptionnel au palmarès en construction

Nous ne sommes pas les seuls à le dire : Lucas Mahias est un pilote d’exception, l’un de ceux qui font état d’une humilité impressionnante face à leurs performances hors du commun. En 2016, il fait partie du trio de pilotes du GMT94, sur la Yamaha R1 engagée à championnat du monde EWC. Et pour sa première saison complète dans cette catégorie, il gagne le titre de champion du monde (comme pilote), pendant que son équipe gagne le titre également… Mais son rêve, comme il le répète si souvent, c’est de gagner le championnat du monde Supersport ! L’occasion se présente pour cette saison 2017, où il est engagé comme pilote officiel Yamaha avec le soutien de Yamaha France. Et là aussi, première saison complète dans la catégorie, et le titre mondial est acquis ! Et une chose est certaine, nous sommes sûrs qu’il réfléchit déjà à doubler la mise la saison prochaine, toujours au guidon de sa Yamaha R6 d’usine.

Outre ses deux titres mondiaux, Lucas Mahias a prouvé qu’il est de cette trempe de pilotes capables d’exploiter immédiatement le potentiel d’une machine dès qu’il se retrouve à son guidon… En 2016, il court trois courses en Mondial Superstock 1000, signe une pole position, deux victoires et une seconde place en course ! Alors forcément, un tel pilote force l’admiration, d’autant qu’il n’est pas passé par les formations traditionnelles dès l’enfance. Depuis ses débuts en compétition en France, en Promosport ou en Trophée Pirelli 600, son attention se focalise sur le plaisir du pilotage. Et force est de constater, sur les photos, que ce plaisir se voit !

Lucas Mahias nous prouve une fois de plus qu’il fait partie de ces pilotes d’exception, capables du meilleur pour peu qu’on lui donne les moyens de ses ambitions. Et lorsqu’il arrive dans une catégorie, qu’on se le dise, c’est pour gagner ! Après une saison en endurance mondiale couronnée du titre pilote, le voici champion du monde Supersport 2017 pour sa première saison complète. A 27 ans, nous sommes certains qu’il ne s’arrêtera pas en si bon chemin et mènera encore la vie dure au quintuple champion du monde de la discipline, Kenan Sofuoglu.