5 spéciales étaient aujourd’hui au programme de ce 86ème rallye Monte-Carlo, et le début de journée a été très animé en raison des conditions météorologiques difficiles. Sébastien Ogier a réussi à conserver les rênes de l’épreuve en limitant les prises de risque une bonne partie de la journée, précédant désormais les 3 pilotes de l’armada Toyota au classement général.

 

Bryan Bouffier en pleine attaque au rallye Monte-Carlo 2018 (Crédits: M-Sport)

 

Etapes du samedi Monte-Carlo 2018 (Crédits: WRC Promoter GmbH)

 

Pour ce troisième jour, les 117,55 kilomètres de spéciales permettaient aux concurrents de s’affronter à deux reprises entre Agnières-en-Dévoluy et Corps lors des SS9 et 11, longues de 29,16 kilomètres et passant par le Barrage de Sautet, tout comme pour les SS10 et 12 qui se disputaient entre Saint Léger les Mélèzes et La-Bâtie Neuve sur 16,87 kilomètres. La SS13 se tenait quant à elle entre Bayons et Bréziers, et était également l’occasion d’un second passage sur ce tracé pour les pilotes, après que ceux-ci l’aient emprunté lors de la deuxième étape du jeudi soir.

SS9 et 10 : Ogier reprend de l’avance sur la neige, Sordo out

Alors que la neige avait commencé à tomber vers 23 heures la veille, c’est un parcours entièrement blanc et des conditions très difficiles qu’ont découvert les équipages à l’occasion de la première spéciale du jour. Même si le tarmac était de plus en plus dégagé dans les derniers kilomètres de celle-ci, les premiers pilotes à partir ont été clairement handicapés par le fait de devoir ouvrir la route.

L’ordre de départ n’était plus le même ce samedi par rapport aux deux premiers jours d’épreuve, puisque les concurrents partaient désormais dans l’ordre inversé du classement de ce rallye Monte-Carlo. C’est donc Craig Breen qui a été le premier à se lancer sur les 29 kilomètres séparant Agnières-en-Dévoluy de Corps, roulant une bonne partie de l’étape sur des œufs car les marques n’étaient pas faites. Avec ce désavantage, le pilote Citroën a de nouveau laissé filer plus de 3 minutes par rapport à la tête de course, Thierry Neuville subissant également ce handicap en abandonnant près de 2 minutes.

Mais c’est Dani Sordo qui a payé le plus lourd tribut de ces conditions, celui-ci partant à la faute au 11ème kilomètre alors qu’il était en avance à l’intermédiaire précédent. Il est le deuxième à avoir dû abandonner dans cette course après Andreas Mikkelsen, alors qu’il était encore 3ème du général au petit matin. C’est donc un week-end très difficile que connaît Hyundai pour cette inauguration de la saison, avec deux équipages qui ne pourront inscrire qu’un maximum de 5 points grâce à la Power Stage de dimanche, et Neuville relégué à l’arrière du classement après son erreur du premier jour.

 

La sortie de route de Dani Sordo dans la SS9 :

 

Malgré tout, c’est Mikkelsen, revenu au départ ce matin, qui a signé le premier temps scratch de cette journée (alors qu’il a perdu du temps lors d’un tête-à-queue entraînant une excursion hors piste), avec plus de 20 secondes d’avance sur Sébastien Ogier. Ce dernier a fait la bonne opération de cette SS9, puisqu’il a réussi à repousser Ott Tänak à plus d’une minute, reprenant ainsi une avance conséquente en tête du rallye. C’est tout de même le Toyota Gazoo Racing qui tirait le mieux son épingle du jeu, l’abandon de Sordo plaçant ses 3 pilotes en embuscade derrière le quintuple champion du Monde.

La seconde spéciale du jour s’est elle avérée moins extrême que la première, la route étant plus dégagée dès le départ, et les derniers kilomètres laissant même place à des portions humides plutôt qu’à la neige, rendant les écarts moins conséquents à l’arrivée de celle-ci. Bien plus à l’aise que lors de l’étape précédente, c’est Ott Tänak qui en a profité pour signer le meilleur temps et reprendre 15 secondes à Sébastien Ogier, même si l’estonien s’est plaint du réglage de ses amortisseurs à l’arrivée.

Andreas Mikkelsen a lui pris la deuxième place, et doit nourrir une immense déception d’avoir dû renoncer la veille à cause des problèmes d’alternateur qu’il a connu, sa rapidité étant flagrante depuis les premiers instants de ce rallye Monte-Carlo. Le jeune Esapekka Lappi s’est lui emparé de la troisième place, confirmant la bonne forme des Toyota. Les pilotes Citroën n’ont quant à eux pas beaucoup plus brillé en ce début de journée, fermant tous deux la marche lors de cette SS10 derrière le pigiste de l’écurie M-Sport, Bryan Bouffier.

 

Les meilleurs moments de la SS9 (anglais uniquement) :

 

Classement 9ème étape

(Agnières-en-Dévoluy – Corps, 29,16 km):

  1. Andreas Mikkelsen – Hyundai I20   25’11’’8
  2. Sébastien Ogier – Ford Fiesta   + 22’’2
  3. Jari-Matti Latvala – Toyota Yaris   + 51’’1
  4. Ott Tänak – Toyota Yaris   + 1’25’’7
  5. Esapekka Lappi – Toyota Yaris   + 1’27’’1
  6. Bryan Bouffier – Ford Fiesta   + 1’32’’1
  7. Elfyn Evans – Ford Fiesta   + 1’32’’3
  8. Kris Meeke – Citroën C3   + 1’44’’9
  9. Thierry Neuville – Hyundai I20 + 1’53’’5 (11ème d’étape)
  10. Craig Breen – Citroën C3   + 3’25’’4 (20ème d’étape)

 

 

Classement 10ème étape

(Saint Léger les Mélèzes – La-Bâtie Neuve, 16,87 km):

  1. Ott Tänak – Toyota Yaris   12’16’’8
  2. Andreas Mikkelsen – Hyundai I20   + 4’’7
  3. Esapekka Lappi – Toyota Yaris   + 6’’8
  4. Sébastien Ogier – Ford Fiesta   + 15’’0
  5. Jari-Matti Latvala – Toyota Yaris   + 17’’1
  6. Elfyn Evans – Ford Fiesta   + 22’’0
  7. Thierry Neuville – Hyundai I20   + 28’’5
  8. Bryan Bouffier – Ford Fiesta   + 31’’1
  9. Kris Meeke – Citroën C3   + 33’’6
  10. Craig Breen – Citroën C3   + 42’’3

 

SS11 et 12 : La fonte de la neige entraîne de nombreuses erreurs

La chaussée était beaucoup moins enneigée et les traces bien marquées pour ce deuxième passage de la matinée entre Agnières-en-Dévoluy et Corps, mais la route détrempée ne rendait pas forcément la tâche plus facile pour les pilotes. Une intersection aux deux tiers du parcours a même rajouté de l’intensité au spectacle, 4 pilotes partant en excursion dans le champ avoisinant à cause d’un aquaplaning pendant le freinage, à savoir Neuville, Meeke, Bouffier et Tänak. Plus de peur que de mal cependant, car il n’y avait pas d’obstacle pour endommager les véhicules, et tous ces concurrents ont ensuite pu reprendre la piste.

Le belge Thierry Neuville a aussi connu une nouvelle alerte, partant en tête-à-queue dans un virage et se retrouvant dans le talus pendant quelques instants, mais réussissant à vite repartir pour limiter le temps perdu. Le grand perdant de cette SS11 est le finlandais Esapekka Lappi, une crevaison survenue à la suite d’une excursion hors piste lui ayant fait perdre plus de 3 minutes, la roue devant être changée, et le faisant redescendre à la 5ème place du classement général provisoire.

Malgré sa cabriole, c’est une fois encore l’estonien Tänak qui a signé le temps scratch sur cette étape, s’offrant une marge minimum de 15 secondes sur l’ensemble de ses adversaires, avec Sébastien Ogier en tête de file. Le français, qui a considérablement accru son avance en début de journée, a visiblement levé légèrement le pied pour prendre le moins de risques possibles, estimant l’écart avec le pilote Toyota suffisant pour ne pas avoir à pousser à 100%.

Pendant la 12ème étape, les équipages ont presque connu les 4 saisons dans les quasi 17 kilomètres séparant Saint Léger les Mélèzes de La Bâtie Neuve. La route était encore très mouillée et le brouillard épais au départ, laissant ensuite place à d’imposants murs de neige et à des plaques de glace dans la descente du Col de Moissière, pour finalement parcourir les derniers kilomètres sous un grand soleil avec des portions totalement sèches, bien que boueuses.

Le belge Neuville s’est redonné un peu de prestige en remportant cette spéciale, qu’il a décrit comme étant la première qu’il a vraiment appréciée depuis le début de journée. Deux Toyota se sont encore inscrites dans le top 3, avec à leur volant l’inarrêtable Ott Tänak et Esapekka Lappi, respectivement à 2 et 2,6 secondes du norvégien. Kris Meeke fermait la marche après un freinage trop appuyé, le faisant s’échouer frontalement dans un mur de neige et perdre une dizaine de secondes.

 

Classement 11ème étape

(Agnières-en-Dévoluy – Corps, 29,16 km):

  1. Ott Tänak – Toyota Yaris   19’06’’4
  2. Sébastien Ogier – Ford Fiesta   + 15’’3
  3. Elfyn Evans – Ford Fiesta   + 18’’3
  4. Jari-Matti Latvala – Toyota Yaris   + 18’’6
  5. Andreas Mikkelsen – Hyundai I20   + 21’’6
  6. Kris Meeke – Citroën C3   + 24’’1
  7. Thierry Neuville – Hyundai I20   + 26’’6
  8. Craig Breen – Citroën C3   + 39’’2
  9. Bryan Bouffier – Ford Fiesta   + 47’’5
  10. Esapekka Lappi – Toyota Yaris + 3’07’’0 (18ème d’étape)

 

Classement 12ème étape

(Saint Léger les Mélèzes – La-Bâtie Neuve, 16,87 km):

  1. Thierry Neuville – Hyundai I20   10’48’’6
  2. Ott Tänak – Toyota Yaris   + 2’’0
  3. Esapekka Lappi – Toyota Yaris   + 2’’6
  4. Elfyn Evans – Ford Fiesta   + 2’’9
  5. Jari-Matti Latvala – Toyota Yaris   + 5’’8
  6. Sébastien Ogier – Ford Fiesta   + 10’’6
  7. Craig Breen – Citroën C3   + 12’’4
  8. Andreas Mikkelsen – Hyundai I20   + 13’’1
  9. Bryan Bouffier – Ford Fiesta   + 13’’2
  10. Kris Meeke – Citroën C3   + 16’’1

SS13 : une fin de journée plus tranquille pour l’ensemble du plateau

La dernière étape de cette troisième journée s’est déroulée dans de bien meilleures conditions, un grand soleil ayant fait son retour, asséchant l’asphalte et permettant aux pilotes de limiter davantage les risques par rapport aux premières spéciales du jour. Preuve en sont les 6èmes et 8èmes places obtenues par Ott Tänak et Sébastien Ogier, ces derniers ayant pu se permettre d’assurer grâce aux écarts conséquents avec leurs concurrents au classement général.

Thierry Neuville a lui récidivé en s’adjugeant cette SS13 avec un peu plus de 2 secondes d’avance sur Elfyn Evans et Craig Breen, dépassant ainsi Bryan Bouffier pour s’adjuger la 7ème place du classement provisoire de ce rallye Monte-Carlo. Esapekka Lappi a également fait une bonne opération en repassant devant Kris Meeke, reprenant la 4ème place du général pour reformer le trio Toyota, qui se tient en embuscade derrière Sébastien Ogier.

 

Classement 13ème étape (Bayons – Bréziers, 25,49 km):

  1. Thierry Neuville – Hyundai I20   14’32’’8
  2. Elfyn Evans – Ford Fiesta   + 2’’1
  3. Craig Breen – Citroën C3   + 2’’2
  4. Esapekka Lappi – Toyota Yaris   + 4’’2
  5. Jari-Matti Latvala – Toyota Yaris   + 9’’1
  6. Ott Tänak – Toyota Yaris   + 10’’0
  7. Kris Meeke – Citroën C3   + 12’’0
  8. Sébastien Ogier – Ford Fiesta   + 16’’0
  9. Bryan Bouffier – Ford Fiesta   + 22’’0
  10. Andreas Mikkelsen – Hyundai I20   + 27’’1

 

A l’orée de la dernière journée de compétition, Sébastien Ogier reste donc solidement en tête du classement avec plus de 30 secondes d’avance sur Ott Tänak, qui a lui-même près d’une minute d’écart avec son poursuivant et coéquipier, Jari-Matti Latvala. Après leurs mésaventures de jeudi soir qui leur ont coûté plus de 4 minutes, Thierry Neuville et Elfyn Evans ont continué leur remontée dans la hiérarchie, apparaissant désormais aux 6ème et 7ème places après avoir pris l’avantage sur Bryan Bouffier, toujours régulier mais un peu moins rapide.

4 étapes, dont la Power Stage qui offre des points bonus aux 5 plus rapides de cette spéciale, restent à disputer demain. La météo s’annonce plus clémente que ces deux derniers jours, et aucune place n’est encore figée dans le classement. Ogier semble bien parti pour remporter une nouvelle fois ce rallye Monte-Carlo, mais n’aura aucun droit à l’erreur car Tänak se tient en embuscade.

 

Classement général après SS13:

  1. Sébastien Ogier – Ford Fiesta   3:30’03 »9
  2. Ott Tänak – Toyota Yaris   + 33 »5
  3. Jari-Matti Latvala – Toyota Yaris   + 1’32 »7
  4. Esapekka Lappi – Toyota Yaris   + 4’38 »5
  5. Kris Meeke – Citroën C3   + 4’40 »1
  6. Elfyn Evans – Ford Fiesta   + 5’00 »2
  7. Thierry Neuville – Hyundai I20   + 5’33 »6
  8. Bryan Bouffier – Ford Fiesta   + 5’43 »4
  9. Craig Breen – Citroën C3   + 8’49 »0

 

Si vous avez manqué certaines spéciales de ce 86ème rallye Monte-Carlo, vous pouvez retrouver nos résumés des SS1 et 2 ainsi que de la journée du vendredi.