On ne change pas nos habitudes avec Sonia Barbot, qui réussit encore un superbe Rallye de l’Ain ! Au programme : canicule, goudron fondu et papillons ! Sur un rallye moto long de 620 km, Sonia nous explique comment elle a su déjouer les pièges en spéciale, mais aussi les problèmes qu’elle a rencontrés. On termine notre interview par sa participation le week-end du 14 juillet à la Grande Fête Nationale de la Moto au circuit Carole, sa « cours de récré » !

Rallye de l’Ain, Sonia Barbot en wheeling (crédit : Laurent Berthe G2STP Sport)

Le Rallye de l’Ain se termine sur une très belle 11e place au général pour toi, et une 3e place en Rallye 2. Avec 145 concurrents au départ, et « seulement » 94 pilotes à l’arrivée, on peut dire que la chaleur et l’exigence des spéciales ont corsé cette 6e épreuve du championnat. Peux-tu nous raconter ton rallye, et comment tu as su déjouer les pièges de cette épreuve ?

Salut Christelle, le rallye de l’Ain est réputé pour être compliqué. Pour une fois ce ne sera pas la météo orageuse qui nous corsera l’épreuve mais bel et bien une chaleur digne d’un été sous les tropiques ! Pour un souci financier je n’ai pas reconnu les 7 boucles différentes du routier, posant la priorité sur les spéciales. Sur l’étape de jour je me suis fait piéger par une erreur sur le road-book et j’ai loupé un contrôle de passage (CP). Je m’en suis rendue compte mais je n’ai pas voulu prendre de risques en allant le chercher sous peine de prendre d’autres pénalité au Contrôle Horaire suivant. J’ai quand même continué ma course mais sans trop forcer sur les spéciales car je savais que je ne pourrais pas rattraper les pénalités encourues suite au CP manqué. J’apprends à la fin de l’étape de jour que beaucoup ont été dans mon cas et que le jury décide d’annuler ce CP. Ce que je n’ai su qu’après coup c’est que les pénalités du CH n’ont pas étés retirées ce qui me semble ne pas être juste pour ceux qui ont cherchés le CP et qui ont logiquement pointé en retard. Je ne m’étendrai pas plus sur ce sujet. Sportivement je suis partie pour l’étape de nuit avec le couteau entre les dents pour finalement terminer seconde de ma catégorie à la 11ème place scratch. Les spéciales étaient glissantes de jour, il ne fallait pas être violent avec les gaz ni avec les freins. Pour la nuit c’était un peu mieux, le goudron fondu était plus stable et j’ai pu rentrer un peu plus fort dans les virages. Malgré les controverses, j’ai pris pas mal de plaisir sur ce rallye avec ma Duke R toujours d’attaque. C’est un très beau Rallye bien organisé qui mérite le respect.

 

La concurrence est toujours aussi rude en Rallye 2, mais tu es remontée à la 4e place provisoire du championnat, à 13 points de Davy Gambino, et reste 1e du trophée féminin. Tu sembles de plus en plus rapide au guidon de ta KTM 690 Duke R, le podium final en rallye 2 reste-t-il ton objectif principal ?

Oui le podium reste toujours mon objectif. J’ai testé une démultiplication différente sur cette épreuve et je me sens encore mieux sur ma moto. Le rallye du Dourdou me convient bien, j’ai été titré en Top-Sport sur ce Rallye. C’est un peu mon rallye préféré. Avant, c’était la finale, les vacances, la fête, bref c’était avant car en 2017 il nous restera encore un rallye pour en découdre. Rien n’est encore fait je garde toujours l’espoir !

 

Le Rallye de l’Ain de Sonia Barbot en images (crédit : Bruno Marlin)

Tu as maintenant une pause de plus d’un mois avant le Rallye du Dourdou les 21 et 22 juillet. Entre temps, tu participes à la Grande Fête Nationale de la Moto au Circuit Carole en région parisienne. Un engagement qui semble te tenir à cœur puisque tu y vas pour la 3e fois… Peux-tu nous en dire plus sur cette course folle qui se déroule sur circuit un circuit qui mixe bitume, terre et virage mouillé ?

C’est une course qui me tient à cœur car c’est un peu une course « cours de récré » pour l’ensemble des pilotes présents. La plupart roule dans divers championnats et peuvent ici relâcher la pression et vraiment s’amuser sans penser au résultat. C’est aussi une course qui permet de progresser autant en Rallye Routier qu’en tant que motard lambda. Ici, nous retrouvons une bonne partie des conditions climatiques ou des conditions d’adhérences diverses sur nos routes. C’est un peu un entrainement pour le jour ou un « souci » nous arrivera sur route ouverte (passage mouillé, sable, graviers, terre) et là nous saurons comment réagir. En fait l’engagement devrait être remboursé par la sécu avec une réduction sur le prix de notre assurance !! Lol Bref, le fun avant tout! En plus ma 690 Duke R est parfaite pour ça!

Rendez-vous en juillet au Dourdou (crédit : Laurent Berthe G2STP Sport)

Après un Rallye des Ardennes terminé à la 10e place, le Rallye de l’Ain se conclue une nouvelle fois sur une note très positive pour Sonia Barbot, qui a réussi une magnifique remontée de la 18e à la 11e place dans l’étape de nuit. Profitant de conditions météo plus favorable qui ont permis une meilleure accroche dans les spéciales, elle a su déjouer les pièges tout au long des 620 km de ce rallye moto !

Julien Toniutti, à peine revenu de l’Iles de Man où il courait son second Tourist Trophy, a su s’adapter très rapidement à sa nouvelle Triumph Street Triple RS pour remporter le Rallye de l’Ain pour la sixième fois de sa carrière ! Bruno Schiltz conserve la tête du Championnat de France des Rallyes Routiers, mais l’écart se resserre avec Christophe Velardi. Rendez-vous du 21 au 23 juillet pour le Rallye du Dourdou à Villecomtal dans l’Aveyron…