Une moto au look ancien, un peu vintage, mais avec les atouts des motos modernes… Voilà ce que propose la tendance neo retro pour les motards de tous âges ! Mais c’est quoi, une moto neo retro ? Voyons en détail la différence entre cafe racer et scrambler, les deux styles emblématiques de cette tendance du marché. Un marché en pleine expansion par ailleurs, toutes cylindrées confondues. Nous vous livrons également nos coups de coeur, celles qui par leur look nous donnent envie de les ajouter à notre garage…

Neo retro, la tendance vintage a le vent en poupe

Cafe racer et scrambler, les deux emblèmes des motos neo retro

Le monde motard a de nombreuses facettes… Et face à des motos modernes comme les derniers roadsters ou les sportives ultra performantes, on retrouve une tendance neo retro qui prend une part de plus en plus importante sur le marché du deux-roues en France. Ces motos différentes semblent avoir une personnalité à part, se distinguant de leurs congénères par des lignes sorties tout droit des années 60 ou 70. Mais commençons par le commencement… Qui est qui dans cet univers de motos au look vintage qui fleurent bon le “bon vieux temps”, et plaisent aux jeunes et aux moins jeunes ?

D’abord, le cafe racer, encore appelé caff ou cafra par ses adeptes. On pourrait dire qu’il s’agit d’une moto d’égoïste puisqu’elle est équipée d’une selle monoplace. Conçu à l’origine pour aller de café en café le long des routes britanniques, le café racer doit être rapide pour permettre à son conducteur de faire l’aller-retour dans le temps d’une chanson ! Voilà pour l’esprit d’origine du cafe racer. Et pour aller vite, il faut une position aérodynamique, d’où les demi-guidons, la position sur l’avant et le dosseret pour bien se caler sur la selle. Bien entendu, il faut un moteur puissant dans un châssis léger, avec de bonnes suspensions.

Pour la petite histoire, les premiers étaient surnommés Triton, car associant un moteur Triumph (Bonneville) à un cadre Norton, dans les années 1950. Aujourd’hui, la grande majorité des cafe racers est constituée de motos modifiées, sportives et roadsters en tête. Parfois, cette personnalisation fait suite à une chute, car transformer sa moto en cafe racer avec des pièces adaptables revient moins cher que de la remonter en pièces d’origine.

Le scrambler est né dans les années 60 avec une philosophie à l’opposé du cafe racer : là où ce dernier cherchait performance et vitesse, le scrambler permettait d’arpenter la nature. A la naissance du mouvement, le scrambler se construisait donc autour d’un moteur bicylindre, avec un grand guidon, un pot d’échappement haut et des pneus à tétine. L’esprit d’aventure habite ses adeptes, qui souhaitent échapper à un quotidien urbain. Ici aussi, Triumph et Norton sont en tête des constructeurs : ce sont leurs modèles qui servent de base, le plus souvent, à toutes les modifications estimées nécessaires. Le scrambler doit pouvoir parcourir les chemins les plus accidentés, mais aussi le désert, ou encore traverser des rivières. C’est la moto d’aventure par excellence. L’une des icônes du mouvement scrambler est sans aucun doute Steve McQueen.

Ces deux mouvements emblématiques, illustrant deux visions de la moto dans l’après-guerre, reviennent à la mode aujourd’hui, tant chez les constructeurs historiques comme Triumph ou Norton, que chez les autres, qui s’engouffrent dans un marché en pleine extension !

Le neo retro, un marché en pleine expansion

Parmi les constructeurs qui ont le classique dans leur ADN, nous pouvons citer Norton et Triumph bien sûr, mais également Royal Enfield, Indian ou encore Moto Guzzi… Chez eux, on hésite même à parler de neo retro, tant ce style fait partie de leur histoire ! Quand on pense moto vintage ou neo retro, notre esprit se tourne immédiatement vers eux. Et chacun y va de sa vision de l’univers motard classique, bien différents les uns des autres. Avec le temps, certaines évolutions techniques sont venues parfaire le confort et l’utilisation de ces machines, soit par choix, soit par nécessité pour satisfaire de nouvelles normes. En parallèle, d’autres constructeurs qui avaient abandonné ces gammes classiques ou n’avaient conservé qu’un ou deux modèles peu mis en avant ont revu leur copie, et proposent aujourd’hui des gammes complètes : motos, accessoires, équipements du motard…

Les 2 meilleures ventes 125 sont des neo retro

Ainsi, le marché moto reflète bien cet engouement, notamment sur les petites cylindrées puisque deux 125 cc entrent dans le très fermé Top 20 du marché moto 2016, à savoir la Mash Seventy 125 et l’Orcal Astor SK 125. Vendues respectivement à 1829 et 1606 exemplaires l’année dernière, elles entrent dans le Top 20 à la 12e place pour la Mash et à la 17e pour l’Orcal ! Et elles s’offrent le luxe d’être sur les deux plus hautes marches du podium des 125 cc… 

Pour le coup, si vous optez pour l’une des deux, et que vous voulez vous démarquer, vous pourrez choisir de la personnaliser. En effet, elles se négocient autour des 1700 € en neuf pour les versions de base, et laissent la place à votre imagination pour la suite…

Du côté des grosses cylindrées, Triumph s’est taillé la part du lion en 2016 en vendant 1147 Bonneville T120, 867 Street Twin et 797 Thruxton 1200 R. Les différentes versions de la BMW R Nine-T se sont écoulées à 1102 exemplaires, à quasi-égalité avec la Yamaha XSR 700 sur base de MT-07 (1021 unités). Les constructeurs ont saisi l’importance de cette tendance, en proposant parallèlement à ces modèles une série d’accessoires, afin que chaque moto soit différente des autres. Enfin, notons la performance de la Ducati Scrambler 800 avec ses 969 unités vendues l’année dernière.

Les 5 motos neo retro les plus vendues en France en 2016

Nos coups de cœur neo retro : pour tous les goûts et tous les permis

Neo retro, Norton Commando 961 MKII (crédits : Norton)

Le premier de nos coups de coeur est la Norton Commando 961 MKII, l’une de celles qui marquent à la fois le passé et le présent, le vintage et le neo retro… Lorsqu’on regarde cette moto, on a l’impression de sortir du temps, certains éléments nous propulsant plus de 50 ans en arrière, d’autres étant tellement actuels. Ces gènes so british sont très marqués, puisant dans les standards de l’une des marques historiques du cafe racer. Son bicylindre parallèle de 961 cc vous propose 80 chevaux pour environ 220 kg tous pleins faits.

Neo retro, Ducati SportClassic 1000 Sport S (crédits : Ducati)

L’Italie, Ducati en tête, nous a offert du rêve dans le segment neo retro, notamment avec l’un de nos plus grands coups de coeur, la SportClassic 1000 Sport S. Ce cafe racer propose, sous sa robe rouge à liseret blanc, le fameux twin en L 1000 DS à distribution desmodromique. Elle propose un vrai bond dans le passé, avec une moto au caractère affirmé qui nécessite d’être emmenée, de faire corps avec elle. Malheureusement, vous ne pourrez trouver cette superbe moto qu’en occasion puisque Ducati en a arrêté la production à la fin des années 2000…

Neo retro, Benelli Leoncino (crédits : Benelli)

Les Italiens ont décidément une notion du design qui nous plaît, en proposant un modèle à l’héritage assumé chez Benelli. Le tout nouveau scrambler Leoncino est propulsé par un bicylindre de 500 cc délivrant 47,5 chevaux à 8500 tr/min.

 

Neo retro, Yamaha XSR 900 Abarth et Fiat 500 Abarth (crédits : Yamaha)

Chez Yamaha, on a bien compris l’engouement actuel des motards pour ces motos au look neo retro. En ouvrant une gamme XSR dérivée de sa gamme MT, la marque aux trois diapasons a confié ses motos vintage aux Faster Sons. Dans cette gamme, nous avons choisi la superbe XSR 900 Abarth, qui vous permettra le luxe (si si !) d’assortir votre moto et votre voiture dans le garage ! Comptez tout de même 12599 € (tarif catalogue hors options et frais de mise en route) pour vous offrir cette série spéciale dotée du 3 cylindres 850 cc de la marque et d’accessoires spécifiques, tels que le pot Akrapovic et sa sonorité mélodieuse.

 

Plusieurs de nos coups de coeur concernent de petites cylindrées, qui rendent ce segment plus attractif et attachant. Pour les plus excentriques à notre avis, la Skyteam Ace (disponible en 50 et 125cc), réplique parfaite de la Honda Dream 50, s’offre à un tarif plus qu’abordable : la 125 s’affiche au tarif de 2199 € (avec 75 € de frais de mise en route à ajouter).

La Hero 125, scrambler paré pour l’aventure avec sa selle courte, ses pneus à crampons et son sabot pare-pierre.

La Hunt S en 125 ou 250 cc, au look inspiré des vieilles anglaises.

La Spirit 125, cafe racer aux gènes sportifs affirmés.

Chacun d’eux a sa propre personnalité, son propre style. Et leur finition plutôt haut de gamme en fait des objets de qualité, prévus pour durer dans le temps.

Neo retro, FB Mondial Hipster 125 (crédits : F.B Mondial)

Au rang des neo retro aux finitions exemplaires, nous sélectionnons également la très sympathique F.B Mondial Hipster avec son design vraiment à part, digne des meilleurs préparateurs. Disponible en 125 cc et en 250 cc (permis A2 nécessaire), cette “petite” moto bouscule le milieu des neo retro de petite cylindrée et offre une forte personnalité avec un look ramassé, et de bonnes performances avec son moteur Piaggio de 15 chevaux en 125 cc.

Notre article n’a pas vocation à vous présenter l’ensemble de la gamme neo retro, ce serait presque mission impossible tant il y a de modèles aujourd’hui ! Nous avons choisi de vous présenter celles qui nous semblent emblématiques de ce courant par leur look, leur succès commercial ou par leur histoire… La tendance neo retro se conjugue avec des motos aux lignes particulières, qui se distinguent des autres… Mais aussi avec une grande part de personnalisation. Les constructeurs l’ont bien compris en proposant aujourd’hui des lignes d’accessoires riches et variées pour permettre à chacun d’avoir sa moto, bien différente des autres.