Le permis moto, ce sésame qui va vous permettre de passer du rêve à la réalité, de devenir motard et pouvoir conduire la moto qui vous fait tellement envie ! Oui, c’est vrai, le permis A2 est réputé pour être difficile, surtout à cause du célèbre plateau qui demande de l’entraînement et de la technique pour maîtriser la moto

Apprendre à conduire

Avant le permis A2: le code ou épreuve théorique générale (ETG)

Lorsque vous passez votre premier permis de conduire, ou si vous avez obtenu votre dernier permis depuis plus de cinq ans, vous devez passer le code de la route. Pour le permis A2, l’âge minimum est de 17 ans et demi. Vous avez 3 ans pour passer votre code de la route après avoir obtenu votre admissibilité à l’épreuve théorique générale (c’est-à-dire une fois que l’administration a vérifié que vous avez le droit de le passer). Concrètement, vous devrez passer la célèbre épreuve du code, et donc répondre à ses questions à choix multiples accompagnées de photos. Depuis sa réforme en 2016, cette épreuve est basée sur 1000 questions et 10 thèmes. Le candidat devra répondre à 40 questions et obtenir au minimum 35 bonnes réponses.
L’obtention du code est obligatoire pour avoir le droit de passer le plateau qui est l’épreuve la plus redoutée par les candidats au permis A2.

Le plateau, épreuve pratique hors circulation du permis A2

Le plateau du permis A2 est identique à celui du permis A1. Le seul changement, et de taille, c’est la moto utilisée : on passe en général sur une Yamaha MT 07, ou une Kawasaki ER6. Ces motos pèsent dans les 200 kg tous pleins faits, ce qui demande de l’entraînement pour maîtriser l’équilibre en V et l’allure au pas.

Maniement de la moto sans moteur et vérifications mécaniques

La première épreuve du plateau permet à l’inspecteur de vérifier que le candidat sait manœuvrer son véhicule sans moteur, pour la parquer dans un garage par exemple.La moto sera déplacée, poussée et béquillée suivant un parcours prédéfini. Il saura également effectuer des vérifications techniques selon une fiche tirée au sort.

Concrètement, deux parcours sont possibles, tous les deux en arc de cercle et demandant à déplacer la moto en marche avant puis en marche arrière. Le candidat doit faire passer son véhicule entre des portes de 1,20 m de large matérialisées par des cônes au sol. Un seul essai est autorisé et l’épreuve n’est pas éliminatoire (notation A ou B).

Plateau, parcours sans moteur 1 (source : Délégation à la Sécurité et à la Circulation routières, 01.07.2014)
Plateau, parcours sans moteur 2 (source : Délégation à la Sécurité et à la Circulation routières, 01.07.2014)

Déplacer la moto sans moteur

  1. Débéquiller la moto sur son point de départ.
  2. Déplacer la moto en marchant à côté, sans accrocher de plot, en marche avant puis en marche arrière. Si la marche arrière ne peut être faite en une fois, une marche avant et une seule est autorisée en direction de la porte précédente.
  3. Béquiller la moto une fois revenu au point de départ.

Effectuer des vérifications de base

Les vérifications permettent à l’inspecteur de contrôler que l’apprenti motard connaît les organes essentiels de son véhicule. Une fiche est tirée au sort parmi les deux proposées. Le candidat doit montrer les éléments concernés et expliquer de façon claire et rapide les opérations à faire.

Fiche 1

Les commandes

  • Mise en marche du moteur
  • Commande d’embrayage et d’accélération

Les éléments techniques

  • Niveau d’huile moteur
  • Transmission

L’éclairage et les accessoires de sécurité

  • Eclairage avant
  • Indicateurs de changement de direction

Fiche 2

Les commandes

  • Direction
  • Commandes de frein

Les éléments techniques

  • Pneumatique avant ou arrière
  • Suspension avant et arrière

L’éclairage et les accessoires de sécurité

  • Eclairage arrière et feu stop
  • Avertisseur sonore et rétroviseur

Notation et erreurs

Une seule note pour ces deux premières parties du plateau moto. Cette épreuve est considérée comme la plus simple du permis (avec les fiches moto), et permet d’obtenir soit un A, soit un B. Elle n’est donc pas éliminatoire.

A : Aucune erreur

B : Plot touché ou déplacé pendant la poussette, parcours non réalisé ou erreur de parcours, oubli d’un élément de la fiche de vérification

Maniement de la moto à allure lente

Cette partie de l’examen doit montrer que le futur motard maîtrise la moto en milieu urbain. Les deux parcours proposés sont identiques, l’un commence à droite et l’autre à gauche, et représentent des situations rencontrées au quotidien, notamment en ville.

Plateau, parcours allure lente 1 (source : Délégation à la Sécurité et à la Circulation routières, 01.07.2014)
Plateau, parcours sans moteur 2 (source : Délégation à la Sécurité et à la Circulation routières, 01.07.2014)

Acquérir les fondamentaux du maniement à vitesse réduite

L’apprenti motard doit acquérir quatre fondamentaux pour réussir le lent du permis A2 : le regard, la trajectoire, la maîtrise de l’allure au pas et l’équilibre en V. L’idéal est d’avoir l’impression de réellement maîtriser la moto sur cet exercice quand vous vous entraînez, car n’oubliez pas que le jour J, vous serez stressé par l’enjeu et beaucoup plus crispé !

Donc exercez-vous sérieusement, en vous forçant à porter votre regard loin, en anticipant la porte suivante. L’une des phrases préférée d’un moniteur moto est “La moto va là où tu regardes !” Une fois que vous avez éduqué votre regard, pensez à la trajectoire idéale pour passer les portes. La quinconce est serrée et les portes plutôt étroites, donc vous devez adopter une trajectoire arrondie qui vous permettra de ne pas être en retard sur la porte suivante. Vous devez également maîtriser le point de patinage et savoir doser le frein arrière, afin de maintenir une vitesse très réduite (environ 5 km/h). N’oubliez pas que vous devez franchir les cinq premières portes en 20 secondes ! Pour le lent, oubliez le frein avant, qui augmente grandement vos risques de chute, surtout si vous avez la roue braquée ! Enfin, soyez mobile et souple sur la moto pour réaliser un équilibre en V parfait. Ainsi, vous pourrez tourner entre les portes tout en gardant l’équilibre et en gardant la maîtrise des commandes.

Notation et erreurs

Vous devez obtenir un A ou un B pour continuer les épreuves du plateau:

  • Vous obtenez un A si vous n’avez fait aucune erreur.
  • Vous obtenez un B si vous avez fait une erreur (et une seule) : plot déplacé, pied au sol en dehors des espaces prévus, partie chronométrée parcourue en 17 à 20 secondes
  • Vous obtenez un C si vous avez fait deux des erreurs citées ci-dessus ou si vous avez fait l’une des erreurs suivantes : arrêt en dehors des espaces prévus, obstacle ou porte non franchie, erreur de parcours, sortie de terrain, exercice non réalisé, partie chronométrée parcourue en moins de 17 secondes, chute de la moto sur le parcours.

Maniement de la moto à allure rapide

Cette partie du plateau, que beaucoup d’apprentis motards appellent “rapide”, est réalisé à une vitesse plus élevée que l’épreuve précédente. Les deux pistes proposées sont identiques, avec départ à gauche ou à droite.

Piste 1

Plateau, parcours allure rapide piste 1, freinage (source : Délégation à la Sécurité et à la Circulation routières, 01.07.2014)
Plateau, parcours allure rapide piste 1, évitement (source : Délégation à la Sécurité et à la Circulation routières, 01.07.2014)

Piste 2

Plateau, parcours allure rapide piste 2, freinage (source : Délégation à la Sécurité et à la Circulation routières, 01.07.2014)
Plateau, parcours allure rapide piste 2, évitement (source : Délégation à la Sécurité et à la Circulation routières, 01.07.2014)

L’apprenti motard doit montrer sa maîtrise de l’évitement et du freinage d’urgence. Le positionnement du regard est très important dans ces deux exercices, notamment dans le demi-tour.

Evitement

Après un slalom en troisième entre les plots à l’aller, vous devez faire demi-tour dans les limites et revenir en troisième vers la zone d’évitement pour vous arrêter avec précision dans la zone de freinage prévue. Voici les contraintes de cet exercice :

  • être à 40 km/h à hauteur de la troisième porte du slalom
  • faire demi-tour dans les limites définies (entre les lignes au sol)
  • être à 50 km/h juste avant l’évitement
  • maîtriser le contre-braquage pour faire un évitement sans toucher les plots
  • maîtriser l’arrêt de précision à la sortie de l’évitement

Plusieurs difficultés se présentent sur cet exercice. Le motard en herbe doit être positionné plutôt sur l’avant de la selle, bras légèrement fléchis et haut du corps souple. Ainsi, le contre-braquage sera efficace. Le risque de chute est important dans cet exercice, et contrairement à ce que l’on pourrait croire, c’est au moment du freinage final que le risque est le plus grand. En effet, si le candidat freine alors que la moto est encore inclinée en sortie d’évitement, la roue avant peut se dérober et entraîner la chute. Pour parer à cette éventualité, appuyez légèrement sur la pédale de frein arrière avant d’actionner le frein avant. Cette technique a pour but de redresser la moto pour pouvoir freiner de l’avant en toute sécurité.

Freinage d’urgence

L’apprenti motard doit maîtriser l’arrêt d’urgence sans tomber. L’aller en troisième est une simple formalité, le demi-tour est le même que dans l’exercice d’évitement. Vous devez respecter une vitesse minimale de 50 km/h sur la ligne C6 pour valider l’exercice, et vous arrêter avant la ligne C5 sur piste sèche et avant la ligne C4 sur piste mouillée.

Nos conseils portent ici sur le freinage d’urgence en lui-même :

  1. Coupez les gaz, pour provoquer une décélération grâce au frein moteur. Ne rétrogradez pas afin de conserver ce frein moteur jusqu’à la fin de la manoeuvre. Si vous serrez l’embrayage, la moto sera en roue libre.
  2. Redressez-vous, tendez les bras et serrez les genoux contre le réservoir pour éviter de glisser vers l’avant.
  3. Une fraction de seconde avant d’actionner le frein avant, appuyez sur la pédale de frein arrière pour asseoir la moto et éviter qu’elle ne plonge sur l’avant.
  4. Serrez le levier de frein avant avec force et précision, en attaquant fort et en relâchant ensuite si besoin pour ajuster la puissance du freinage.
  5. Une fois la moto quasiment à l’arrêt, serrez l’embrayage pour éviter de caler et contribuer à l’efficacité du freinage. Sinon, le moteur continue à entraîner la roue arrière.
  6. N’oubliez pas de poser un pied (ou les deux), sinon c’est la chute assurée et l’élimination directe !

Pendant toute la manoeuvre, portez votre regard au loin devant vous.

Notation et erreurs

Chaque exercice de l’allure normale entraîne sa propre notation. Vous devez obtenir un A ou un B pour continuer les épreuves du plateau:

  • Vous obtenez un A si vous n’avez fait aucune erreur.
  • Vous obtenez un B si vous avez fait une erreur (et une seule) : plot déplacé, pied au sol en dehors des espaces prévus.
  • Vous obtenez un C si vous avez fait deux des erreurs citées ci-dessus ou si vous avez fait l’une des erreurs suivantes : sortie de terrain, erreur de parcours, anticipation du freinage d’urgence, plot(s) d’évitement renversé(s) ou déplacé(s), distance d’arrêt trop longue (freinage d’urgence), exercice non réalisé, vitesse minimale non atteinte, chute de la moto sur le parcours, arrêt hors zone (évitement).

Interrogation orale

Vous ne devez avoir eu aucun C pour accéder à la dernière épreuve du plateau du permis A2. Cette épreuve des fiches moto est la dernière du plateau. Vous serez interrogé sur l’une des douze fiches :

  • Fiche 1 : Risque routier en moto et comportement en cas d’accident
  • Fiche 2 : Cas d’accident les plus caractéristiques
  • Fiche 3 : Les facteurs de risque à moto
  • Fiche 4 : La prise de conscience des risques
  • Fiche 5 : La conduite préventive
  • Fiche 6 : Les équipements de sécurité pour les motocyclistes
  • Fiche 7 : Les éléments du motocycle liés à la sécurité
  • Fiche 8 : L’assurance
  • Fiche 9 : L’alcool et les stupéfiants
  • Fiche 10 : La fatigue et la route de nuit
  • Fiche 11 : La vitesse et le freinage
  • Fiche 12 : Stabilité et trajectoire

Ces fiches permettent d’appréhender l’univers du deux-roues, ses spécificités et ses dangers. L’objectif de l’inspecteur et de vérifier si vous avez compris l’essentiel, à savoir que la moto, comme le scooter, sont des véhicules qui nécessitent prudence et équipements appropriés. Vous parlez pendant trois ou quatre minutes en déroulant le contenu de la fiche.

 

La circulation, épreuve pratique en conditions réelles

Vous avez réussi votre plateau du permis A2, et le jour de la circulation est enfin arrivé. Après vérification de votre identité, l’inspecteur s’installe en passager de la voiture école qui vous suivra pendant l’examen. Un moniteur de votre auto école conduit le véhicule.

Vous vous équipez (casque homologué et attaché, gants homologués, blouson, pantalon et bottes ou chaussures montantes) et vous installez au guidon. Une fois les rétroviseurs réglés, vous démarrez et attendez les instructions de l’inspecteurs données par radio. Il vous sera demandé de hocher systématiquement la tête pour signaler que vous avez compris.

En cas de problème, n’hésitez pas à faire non de la tête ou à vous garer (en toute sécurité) pour signaler à l’inspecteur que vous ne comprenez pas ce qu’il dit. Ce problème est régulier et l’inspecteur comprendra votre réaction.

Plusieurs comportements sont à bannir car directement éliminatoire :

  • circuler à gauche sur une route à double sens
  • franchir une ligne continue
  • circuler sur une voie réservée ou sur la bande d’arrêt d’urgence
  • ne pas respecter un stop, un feu rouge ou la demande d’arrêt d’un policier ou d’un gendarme
  • circuler en sens interdit

Voilà, l’inspecteur vous donne directement le résultat à la fin de la circulation. Vous avez réussi ? Félicitations, et bienvenue chez les motards ! Mais n’oubliez pas que c’est l’expérience qui vous permettra de vous améliorer. Après deux ans de permis A2, vous pourrez passer au permis A après une formation spécifique.

Permis A2 accéléré : faire un stage intensif

Le candidat au permis A2 doit avoir du temps, et pouvoir dégager des demi-journée en semaine ou dédier ses samedis à l’entraînement au plateau. L’avantage du stage intensif est qu’il condense l’apprentissage en quelques jours. Ce type de formation au permis A2 est en général plus cher qu’un forfait permis moto de base, puisqu’il comprend plus que les 20 heures obligatoires. Ainsi, vous devrez réserver une à deux semaines (souvent pendant les congés pour les salariés) mais serez assuré d’avoir une moto par élève et une piste entière réservée aux élèves du même stage que vous. En général, les auto écoles sélectionnent des candidats qui ont déjà le code ou le font passer rapidement, et enchaînent le passage du plateau directement après le stage. Elles pourront ensuite proposer une date pour la circulation rapidement. Si vous choisissez cette méthode pour passer le permis A2, pensez à vous préparer physiquement et mentalement. Vos avant-bras et vos cuisses vont souffrir sur le plateau, et vous devrez bien dormir et bien vous nourrir pour tenir la cadence. Conduire une moto est plus physique que conduire une voiture, surtout lors de l’apprentissage.

Vous connaissez maintenant toutes les épreuves du permis A2 et ses contraintes. Alors, vous voulez vous lancer ? Ou vous êtes entrain de passer votre permis moto ? N’hésitez pas à nous en parler dans les commentaires !